// Critiques

« L’Epreuve » de Marivaux par la Compagnie Eulalie au Théâtre 13

Critique de Monique Lancri – Le désir mis à … L’Epreuve Le Théâtre 13 a eu l’excellente idée de réinviter la compagnie Eulalie qui, en mai 2009, y avait repris, avec un franc succès, Le jour de l’italienne. Jouée ensuite un peu partout, cette pièce montrait la « fabrique » (au sens de Francis Ponge) d’un spectacle de théâtre : depuis le commencement (lors... 

« Littoral » de Wajdi Mouawad à Chaillot (Trilogie)

Critique de Dashiell Donello – A l’apparition de la lumière, un mur longitudinal expose des corps englués et convulsifs qui frissonnent sur ce qui aurait pu être un papier tue-mouches. Cela nous rappelle les fresques d’un cauchemar emmuré, et la folie des hommes. Est-ce un mur de peloton d’exécution, de lamentation, un garde-fou poétique ? Ou bien un parapet d’écriture où des... 

« Ubu Roi » d’après Alfred Jarry, mise en scène Franck Berthier au Vingtième Théâtre

Critique d’Evariste Lago – L’enfant roi, la folie des grandeurs. 25 avril 1896. La pièce Ubu Roi, d’Alfred Jarry, est publiée dans le Livre d’art. Œuvre satirique, parodique et décalée jusqu’à l’absurde racontant la folle histoire de père Ubu, « capitaine de Dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l’ordre de l’Aigle Rouge de Pologne et... 

« Les Aventures d’Octave » d’Alain Payen au Guichet Montparnasse

Critique de Patrice Martinez – En équilibre sur le fil du temps qu’il arrête l’espace de soixante-six minutes, un homme égrène le contenu de sa valise en un cercle cadran parcouru douze fois toujours dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Sa passion irraisonnée pour les circonvolutions l’amène, solaire, lunaire et vivaldien, à planter mathématiquement le décor de... 

« Ce qui arrive et ce qu’on attend » de Jean-Marie Besset, mise en scène Arnaud Denis

Critique de Bruno Deslot – Toujours en équilibre ! Dans un cabinet ministériel, une commission doit décider qui sera le premier architecte à construire un monument sur la lune. La tension monte, les intrigues sont nombreuses et l’attente perdure… Derrière une porte fermée, un jury délibère pendant que deux architectes s’impatientent. Les conjectures se font nombreuses et trahissent... 

« La Leçon » d’Eugène Ionesco, mise en scène Samuel Sene au Théâtre du Lucernaire

Critique de Bettina Jacquemin – Une nouvelle élève sonne à la porte… Une bachelière, désireuse de préparer le « Doctorat total » se présente chez un professeur afin d’y suivre une première leçon. La jeune fille, sage et polie entre en scène dans son habit d’écolière. Plis repassés et collerette laissent pourtant deviner la fin de l’adolescence… L’élève, sûre... 

Journée de clôture dans les jardins du château de Venaria Reale / Festival Teatro a Corte

Journée de clôture dans les jardins du château de Venaria Reale / Festival Teatro a Corte
Chronique de Camille Hazard – Au détour d’un chemin de ce vaste jardin, nous avons pu voir un joueur de diabolo, des acrobates, du théâtre, du clown. Les artistes ne pouvaient rêver mieux que d’avoir l’immensité des parterres et ce château en briques rouges comme décors ! Jouni Ihalainen, en costume élégant, crème, promène le diabolo le long de son corps, virevolte léger,... 

« Viaggio al termine della notte » de Louis-Ferdinand Céline / Festival Teatro a Corte

Critique de Camille Hazard – Il n’était pas évident de comprendre ni de profiter de ce spectacle en italien non surtitré, tiré d’extraits du roman de Céline Voyage au bout de la nuit. Et pourtant, pourvu que l’on connaisse l’œuvre, les atmosphères, les situations, la guerre, tout nous parvient. Le comédien Elio Germano qui lit le texte et les deux musiciens, Martina Bertoni... 

« Inventions – Récitations » de José Besprosvany / Festival Teatro a Corte

Critique d’Anne-Marie Watelet – Une chanteuse, une danseuse : trois variations autour d’une recherche originale portant sur l’acte vocal et les ondes qu’il produit sur le corps. Le chorégraphe José Besprosvany  présente son travail dans un espace dénudé, avec beaucoup de sobriété, retenant ainsi toute notre attention. Côte à côte elles se complètent d’abord : les... 

« Slips inside » de la Compagnie Okidok / Festival Teatro a Corte

Critique de Camille Hazard – Dans le petit village de Garessio, sur la place de l’église, un air d’opéra italien (la Traviata) annonce le début d’un spectacle ; à l’appel de cette musique, des familles, des couples, des enfants, des amoureux du théâtre, se pressent pour assister à la représentation de Slips inside : création clownesque de Xavier Bouvier et Benoît Devos, sorte... 

Installation scénographique “Site specific” de Stuart et Siegmann / Festival Teatro a Corte

Installation scénographique “Site specific” de Stuart et Siegmann / Festival Teatro a Corte
Article de Camille Hazard – A l’occasion du 10ème anniversaire du Festival Teatro a Corte à Turin, Simon Siegmann et Arié Van Egmond ont réalisé une installation dans le lieu même d’accueil du Festival : la Cavallerizza Reale. Nous devons tout d’abord entrer par l’allée centrale du lieu pour pénétrer  sur une plate forme surélevée en bois. Des panneaux de gelâtes bleues... 

Étude : « Il corpo, il vestito e il comportamento » de J-C. Penchenat / Festival Teatro a Corte

Étude :
Critique de Camille Hazard – Etude faite dans le laboratoire | résidence Cette recherche théâtrale a débuté dans un amas de tissus, de vêtements neutres, sans connotation d’époque ni de genre ou chaque acteur piochait à sa guise sa matière de travail. Cet atelier, proposé à des comédiens ou des réalisateurs  français et italiens, et dirigé par Jean-Claude Penchenat, tourne... 

« Töshtöck ou la refonte des os », spectacle equestre de Bruno Dizien / Festival Teatro a Corte

Critique d’Anne-Marie Watelet – Dans le vaste et superbe manège du Centre International du Cheval à Druento, arrive sur une vespa un homme en cape rouge. Son univers s’étale sous nos yeux : le sable – l’immensité de la steppe, une petite tente et quelques objets pour la survie… enfin une télévision. Cet homme qui se déplace à la façon d’un cheval, s’occupe à... 

« Strata études » de Maria Donata D’Urso / Festival Teatro a Corte

Critique d’Anne-Marie Watelet – Une recherche sur la cellule vivante, incarnée par la tension du corps. Obscurité complète sur le plateau. Une lumière surgit dans une structure de tubes métalliques et s’insinue lentement dans les fils d’un voile blanc et entoure la structure. Les circonvolutions de la lumière blanche donnent vie à la matière fluide, se fondent l’une dans l’autre,...