// Festivals

Village de Cirque #17, à la Pelouse de Reuilly, Festival du Cirque sous toutes ses formes, Pigments, de Benoit Belleville et Germain Guillemot du CirkVOST, et Desiderata, de la Compagnie Cabas

Village de Cirque #17, à la Pelouse de Reuilly, Festival du Cirque sous toutes ses formes, Pigments, de Benoit Belleville et Germain Guillemot du CirkVOST, et Desiderata, de la Compagnie Cabas
    © Cécile Carlotti A la lisière du Bois de Vincennes, le Village de cirque mêle depuis 17 éditions des créations variées, qui témoignent avec force et constance d’un cirque multiforme, inventif, généreux et témoin de son temps. Cette année, le Village de cirque s’installe trois semaines, du 10 au 26 septembre, avec 16 compagnies pour 46 représentations dont 22 gratuites,... 

Bach 6 Solo, de Robert Wilson, Lucinda Childs, Jennifer Koh, mis en scène par Robert Wilson, Théâtre de la Ville, Festival d’automne

Bach 6 Solo, de Robert Wilson, Lucinda Childs, Jennifer Koh, mis en scène par Robert Wilson, Théâtre de la Ville, Festival d’automne
  © Lucie Jansch   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Le titre du spectacle pouvant paraître énigmatique est finalement très explicite. Bach pour le compositeur, 6, pour ses six sonates et partitas, Solo, parce que les partitions sont pour violon seul. Et de fait, le violon et sa violoniste exceptionnelle, Jennifer Koh, pourraient être seuls dans la chapelle Saint-Louis de la... 

Trilogie des Contes immoraux (pour Europe), de Phia Ménard, Opéra Confluence, Festival d’Avignon (In)

Trilogie des Contes immoraux (pour Europe), de Phia Ménard, Opéra Confluence, Festival d’Avignon (In)
  © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon     ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia La Trilogie des Contes immoraux (pour Europe) était créée en tant que trilogie (Maison Mère ; Temple Père ; La Rencontre interdite) pour la première fois à l’Opéra Confluence d’Avignon pour la 75ème édition du Festival, même si Phia Ménard avait déjà présenté... 

Peer Gynt, de Henrik Ibsen, mise en scène d’Anne-Laure Liégeois, et Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman, conception de Simon Delétang, Théâtre du Peuple, Bussang

Peer Gynt, de Henrik Ibsen, mise en scène d’Anne-Laure Liégeois, et Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman, conception de Simon Delétang, Théâtre du Peuple, Bussang
    Peer Gynt © Christophe Raynaud de Lage     ƒƒƒ Article de Corinne François-Denève En ce mois de juillet peu radieux, la forêt vosgienne a pris des allures boréales. Pour sa saison d’été, le Théâtre du Peuple, après une année d’interruption forcée, a repris son ordre de marche : sur les mois de juillet et d’août, commençant un peu plus tôt dans l’été,... 

Jamais labour n’est trop profond, de Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin et Maxence Tual, Théâtre Paris-Villette, Festival Paris L’Eté

Jamais labour n’est trop profond, de Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin et Maxence Tual, Théâtre Paris-Villette, Festival Paris L’Eté
    © Martin Argyroglo   ƒƒ article de Denis Sanglard Trois chiens de Navarre ont quitté la meute de Jean-François Meurisse pour aller ailleurs planter des choux. Jamais labour n’est trop profond, ce titre énigmatique ne doit rien au hasard ni à l’improvisation dont ils sont passés maîtres mais à Claude Bourguignon, ingénieur agronome français et fondateur du laboratoire... 

Le Musée, de Bashar Murkus, Chapelle des pénitents blancs, Festival d’Avignon (In)

Le Musée, de Bashar Murkus, Chapelle des pénitents blancs, Festival d’Avignon (In)
  © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Deux hommes se font face. L’un derrière une caméra pose des questions, l’autre filmé y répond, parfois et même souvent à côté, tout en hochant de la tête sans interruption. Le premier est chargé de l’enquête, le second un terroriste. Il a perpétré un attentat faisant cinquante... 

Le Visiteur, de Eric-Emmanuel Schmitt, Johanna Boyé, Théâtre Actuel, Festival d’Avignon (Off)

Le Visiteur, de Eric-Emmanuel Schmitt, Johanna Boyé, Théâtre Actuel, Festival d’Avignon (Off)
  © Fabienne Rappeneau   ƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Ce n’est pas la première fois qu’Eric-Emmanuel Schmitt est très présent à Avignon. Et il fait généralement salle comble. Cette édition du Off ne fait pas exception avec quatre pièces à son nom (Le Visiteur au Théâtre Actuel ; Madame Pylinska et le secret de Chopin au Théâtre du Chêne noir ; Variations énigmatiques au... 

Le cycle de l’absurde, mise en scène de Raphaëlle Boitel, 32ème promotion du CNAC, Grand Halle de la Villette

Le cycle de l’absurde, mise en scène de Raphaëlle Boitel, 32ème promotion du CNAC, Grand Halle de la Villette
    © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Denis Sanglard S’il est une image qui peut résumer Le cycle de l’absurde, titre donné à la 32ème promotion du Centre National du Cirque, c’est sans doute celle du spider, où le sangliste effectue des figures mais reste dépendant de ceux qui manipulent les fils et le tirent vers le haut. Ensemble et séparément, simulis... 

Dorothy, d’après Dorothy Parker, par Zabou Breitman, Théâtre du Chêne Noir, Festival d’Avignon (Off)

Dorothy, d’après Dorothy Parker, par Zabou Breitman, Théâtre du Chêne Noir, Festival d’Avignon (Off)
  © Pascal Victor/Opale   ƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Le spectacle Dorothy commence curieusement dans la belle salle Léo Ferré du Théâtre du Chêne noir qui semble jouer à guichet fermé chaque soir. Zabou Breitman attend patiemment sur scène que les derniers des 288 spectateurs prennent place sur leurs sièges. Elle commence l’air de rien, quand elle estime que cela... 

Kids, d’après Fabrice Melquiot, François Ha Van, Théâtre Au bout là-bas, Festival d’Avignon (Off)

Kids, d’après Fabrice Melquiot, François Ha Van, Théâtre Au bout là-bas, Festival d’Avignon (Off)
  © François Ha Van   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Kids de Fabrice Melquiot est un hymne joyeux et touchant à la résilience. Huit adolescents, orphelins ou abandonnés par leurs parents morts au combat ou atteints par des snipers lors de la guerre de Sarajevo. Des enfants qui sont privés des moyens de première nécessité, en danger permanent, qui sont de véritables... 

Seras-tu là ? conception et jeu Solal Bouloudnine, Les Plateaux Sauvages, Festival Paris L’Eté

Seras-tu là ? conception et jeu Solal Bouloudnine, Les Plateaux Sauvages, Festival Paris L’Eté
  © Marie Charbonnier   ƒ article de Denis Sanglard Les chansons d’une vie, de celles qui vous marquent à jamais, qu’on ne supporte plus où que l’on écoute jusqu’à la nausée, marqueurs d’une existence, d’un évènement singulier. Souvenir musical et petite rengaine, trois petites notes qui vous font la nique et qui un jour sans crier gare… comme dit la chanson d’Henri... 

Lampedusa Snow, de Lina Prosa, par Eleonora Romeo, Théâtre des Carmes, Festival d’Avignon (Off)

Lampedusa Snow, de Lina Prosa, par Eleonora Romeo, Théâtre des Carmes, Festival d’Avignon (Off)
  © Barbara Buchmann   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Eleonora Romeo continue pour la deuxième édition consécutive du Festival Off à travailler sur la Trilogie du naufrage de Lina Prosa, à savoir en présentant cette année Lampedusa Snow après Lampedusa Beach il y a deux ans. Lampedusa Snow est sans doute la pièce la plus ancrée dans la réalité des trois composantes... 

Journal de l’année de la Peste, d’après Daniel Defoe, par Cyril Le Grix, La Condition des Soies, Festival d’Avignon (Off)

Journal de l’année de la Peste, d’après Daniel Defoe, par Cyril Le Grix, La Condition des Soies, Festival d’Avignon (Off)
    © Xavier Cantat   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Il existe au moins trois raisons pour ne pas rater le Journal de l’année de la peste qui se joue à la Condition des Soies jusqu’au 31 juillet. La première tient à ce que ce texte a été à l’origine d’une proposition de collaboration et de création théâtrale entre deux personnalités qui ont compté pour... 

Ceux-qui-vont-contre-le-vent, de Nathalie Béasse, Cloître des Carmes, Festival d’Avignon (In)

Ceux-qui-vont-contre-le-vent, de Nathalie Béasse, Cloître des Carmes, Festival d’Avignon (In)
  © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Un spectacle de Nathalie Béasse est toujours une invitation au lâcher-prise. Ceux-qui-vont-contre-le-vent ne fait pas exception et cette première fois à Avignon en est une confirmation. Une rumeur, des échanges verbaux, des invectives se font entendre derrière les gradins. Le brouhaha...