// Critiques

Show, chorégraphie de Hofesh Schechter, au Théâtre des Abbesses

Show, chorégraphie de Hofesh Schechter, au Théâtre des Abbesses
    © Simona Boccedi ƒƒƒ article de Toulouse En faisant son Show, Hofesh Schechter fait trembler le Théâtre des Abbesses, et présente sans doute une des pièces les plus puissantes de cette saison. Le chorégraphe dévoile dans cette création inédite une chorégraphie au cardiogramme, des corps pétris d’adrénaline. Plus que jamais, la jeunesse insolente et l’énergie généreuse... 

Syncing Feeling de Kyle Page et Amber Haines pour Dancenorth, et The Geography of an archipelago, de Stephen Shropshire et In transit, de Louise Potiki Bryant, pour The New Zealand Dance Compagny, au Théâtre national de la Danse

Syncing Feeling de Kyle Page et Amber Haines pour Dancenorth, et The Geography of an archipelago, de Stephen Shropshire et In transit, de Louise Potiki Bryant, pour The New Zealand Dance Compagny, au Théâtre national de la Danse
Dancenorth : Syncing Feeling © Gregory Lorenzuti   Une compagnie australienne, Dancenorth et une néo-zélandaise, The New Zealand Dance Compagny et trois pièces, trois moments différents présentés à Chaillot – Théâtre national de la Danse. En parler est assez difficile, il faudrait débuter Syncing Feeling, de Dancenorth, et passer à la seconde compagnie, laisser donc la lecture... 

Suzanne, la vie étrange de Paul Grappe, texte et mise en scène de Julie Dessaivre, Théâtre du Lucernaire

Suzanne, la vie étrange de Paul Grappe, texte et mise en scène de Julie Dessaivre, Théâtre du Lucernaire
  © Elise Jaunet   ƒ Article de Corinne François-Denève La virilité est-elle soluble dans le poil ? Sur l’affiche, Suzanne-Paul enfile un bas sur une jambe décidément bien velue. De poil, il sera souvent question dans ce Suzanne, la vie étrange de Paul Grappe, nouvelle variation sur l’histoire de Paul Grappe, après l’ouvrage des historiens Fabrice Virgili et Danièle Voldman... 

Le Cid, de Pierre Corneille, mise en scène d’Yves Beaunesne, à la Manufacture des Œillets

Le Cid, de Pierre Corneille, mise en scène d’Yves Beaunesne, à la Manufacture des Œillets
© Delahaye ƒƒƒ Article de Denis Sanglard « Dieu ! (…) qu’il est joli garçon l’assassin de papa ! »*. Cette boutade du poète Georges Fourest, sans résumer la mise en scène du Cid de Corneille par Yves Beaunesne, donne sans doute une des clefs de la volonté d’un metteur en scène de ne pas s’enferrer dans le carcan cornélien et de lui offrir une sacré vitalité. Louchant... 

Radical light, chorégraphie de Salva Sanchis, au Théâtre de la Bastille

Radical light, chorégraphie de Salva Sanchis, au Théâtre de la Bastille
© Bart Grietens ƒƒ article de Denis Sanglard Une danse captivante de bout en bout, voir hypnotique, qui vous embarque fissa et ne vous lâche plus. Cinq danseurs sur un tapis orange en dialogue continue avec une musique techno qui impulse mouvements et vitesse. Ça commence comme un échauffement, en apparence, mais déjà la danse s’installe insidieusement. Les danseurs vont et viennent,... 

La Magie lente, de Denis Lachaud, mise en scène de Pierre Notte, au Théâtre de Belleville

La Magie lente, de Denis Lachaud, mise en scène de Pierre Notte, au Théâtre de Belleville
© DR ƒƒ article de Denis Sanglard « La psychanalyse est une magie lente », Sigmund Freud. Voilà pour éclairer le titre de cette création sensible et terrifiante. Comment à partir d’une erreur de diagnostic, un patient qualifié à tort de schizophrène, en réalité bi-polaire, cet individu remonte le cours de sa vie pour comprendre la douleur et le traumatisme qui le broie pour s’en... 

Pierre Arditi lit ce qu’il aime, textes de Jean-Michel Ribes (puis de Yasmina Reza, Michel Onfray et Philippe Delerm), lectures de Pierre Arditi, au Théâtre du Rond-Point

Pierre Arditi lit ce qu’il aime, textes de Jean-Michel Ribes (puis de Yasmina Reza, Michel Onfray et Philippe Delerm), lectures de Pierre Arditi, au Théâtre du Rond-Point
© Giovanni Cittadini Cesi Article de Victoria Fourel Pour le plaisir et pour l’oreille, Pierre Arditi s’assoit à une table et lit ce qu’il aime, tout simplement. Comme pour prouver que c’est le plus important, sur scène, de faire passer ce que l’on aime, avant tout. Il s’installe et entame, sans accroche et sans réel préambule. Il est là car il aime les mots,... 

Warm, de Ronan Chéneau, mise en scène de David Bobée, Théâtre des deux rives, Rouen

Warm, de Ronan Chéneau, mise en scène de David Bobée, Théâtre des deux rives, Rouen
© Sophie Colleu   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Beatrice Dalle est la torche noire qui embrase le texte érotique de Ronan Chéneau, incendie le plateau chauffé à blanc où Edward Aleman et Wilmer Marquez, circassiens d’une beauté à se damner, jetés dans cette fournaise, engagent un corps à corps jusqu’à la fusion absolue. Corps bientôt épuisés. David Bobée signe une mise en scène... 

Le rappel des oiseaux, d’après Le journal d’un fou, de Gogol, adaptation et mise en scène Orianne Moretti, Maison de la Culture du Japon à Paris

Le rappel des oiseaux, d’après Le journal d’un fou, de Gogol, adaptation et mise en scène Orianne Moretti, Maison de la Culture du Japon à Paris
© Stéphane Audran ƒƒ article de Nicolas Brizault Le rappel des oiseaux, belle adaptation du Journal d’un fou, roman écrit par Gogol et présentée ce week-end à la Maison de la culture du Japon. Mathieu Ganio, danseur étoile à l’Opéra de Paris, devenait Aksenty Ivanovitch Poprichtchine, et Kôtarô Fukuma l’accompagnait au piano, sur des morceaux écrits par Bach, Rameau et Couperin. Cette... 

Sandre, texte de Solenn Denis, mise en scène Collectif Denisyak, à la Maison des Métallos

Sandre, texte de Solenn Denis, mise en scène Collectif Denisyak, à la Maison des Métallos
© Marie-Elise Ho Van Ba   ƒƒ article de Denis Sanglard Sandre, un prénom qui n’existe pas pour un enfant qui n’existe pas. Le récit glaçant d’un amour qui se délite, d’une femme meurtrie, humiliée et son geste ultime, sidérant, un néonaticide. Dans cet acte où la conscience est altérée, les mères absentes à elles-mêmes à la différence de l’infanticide... 

Le Méridien, d’après Paul Celan, de et avec Nicolas Bouchaud, mise en scène Eric Didry, Théâtre du Rond-Point

Le Méridien, d'après Paul Celan, de et avec Nicolas Bouchaud, mise en scène Eric Didry, Théâtre du Rond-Point
© Jean-Louis Fernandez Article de Nicolas Brizault Est-ce possible ? Oui, et il s’agit même d’une reprise. Le Méridien, d’après un texte de Paul Celan, très bon auteur qui écrivit ce texte pour son discours de réception au prix Georg Büchner en 1960, fait partie ici d’une trilogie créée par Nicolas Bouchaud et mise en scène par Éric Didry. On est prévenu très tôt par le premier... 

Comme il vous plaira de Shakespeare, mise en scène de Christophe Rauck, Théâtre 71

Comme il vous plaira de Shakespeare, mise en scène de Christophe Rauck, Théâtre 71
© Simon Gosselin   ƒƒƒ Article de Corinne François-Denève Rosalind n’a pas de chance : elle est la fille d’un duc banni. Dans son malheur, elle est toutefois épaulée par sa cousine Célia, à qui elle est liée par un amour plus grand que nature. Les deux jeunes femmes vont prendre la route de l’exil, ou plutôt de la forêt d’Arden, espace onirique où on croise des philosophes... 

Petit traité d’éducation lubrique, de Lydie Salvayre, mise en scène Jean-Michel Ribes, au Théâtre du Rond-Point

Petit traité d’éducation lubrique, de Lydie Salvayre, mise en scène Jean-Michel Ribes, au Théâtre du Rond-Point
© Giovanni Cittadini Cesi ƒ Article de Victoria Fourel C’est un texte, un traité, un petit manifeste. Ou plutôt non, c’est un mode d’emploi pour une sexualité brillante et lettrée, maligne et flamboyante. Un instrument de lutte contre ceux qui voudraient régir, assombrir et attrister nos corps. La part belle est faite au texte, c’est une évidence. Le titre en est énoncé, les pages... 

Les Os noirs, mise en scène et chorégraphie de Phia Ménard, au Montfort / Théâtre de la ville hors les murs

Les Os noirs, mise en scène et chorégraphie de Phia Ménard, au Montfort / Théâtre de la ville hors les murs
© Jean-Luc Beaujault ƒƒƒ article de Denis Sanglard Phia Menard plonge dans notre inconscient le plus tragique, transcende nos pulsions les plus secrètes. Les Os noirs, pièce sur le vent et le suicide, est dans sa noirceur d’une beauté sublime et irradiée. C’est une traversée, comme toujours avec cette artiste protéiforme, de la matière. Matière brute, plastique, métallique,...