// Critiques

Le cas Lucia J, un feu dans la tête, d’Eugène Durif, mise en scène d’Éric Lacascade, Théâtre Artéphile, 7 rue du Bourg Neuf, festival d’Avignon Off

Le cas Lucia J, un feu dans la tête, d’Eugène Durif, mise en scène d’Éric Lacascade, Théâtre Artéphile, 7 rue du Bourg Neuf, festival d'Avignon Off
   © Simon Gosselin ƒƒ article de Sylvie Boursier Le cas Lucia J, un feu dans la tête Les folles ont depuis longtemps excité, fasciné, ainsi à la salpêtrière le bal des folles du professeur Charcot fut un événement mondain à Paris à la fin du XIXème siècle ; Jane Avril, une internée, deviendra danseuse au Moulin-Rouge. Sa danse, qui semblait mimer des crises d’hystérie, témoigne... 

OpéraPiécé de Aurore Bouston et Marion Lépine, mise en scène William Mesguich au Théâtre Episcène, Festival d’Avignon OFF

OpéraPiécé de Aurore Bouston et Marion Lépine, mise en scène William Mesguich au Théâtre Episcène, Festival d'Avignon OFF
    © Agathe Deusy   ƒ article de Victoria Fourel              Un air de Queen ou de Françoise Hardy croisent un air de Rossini. Deux chanteuses lyriques en roue libre. Du tulle, des serre-têtes fantaisie et autres bizarreries. Cet Opérapiécé est dans tous ses états, embarquant le public dans un tour de chant aussi doux que dingue.   Machine à fumée, miroir de... 

Macbeth d’après William Shakespeare, mise en scène  Aurélie Derbier au Théâtre du Chapeau d’Ebène, Festival d’Avignon Off  

Macbeth d’après William Shakespeare, mise en scène  Aurélie Derbier au Théâtre du Chapeau d’Ebène, Festival d'Avignon Off  
   © Yassine Lemonnier       ƒƒ article de Victoria Fourel On prédit le pouvoir à Macbeth. Tout commence à cet endroit-là. Car dès lors, il n’aura d’yeux que pour le pouvoir, il ne vivra que pour le pouvoir, et rien d’autre n’étanchera son désir, ni d’ailleurs, celui de sa femme. Un engrenage de folie, d’ambition et de violence qui commence par l’envie... 

Biafine, de Dedo, au Théâtre Le Paris, Festival d’Avignon Off

Biafine, de Dedo, au Théâtre Le Paris, Festival d’Avignon Off
  © Benjamin Delacoux     ƒƒ article de Victoria Fourel  Dedo, c’est une image de marrant métalleux dans le Jamel Comedy Club, des complices de haut vol, un stand up à la fois classique et décalé. C’est une figure, si ce n’est installé, en tout cas connue dans le milieu du stand-up depuis longtemps. Mais Avignon rebat les cartes, encore et encore. Force à s’adapter,... 

Zourou, de Mélodie Molinaro et François Borand, mise en scène Mélodie Molinaro au Théâtre Episcène, Festival d’Avignon Off

Zourou, de Mélodie Molinaro et François Borand, mise en scène Mélodie Molinaro au Théâtre Episcène, Festival d'Avignon Off
  © Noémie Kataner   ƒ article de Victoria Fourel Dans la vie de Lola, il y a son père, qui s’occupe seul d’elle, et d’elle seule. Il y a une bagarre constante contre elle-même pour apprendre, progresser. Parce qu’il y a aussi un lourd handicap du langage, qui l’accompagne et qui l’empêche. Entre les frustrations d’un père qui fait de son mieux, et les désirs d’une... 

Believers de Ken Jaworowski, mise en scène Aurélie Camus au Théâtre du Grand Pavois, Festival d’Avignon OFF

Believers de Ken Jaworowski, mise en scène Aurélie Camus au Théâtre du Grand Pavois, Festival d’Avignon OFF
  © Fanny Vambacas   ƒƒ article de Victoria Fourel Donna et Chris ont vingt ans. Donna et Chris sont face à l’immensité de ce qui est possible, face à la légèreté d’être deux et d’être bien. D’être différents. Ces deux-là ne sont plus vraiment les mêmes lorsque, des années plus tard, la vie leur assène un grand coup, remettant en cause leur assise, et leur foi. Tout... 

L’homme canon, une création de Rémi Luchez, à La Maison des Métallos, Paris  

L’homme canon, une création de Rémi Luchez, à La Maison des Métallos, Paris   
  © Philippe Laurençon   ƒƒ article de Denis Sanglard Malgré son titre, point ici d’homme canon propulsé avec force vers le ciel d’un chapiteau. Non, au contraire, rien de pétaradant et de fumeux mais une douce poésie mâtinée de silence qui frôle parfois l’absurde. Malgré une entrée pour le moins fracassante, Rémi Luchez n’a de cesse de défier tout en douceur l’équilibre... 

Red Notes, Rope Danse Translation, Fan Dance, chorégraphie Andy de Groat, par le C.C.I.N.P, à la MC93, dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Red Notes, Rope Danse Translation, Fan Dance, chorégraphie Andy de Groat, par le C.C.I.N.P, à la MC93, dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
  Andy De Groat, Red Notes, 1980 © Christiane Robin, Médiathèque du CN D – Fonds Andy De Groat   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Au lointain, une estampe japonaise projetée en noir et blanc : dessin en aplat d’un paysage montagneux. Au sol : des lignes blanches qui semblent parallèles bien qu’elles s’éloignent les unes des autres en s’approchant de nous. Effet d’optique... 

Tchiloli, où la tragédie du Marquis de Mantoue et de l’Empereur Charlemagne, Compagnie Formiguinha Da Boa Morte, Théâtre de la Ville / Espace Cardin

Tchiloli, où la tragédie du Marquis de Mantoue et de l’Empereur Charlemagne, Compagnie Formiguinha Da Boa Morte, Théâtre de la Ville / Espace Cardin
    © Nicolas Lo Calzo   ƒƒƒarticle de Denis Sanglard Trois jours, il n’y eut que trois jours pour découvrir un théâtre méconnu, singulier, le Tchiloli, qui depuis quatre siècles se transmet de génération en génération, de père en fils, dans les villages de São-Tomé-et-Príncipe, pays insulaire parmi les plus petits d’Afrique, face à la côte du Gabon et de Guinée... 

Oüm, de Fouad Boussouf, compagnie Massala, Monfort Théâtre

Oüm, de Fouad Boussouf, compagnie Massala, Monfort Théâtre
  © Elian Bachini   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Oüm pour Oum Kalthoum évidemment. Le titre est un hommage à la chanteuse égyptienne, véritable diva du Moyen-Orient, qui a enivré de ses déchirantes mélopées le monde entier dans les années 1920 à 1960 et continue à nourrir l’imaginaire d’un Orient qui appartient aujourd’hui aux fantasmes du passé. Fouad Boussouf,... 

La danseuse malade, chorégraphie et interprétation de Kim Itoh, Maison de la Culture du Japon à Paris

La danseuse malade, chorégraphie et interprétation de Kim Itoh, Maison de la Culture du Japon à Paris
    © Bozzo      ƒƒ article de Denis Sanglard Premier solo du danseur butô Kim Itoh depuis 16 ans, pièce basée sur le livre La danseuse malade qu’écrivit en 1983 le fondateur de cette « danse des ténèbres », Tatsumi Hijikata. Ouvrage manifeste pour beaucoup de danseurs butô dont Kim Itoh, lequel avec cette performance revient sur cette découverte qui décida... 

Un certain penchant pour la cruauté, texte de Muriel Gaudin, mise en scène de Pierre Notte, La Scala Provence / Festival d’Avigno

Un certain penchant pour la cruauté, texte de Muriel Gaudin, mise en scène de Pierre Notte, La Scala Provence / Festival d’Avigno
  © Philippe de La Croix ƒƒ article de Denis Sanglard Une farce cruelle et jubilatoire… Voilà, tout part d’une bonne intention, un geste bienveillant, conforme aux idéaux de gauche, un tantinet humaniste, qui animent Elsa, mère attentive et épouse infidèle. Accueillir un mineur isolé, migrant clandestin venu d’Afrique, lui offrir un refuge est une expérience qui doit profiter... 

CALLAS-MACHINE, texte et mise en scène de Filippo Bruschi, sortie de résidence au Théâtre de l’Echangeur, à Bagnolet

CALLAS-MACHINE, texte et mise en scène de Filippo Bruschi, sortie de résidence au Théâtre de l’Echangeur, à Bagnolet
  © Yannick Juteau     ƒƒ article de Nicolas Thevenot Corps de dos, tel un oiseau noir. Cheveux au carré, haut noir ajusté, épaules bouffantes et manches longues. Quelques notes de la célèbre chanson de Liza Minnelli. Des gestes secs et précis. New-York, New-York. Cut. CALLAS-MACHINE démarre à New-York, ou en Grèce, ou bientôt en Avignon, ou à Bagnolet, dans cette salle de... 

Quand toute la ville est sur le trottoir d’en face de Jean Cagnard, mise en scène de Catherine Vasseur, Festival off Avignon, Théâtre Artéphile

Quand toute la ville est sur le trottoir d’en face de Jean Cagnard, mise en scène de Catherine Vasseur, Festival off Avignon, Théâtre Artéphile
    © Axelle Carruzzo   ƒƒ article de Sylvie Boursier Il offre son corps au public, plié en crabe puis debout, légèrement penché « comme un nageur qu’on attend plus », dirait Ferré. Il n’a plus que ça, sa peau couturée, ses os, ses nerfs, ses muscles « ses gencives rouges » mais c’est l’essentiel, « tu as une gueule de poisson mais tu flottes toujours grâce...