// Festivals

Caligula, d’Albert Camus, mise en scène de Jonathan Capdevielle, au T2G / Festival d’Automne à Paris

Caligula, d’Albert Camus, mise en scène de Jonathan Capdevielle, au T2G / Festival d’Automne à Paris
    © Marc Domage   fff article de Denis Sanglard  Arx tarpeia Capitoli proxima, la roche tarpéienne est proche du capitole, c’est bien à quoi l’on pense en découvrant la scénographie de ce Caligula de Camus, mise en scène avec une subtile intelligence, un sacré culot, un sens du décalage qui lui est propre, mais sans esbrouffe aucune par Jonathan Capdevielle. Une mise en... 

Le Songe, démonter les remparts pour finir le pont, d’après William Shakespeare, mise en scène de Gwenaël Morin, au Pavillon de la Villette

Le Songe, démonter les remparts pour finir le pont, d’après William Shakespeare, mise en scène de Gwenaël Morin, au Pavillon de la Villette
  © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Sylvie Boursier Tomber amoureux, se travestir, s’étreindre, s’empoigner, courir, jouer, jouer encore, des jeunes gens se déguisent, des fées apparaissent. Le Songe c’est l’histoire d’Helena qui aime Démétrius, qui aime Hermia et est aimée de Lysandre. Hermia, promise par son père à Démétrius s’enfuit en compagnie de... 

Hamlet, mise en scène de Chela De Ferrari, Teatro de la Plaza, au Théâtre des Abbesses / Festival d’Automne à Paris

Hamlet, mise en scène de Chela De Ferrari, Teatro de la Plaza, au Théâtre des Abbesses / Festival d’Automne à Paris
  © media_Banner fff article de Denis Sanglard   Voilà un Hamlet ébouriffant, électrique, explosif, qui vous empoigne sévère, et d’une force politique sans pareil qui met à nu nos préjugés imbéciles, décille notre regard obstinément aveugle, accuse la violence d’une société qui se refuse à l’altérité, invisibilisant en toute conscience les personnes en situations de handicap.... 

Edelweiss [France Fascisme], texte et mise en scène de Sylvain Creuzevault, au Théâtre de l’Odéon / Ateliers Berthier – Festival d’Automne à Paris

Edelweiss [France Fascisme], texte et mise en scène de Sylvain Creuzevault, au Théâtre de l’Odéon / Ateliers Berthier - Festival d'Automne à Paris
  © Jean-Louis Fernandez ff article de Denis Sanglard « Mais je sais qu’il n’y a pas de hasard à choisir ce qui vous déshonore » écrivait Camus à propos de Brasillach qu’il abhorrait et dont il demandait pourtant la grâce. Le I9 juin 1945, Robert Brasillach condamné à mort pour intelligence avec l’ennemi est fusillé. Voilà où commence Edelweiss [France Fascisme], fresque... 

Discussion avec DS, écriture, mise en scène et jeu de Raphaëlle Rousseau, au Théâtre de la Bastille, Paris

Discussion avec DS, écriture, mise en scène et jeu de Raphaëlle Rousseau, au Théâtre de la Bastille, Paris
    © India Lange   ƒƒ article de Nicolas Brizault-Eyssette Oui, un plateau surprenant, qui nous promet donc que nous allons être surpris, un plateau qui a raison. Des petites bougies un peu partout, devant des photos de Delphine Seyrig, devant une de ces malles où l’on range et transporte costumes, pourquoi pas mini morceaux précieux de décors, et bien d’autres choses... 

In a corner the sky surenders-unplugging archival journey…#1(for Nadia !), conception et chorégraphie Robyn Orlin, Théâtre de Ville / Espace Cardin

In a corner the sky surenders-unplugging archival journey…#1(for Nadia !), conception et chorégraphie Robyn Orlin, Théâtre de Ville / Espace Cardin
  © François Kohl   fff article de Denis Sanglard  1994, Robyn Orlin est à New-York, sans travail et sans moyen, créait In a corner the sky surenders, un solo dans un carton, le même que ceux des sans-abris de son quartier dont elle observait les mécanismes parfois violent de survie. Un solo subversif comme un manifeste qui non seulement interrogeait les mécanisme de survie mais également... 

Homo Idiome, performance de Fanny Adler et Vincent Madame, au MAC VAL, Festival Jerk Off

Homo Idiome, performance de Fanny Adler et Vincent Madame, au MAC VAL, Festival Jerk Off
© Véronique Hubert   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Je me suis fait prendre. Au dépourvu. L’effet de surprise était saillant. Debout, Fanny Adler et Vincent Madame devant des micros sur pied débitent à tour de rôle, sur fond de techno que Vincent Madame gère depuis un ordi à portée de main, des petites annonces à caractère sexuel. Le corpus (jamais ce terme ne m’aura semblé... 

Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand, adaptation et mise en scène de Katja Hunsinger et Rodolphe Dana, au Théâtre du Peuple de Bussang

Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand, adaptation et mise en scène de Katja Hunsinger et Rodolphe Dana, au Théâtre du Peuple de Bussang
  © Christophe Raynaud de Lage fff Article de Denis Sanglard   Au Théâtre du Peuple de Bussang, le nez de Cyrano qui en tout lieu le précède fait un juste triomphe. C’est une mise en scène sans affectation, avec raison tout entière attachée au texte, pris au premier degré, avec une naïveté lucide et volontaire qui en fait sa force et son succès, ces vers de mirlitons capables,... 

Inventions, Mal Pelo, mis en scène par María Muñoz et Pep Ramis, Cour du Lycée Saint-Joseph, Festival d’Avignon In

Inventions, Mal Pelo, mis en scène par María Muñoz et Pep Ramis, Cour du Lycée Saint-Joseph, Festival d’Avignon In
  © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Un quatuor à cordes arrive vraiment sur un plateau, au sens propre comme figuré, roulant vers nous sur un chariot tiré par un étrange personnage affublé, comme certains instrumentistes, d’originaux chapeaux ou sculptures de paille ou de jonc. Il est ensuite rejoint par sept autres danseurs et quatre chanteurs... 

All of it, d’Alistair McDowall, mis en scène par Vicky Featherstone et Sam Pritchard, Théâtre Benoît-XII, Festival d’Avignon In  

All of it, d’Alistair McDowall, mis en scène par Vicky Featherstone et Sam Pritchard, Théâtre Benoît-XII, Festival d’Avignon In   
    © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia  Trois pièces (Northleigh, 1940 ; All of it ; In Stereo) d’Alistair McDowall ont été réunies sous l’intitulé de la seconde (dans l’ordre d’apparition) pour les festivaliers d’Avignon par le Royal Court Theatre, qui font partie de la programmation anglophone voulue par Tiago Rodrigues lors de... 

The Romeo, chorégraphie de Trajal Harrell, Cour d’honneur, Festival d’Avignon In

The Romeo, chorégraphie de Trajal Harrell, Cour d’honneur, Festival d’Avignon In
©  Christophe Raynaud de Lage   ƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia  Autant le dire d’emblée, le rapport avec le personnage de Shakespeare n’a rien d’évident ou nous a totalement échappé. Le chorégraphe et danseur nord-américain Trajal Harrell qui dirige le Schauspielhaus Zürich Dance Ensemble depuis 2019 est-il un Romeo désabusé, trainant son sac poubelle dans les recoins... 

Ecrire sa vie, d’après l’œuvre de Virginia Woolf, texte et mise en scène de Pauline Bayle au Cloître des Carmes, Avignon Festival IN.

Ecrire sa vie, d’après l’œuvre de Virginia Woolf, texte et mise en scène de Pauline Bayle au Cloître des Carmes, Avignon Festival IN.
    © Christophe Raynaud de Lage   ƒ article de Sylvie Boursier Les Vagues de Virginia Woolf, récit choral à six voix, ponctué d’une marine dessinée à différents moments de la journée, suit le parcours de jeunes depuis l’adolescence jusqu’à l’âge mûr. Leurs paroles se chevauchent, les phrases s’entrechoquent, et les protagonistes à fleur de peau luttent contre... 

Déraisonnable, de Denis Lachaud, mise en scène Catherine Schaub au théâtre Artéphile, Festival off Avignon

Déraisonnable, de Denis Lachaud, mise en scène Catherine Schaub au théâtre Artéphile, Festival off Avignon
  © Emilie Brouchon   ƒƒ Article de Sylvie Boursier Florence Cabaret, qui joue Marie Tudor, perd la raison. Elle devient la reine Marie, s’enfuit du théâtre, enterre ses papiers d’identité au bois de Vincennes et déambule dans Paris, ivre d’une puissance paroxystique et persuadée d’être poursuivie par des voix persécutrices. Internée, sous l’emprise d’une camisole chimique,... 

Kono atari no dokoka, de Michikazu Matsune et Martine Pisani, Collection Lambert, Festival d’Avignon In

Kono atari no dokoka, de Michikazu Matsune et Martine Pisani, Collection Lambert, Festival d’Avignon In
     © Christophe Raynaud de Lage   ƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia  Quelque part ici. A la collection Lambert. Au Japon ? En Autriche ? Kono atari no dokoka – Quelque part ici. Un beau titre pour parler de « ce qui reste de la danse une fois le spectacle terminé », qui est un hommage à l’une des pièces de la chorégraphe française. Le propos est en fait...