// Festivals

Dans la mesure de l’impossible, texte et mise en scène de Tiago Rodrigues, Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier / Festival d’Automne à Paris

Dans la mesure de l’impossible, texte et mise en scène de Tiago Rodrigues, Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier / Festival d’Automne à Paris
    © Magali Dougados   ƒƒ article de Denis Sanglard Ce ne sont pas des héros. Du moins ne se définissent-ils pas comme ça. Non, c’est juste « un job ». Ce sont les travailleurs humanitaires. Qui racontent leur quotidien au cœur des conflits, dans ces pays « impossibles ». On ne saura rien de ces pays, pas de nom, malgré quelques indices. Voilà, pour éviter tout jugement.... 

La peau de l’espace, de Yasmine Hugonnet, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne

La peau de l’espace, de Yasmine Hugonnet, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne
    © Anne-Laure Lechat     ƒƒ article de Nicolas Thevenot L’espace est au centre de la danse, qui en est une exploration infinie. Avec Yasmine Hugonnet, cette recherche se fait sensible et sensorielle. La peau de l’espace est affaire de caresse, de contact. Quelque chose de presque impudique comme un rapport secret que l’on se découvrirait avec ce qui passe habituellement... 

A capella, de Dorothée Munyaneza, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne

A capella, de Dorothée Munyaneza, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne
    © Maya Mihindou     ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Nous sommes une assemblée. Nous sommes rassemblés autour d’un grand rectangle noir, opaque, formé par les tapis de danse. Nous sommes, par notre simple présence, les commensaux de cette table des absents, nous sommes au bord d’un vide dont le plein nous retient au bord des larmes. Nous sommes A capella, enveloppé... 

Submission Submission de Bryana Fritz à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine

Submission Submission de Bryana Fritz à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine
  © Marc Domage   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Si Submission Submission démarre par une harangue digne d’un bonimenteur de foire, ce n’est ni un hasard ni une afféterie de mise en scène. Au milieu de la foule des spectateurs attendant de pouvoir se diriger vers la salle du spectacle, sans crier gare, juchée simplement sur un plot de circonstance, Bryana Fritz amorce de la... 

Mouvement sur Mouvement, de Noé Soulier, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne

Mouvement sur Mouvement, de Noé Soulier, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne
    © Noé Soulier     ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Le fond de scène est transparent et projette, dans la lumière étale de cette fin d’après-midi, mon regard sur un immeuble voisin couvert d’échafaudages. Vu de l’esprit, on ne saurait dire qui de la pierre ou du tube d’acier soutient, retient l’autre. Et dans les entrelacs que composent les lignes métalliques,... 

Làoùtesyeuxseposent, conception et mise en scène de Johanny Bert, Lycée Jacque Decour, Festival Paris l’été

Làoùtesyeuxseposent, conception et mise en scène de Johanny Bert, Lycée Jacque Decour, Festival Paris l’été
     © Luca Cutolo fff article de Denis Sanglard Destruction d’un paysage. Làoùtesyeuxseposent est une performance hallucinée, théâtre d’objets sans acteurs, du moins visibles, poème visuel, installation d’art contemporain entre baroque et surréalisme. Successions de tableaux, entre nature morte et vanité, paysage étrangement changeant et fragile annonçant notre catastrophe... 

Omma, chorégraphie de Joseph Nadj, Lycée Jacques Decour, Festival Paris l’été

Omma, chorégraphie de Joseph Nadj, Lycée Jacques Decour, Festival Paris l’été
  © Séverine Charrier   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Joseph Nadj signe une époustouflante chorégraphie pour huit danseurs noirs, originaires de six pays d’Afrique. Omma, c’est de la danse brute, puissante, nerveuse, foudroyante, sans artifice aucun où les danseurs plus que virtuoses se mettent à nu, trouvent dans leur expérience propre, intime, et collective matière à danser... 

Le Marteau et la Faucille, texte de Don Delillo, mise en scène de Julien Gosselin, Théâtre Paris-Villette / Festival Paris l’été  

Le Marteau et la Faucille, texte de Don Delillo, mise en scène de Julien Gosselin, Théâtre Paris-Villette / Festival Paris l’été   
  © Simon Gosselin ƒƒ article de Denis Sanglard Etrange nouvelle de l’écrivain Don Delillo, Le Marteau et la Faucille, inspirée de la crise financière de 2008. Dans une prison pour cols-blancs, un camp aux contours flous, le narrateur qui fut trader raconte son quotidien et celui de ses codétenus, délinquants financiers jadis puissants hommes d’affaire, ayant fait fortune dans les... 

After all Springville. Desaster and amusement park, concept et mise en scène Miet Warlop, Théâtre Paris-Villette / Festival Paris l’été

After all Springville. Desaster and amusement park, concept et mise en scène Miet Warlop, Théâtre Paris-Villette / Festival Paris l’été
  © Holger Kirstenmacher   ƒƒ article de Denis Sanglard A-t-on jamais vu un transfo électrique dépité péter un plomb ? Cracher ses dernières flammes et mourir dignement ? Bienvenu dans le monde de Miet Warlop, plasticienne et metteuse en scène belge. Belge, cela a évidemment son importance. Univers poético-azimuté, surréaliste où les objets les plus quotidiens ont une âme... 

Fin de partie, de Samuel Beckett, mis en scène par Jacques Osinski, Théâtre des Halles, Festival d’Avignon Off

Fin de partie, de Samuel Beckett, mis en scène par Jacques Osinski, Théâtre des Halles, Festival d’Avignon Off
  © Pierre Grosbois   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Les festivaliers ont de la chance. Des grandes mises en scène dans le In aux grands comédiens dans le Off, ils n’ont que l’embarras du choix. Et dans cette offre pléthorique, encore cette année, de plus de 1500 spectacles où tout ne se vaut évidemment pas, pouvoir passer de Jacques Bonnafé (dans Frontalier au Théâtre... 

Näss (Les gens), chorégraphie de Fouad Boussouf, Lycée Jacques Decour, Festival Paris l’été

Näss (Les gens), chorégraphie de Fouad Boussouf, Lycée Jacques Decour, Festival Paris l’été
  © Charlotte Audureau   ƒƒ Article de Denis Sanglard Ils sont sept sur le plateau, sept danseurs issus du Hip-Hop, de la danse traditionnelle marocaine et du cirque contemporain. Le chorégraphe Fouad Boussouf les a réunis et sur le plateau, plus qu’une confrontation, nous assistons à une formidable synthèse de ce que peut être l’homme marocain aujourd’hui. Entre tradition... 

Le Sacrifice, de Dada Masilo, Cour du Lycée Saint-Joseph, Festival d’Avignon In

Le Sacrifice, de Dada Masilo, Cour du Lycée Saint-Joseph, Festival d’Avignon In
  © John Hogg   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Dada Masilo arrive par le côté cour du plateau de la Cour du Lycée Saint-Joseph, le crâne rasé, pieds et seins nus, une jupe tie and dye dans les tons rose et entame seule Le Sacrifice en nouant et dénouant ses bras et ses mains, comme d’étranges animaux ou végétaux qui auraient pris possession d’elle. Sur le mur du fond... 

Pour un temps sois peu, de Laurène Marx, mis en scène par Lena Paugam, Théâtre du fil de l’eau, Festival Paris l’été

Pour un temps sois peu, de Laurène Marx, mis en scène par Lena Paugam, Théâtre du fil de l’eau, Festival Paris l'été
  © Kévin Lebrun   article de Nicolas Brizault Oui, un très bon sujet, la transsexualité, ses doutes, ses peurs, ses dangers, tout ce qu’on ignore très souvent. Ce texte de Laurène Marx est une commande du collectif Lyncéus « C’était mieux après ». Il a reçu le prix ARTCENA pour l’aide à la création en novembre 2020. Pour un temps sois peu est un texte-combat, une autobiographie... 

Flesh, de Sophie Linsmaux et Aurélio Mergola, mis en scène par Sophie Linsmaux et Aurélio Mergola, Gymnase du Lycée Mistral, Festival d’Avignon In

Flesh, de Sophie Linsmaux et Aurélio Mergola, mis en scène par Sophie Linsmaux et Aurélio Mergola, Gymnase du Lycée Mistral, Festival d’Avignon In
  © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Flesh est un peu un objet théâtral non identifié, qui relève d’ailleurs davantage de la performance que du théâtre en tant que tel, notamment en raison de l’absence de véritable dramaturgie et de la quasi inexistence de la parole (une chanson tout de même dans le 4ème opus et...