// Festivals

Sacrificing While Lost in Salted Earth, chorégraphie de Hooman Sharif, au 104 / Festival les Singulier.es, avec Le Théâtre de la Ville

Sacrificing While Lost in Salted Earth, chorégraphie de Hooman Sharif, au 104 / Festival les Singulier.es, avec Le Théâtre de la Ville
  © Arash Nejad / Nyebilder fff article de Denis Sanglard Hooman Sharifi est chorégraphe et iranien. Ce qui a son importance et marque ici son oeuvre. Réfugié depuis l’âge de 14 ans en Norvège à la fin des années 80, approchant la danse par le Hip-Hop et le street-jazz, poursuivit par une formation en danse classique et moderne dans les années 90, il fonde en 2000 sa propre compagnie,... 

Giselle… Conception et mise en scène de François Grimaud, au Théâtre de la bastille / Festival d’Automne à Paris

Giselle… Conception et mise en scène de François Grimaud, au Théâtre de la bastille / Festival d’Automne à Paris
© Dorothée Thébert Filliger   fff article de Denis sanglard Si vous ignorez tout de Giselle, le sommet du ballet romantique, musique d’Adolphe Adam et livret de Théophile Gautier et Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges, chorégraphie de Coralli et, rendons à César ce qui lui appartient, Jules Perrot, ce dernier ayant conçu pour sa femme Carlotta Grisi (dont Théophile Gautier était fou amoureux)... 

Théories et pratiques du jeu d’acteur·rice (1428-2022), de Maxime Kurvers, à La Commune, CDN Aubervilliers, dans le cadre du Festival d’Automne

Théories et pratiques du jeu d’acteur·rice (1428-2022), de Maxime Kurvers, à La Commune, CDN Aubervilliers, dans le cadre du Festival d’Automne
      © Willy Vainqueur   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot C’est une somme, comme on pourrait dire de certains ouvrages érudits, universitaires ou encyclopédiques, évalués par l’épaisseur et la solidité de leur ensemble savamment constitué. Le projet de Maxime Kurvers en partage indéniablement la tranquille démesure. Sans la poussière. Chapitrées comme un livre, ces Théories... 

Le Rameau d’or, mise en scène Simon Falguières, au C.NS.A.D

Le Rameau d’or, mise en scène Simon Falguières, au C.NS.A.D
      © Christophe Raynaud de Lage.   ff article de Jean Couturier Simon Falguières auteur, metteur en scène, comédien et directeur artistique de la compagnie K, nous habitué à sa direction d’acteurs avec sa bande de comédiens. Son spectacle réussi, « Le Nid de Cendres », douze heures de représentation, aura marqué la mémoire des spectateurs et des professionnels du... 

Poquelin II, l’Avare et le Bourgeois Gentilhomme de Molière mise en scène TG STAN théâtre de la Bastille / Fesival d’Automne à Paris

Poquelin II, l’Avare et le Bourgeois Gentilhomme de Molière mise en scène TG STAN théâtre de la Bastille / Fesival d'Automne à Paris
  © Kurt Van Der Elst ƒƒƒ article de Sylvie Boursier Une soirée de folie avec deux égotistes associés ! Harpagon ne veut rien lâcher quand Jourdain donne tout pour qu’on parle de lui à la cour, le pète-sec paranoïaque sur les épaules du gros mamamouououou… chi tels Louis de Funès et Bourvil dans La grande Vadrouille. Les comédiens du collectif STAN sont déjà là quand le public... 

Dernière de Claire Laureau et Nicolas Chaigneau, au Phare – CCN du Havre Normandie dans le cadre du Festival Plein Phare

Dernière de Claire Laureau et Nicolas Chaigneau, au Phare - CCN du Havre Normandie dans le cadre du Festival Plein Phare
  © Les pjpp   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Tout ce qui existe est situé. Prenez Nicolas Chaigneau et Claire Laureau : ils existent pleinement, infiniment, ils existent assurément au-delà de nos propres espérances en matière d’existence. Et pourtant, compromettant le théorème poétique de Max Jacob (Le cornet à dés), ils semblent miraculeusement insituables. Ce n’est pas... 

The Köln Concert, chorégraphie de Trajal Harrell au Théâtre de la Cité Internationale avec le Festival d’Automne

The Köln Concert, chorégraphie de Trajal Harrell au Théâtre de la Cité Internationale avec le Festival d’Automne
  © Reto Schmid   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Il y aura eu Joni Mitchell en première partie. Un lever de rideau qui se révélera une irrésistible tombée de nuit. Trajal Harrell, hôte de la soirée aux pieds nus, nous aura accueillis en bord de scène, pantalon noir, chemise blanche, robe satinée, fleurée, à moins qu’il ne s’agisse de papillons, pendue à son cou. Dans... 

Je suis tous les dieux, pièce chorégraphique de et par Marion Carriau, festival jeune public Playground, Rencontres chorégraphiques Seine-Saint-Denis

Je suis tous les dieux, pièce chorégraphique de et par Marion Carriau, festival jeune public Playground, Rencontres chorégraphiques Seine-Saint-Denis
  © Léa Mercier     ƒƒ article de Marguerite Papazoglou En cette journée de clôture du Playground, le tout nouveau volet jeunesse des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, le public est au rendez-vous. Beaucoup d’enfants, beaucoup d’agitation. Ce sera une merveille de les sentir complètement subjugués quelques minutes plus tard par le monde de Je... 

Pièce sans acteur(s), création collective de François Gremaud et Victor Lenoble, Le Monfort théâtre, Festival d’Automne à Paris

Pièce sans acteur(s), création collective de François Gremaud et Victor Lenoble, Le Monfort théâtre, Festival d’Automne à Paris
  © (DR)   ƒ Article de Nicolas Brizault Pièce sans acteur(s), est une création collective de François Gremaud et Victor Lenoble, deux hommes invisibles qui nous entraînent dans un bien étrange spectacle. Oui, pourquoi pas ? Une pièce vide, des acteurs, deux en l’occurrence. Absents ? Cachés ? Allez savoir ? La scène est presque déserte, deux énormes baffles, sages et... 

Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver, seul en scène chorégraphique de Sylvain Riéjou, festival jeune public Playground, Rencontres chorégraphiques Seine-Saint-Denis

Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver, seul en scène chorégraphique de Sylvain Riéjou, festival jeune public Playground, Rencontres chorégraphiques Seine-Saint-Denis
    © Alexis Komenda   ƒƒ article de Marguerite Papazoglou Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver — tout un programme. Nous accueillant comme on accueille des amis dans le studio de répétition, dans une simplicité toute conviviale, plateau vide et lumière dans la salle pour commencer, Sylvain Riéjou l’annonce d’amblée, il va raconter son histoire, celle d’un monsieur... 

First Memory, chorégraphie de Noé Soulier, au Centre Pompidou, dans le cadre du Festival d’Automne

First Memory, chorégraphie de Noé Soulier, au Centre Pompidou, dans le cadre du Festival d’Automne
  © Anna Van Waeg   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Quatre cloisons blanches, disposées et amovibles comme un jeu de lego. Déplacées ponctuellement, elles entrelacent la chorégraphie de Noé Soulier, définissant de nouveaux espaces géométriques, et surtout, telles des paravents, oblitèrent des volumes, occultent des mouvements, escamotent des danseurs, créent un manque : questionnent... 

A la marge, texte et mise en scène de Tomohiro Maekawa, à La Maison de la Culture du Japon, Festival d’Automne à Paris  

A la marge, texte et mise en scène de Tomohiro Maekawa, à La Maison de la Culture du Japon, Festival d’Automne à Paris   
  © Jean Couturier   ƒƒ article de Denis Sanglard A la marge, ce sont les retrouvailles par hasard d’un homme et d’une femme dans un café d’une petite ville sans charme et sans attrait. Au fil de la discussion puis des confidences, ces deux-là témoignent qu’ils ont vécu d’étranges expériences, les confrontant soudain à l’inconnu. Réception d’un colis contenant le néant... 

Paléolithique Story, écrit par Lazare Boghossian et Marion Stenton, conception et mise en scène de Mathieu Bauer,Théâtre 71 de Malakoff

Paléolithique Story, écrit par Lazare Boghossian et Marion Stenton, conception et mise en scène de Mathieu Bauer,Théâtre 71 de Malakoff
  © Jean Louis Fernandez   ƒƒƒ article de Sylvie Boursier Sapiens-sapiens as-tu du cœur ? Crois-tu aux fantômes, qu’est-ce que tu aimes comme musique ? Ces drôles de questions nous traversent l’esprit lors du paléo opéra rock de Mathieu Bauer à l’issue duquel on ne voit plus la préhistoire de la même façon. Tout est vrai dans ce récit foutraque, documenté, avec des synthèses... 

We wear our wheels with pride and slap your street with color… We said ‘bonjour’ to Satan in 1820… chorégraphie de Robyn Orlin, Chaillot-théâtre National de la danse / Festival d’Automne à Paris

We wear our wheels with pride and slap your street with color… We said ‘bonjour’ to Satan in 1820… chorégraphie de Robyn Orlin, Chaillot-théâtre National de la danse / Festival d’Automne à Paris
    © Jérôme Séron   fff article de Denis Sanglard Devenus attractions touristiques, les rickshaws sud-africain, l’équivalent des pousse-pousse, sont tirés par des hommes, parfois des femmes, qu’on appelait en zoulou, ihashi. Terme de mépris qui veut dire cheval. Au XIXème siècle les conducteurs de rickshaws étaient des esclaves qui travaillaient dans les transports. Aucun ne dépassait...