// Agenda

Village de Cirque #17, à la Pelouse de Reuilly, Festival du Cirque sous toutes ses formes, Pigments, de Benoit Belleville et Germain Guillemot du CirkVOST, et Desiderata, de la Compagnie Cabas

Village de Cirque #17, à la Pelouse de Reuilly, Festival du Cirque sous toutes ses formes, Pigments, de Benoit Belleville et Germain Guillemot du CirkVOST, et Desiderata, de la Compagnie Cabas
    © Cécile Carlotti A la lisière du Bois de Vincennes, le Village de cirque mêle depuis 17 éditions des créations variées, qui témoignent avec force et constance d’un cirque multiforme, inventif, généreux et témoin de son temps. Cette année, le Village de cirque s’installe trois semaines, du 10 au 26 septembre, avec 16 compagnies pour 46 représentations dont 22 gratuites,... 

Et leurs cerveaux qui dansent, de Vanessa Bettane et Séphora Haymann, Les plateaux Sauvages, Paris 

Et leurs cerveaux qui dansent, de Vanessa Bettane et Séphora Haymann, Les plateaux Sauvages, Paris 
  © Pauline Le Goff   ƒƒƒ article de Nicolas Brizault Vanessa Bettane  et Séphora Haymann ont des enfants atteints de troubles neurologiques conséquents même si pas forcément visibles. Des tas de questions, des moments pas très faciles. Et elles sont comédiennes, alors pourquoi pas… parler de leurs enfants et Leurs cerveaux qui dansent ? Oui, un petit peu, mais d’elles... 

Comme tu me veux, de Luigi Pirandello, mise en scène et scénographie Stéphane Braunschweig, Odéon-Théâtre de l’Europe

Comme tu me veux, de Luigi Pirandello, mise en scène et scénographie Stéphane Braunschweig, Odéon-Théâtre de l'Europe
  © Simon Gosselin   ƒƒ article de Nicolas Brizault Pirandello place Comme tu me veux en 1928, dix ans après la première guerre mondiale, à Berlin tout d’abord, en plein cœur des soirées monstres, avec Hitler en arrière-plan, puis à Udine, dans la beaucoup plus austère Italie du Nord, détruite à la fin de la guerre par les troupes austro-hongroises. Un italien pense avoir... 

L’Etang, Robert Walser, mise en scène Gisèle Vienne, Théâtre Paris-Villette

L’Etang, Robert Walser, mise en scène Gisèle Vienne, Théâtre Paris-Villette
  © Estelle Hanania   ƒƒ article de Hoël Partition vocale et corporelle envoûtante autant que déroutante, L’Etang nous plonge dans les eaux troubles d’une tragédie familiale, aux confins de l’inceste, du mal-être adolescent, du fantasme et du mensonge. On se retrouve aux prises avec ce fils qui tente de capter la bienveillance maternelle en simulant un suicide. La chorégraphe... 

Une vie allemande de Christopher Hampton, mise en scène de Thierry Harcourt, Théâtre de Poche, Paris

Une vie allemande de Christopher Hampton, mise en scène de Thierry Harcourt, Théâtre de Poche, Paris
  © Lot   ƒƒ article de Corinne François-Denève A 102 ans, Brunhilde Pomsel, ancienne secrétaire de Goebbels, évoque ses souvenirs devant des journalistes viennois. Ces trente heures d’entretien deviennent un documentaire de près de deux heures, intitulé Une vie allemande. A son tour, le dramaturge Christopher Hampton taille dans ces confessions pour en faire jaillir un monologue... 

Salem, écriture collective de Flora Bourne-Chastel, Elise d’Hautefeuille, Naima Maurel, Rémi Prin, Rose Raulin et Louise Robert, mise en scène Rémi Prin, Théâtre de Belleville

Salem, écriture collective de Flora Bourne-Chastel, Elise d'Hautefeuille, Naima Maurel, Rémi Prin, Rose Raulin et Louise Robert, mise en scène Rémi Prin, Théâtre de Belleville
  © Avril Dunoyer     ƒƒ article de Hoël Salem, petit village hors du temps, et coupé du monde. Une nuit, alors qu’un couvre-feu est décrêté par le Maire sous la coupe d’un curé puritain, quatre jeunes femmes sont surprises en train de s’adonner à un rite païen. Soupçonnées de sorcellerie, les quatre accusées s’enferment pendant plusieurs jours, d’espace clos en... 

Bach 6 Solo, de Robert Wilson, Lucinda Childs, Jennifer Koh, mis en scène par Robert Wilson, Théâtre de la Ville, Festival d’automne

Bach 6 Solo, de Robert Wilson, Lucinda Childs, Jennifer Koh, mis en scène par Robert Wilson, Théâtre de la Ville, Festival d’automne
  © Lucie Jansch   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Le titre du spectacle pouvant paraître énigmatique est finalement très explicite. Bach pour le compositeur, 6, pour ses six sonates et partitas, Solo, parce que les partitions sont pour violon seul. Et de fait, le violon et sa violoniste exceptionnelle, Jennifer Koh, pourraient être seuls dans la chapelle Saint-Louis de la... 

7 Deaths of Maria Callas, conception Marina Abramović, Opéra National de Paris

7 Deaths of Maria Callas, conception Marina Abramović, Opéra National de Paris
  © Charles Duprat / OnP     ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot La mort est ce royaume où trône en majesté Marina Abramović. Mais qu’est-ce que la présence quand il s’agit de représenter l’absence ? Qu’est-ce qu’être vivant sur une scène, comment atteindre à l’expérience vitale, quand c’est la mort que l’on souhaite figurer ? De ces paradoxes insolubles, inextricables,... 

Tropique de la violence, texte de Nathacha Appanah, adaptation et mise en scène de Alexandre Zeff, Théâtre de la Cité Internationale

Tropique de la violence, texte de Nathacha Appanah, adaptation et mise en scène de Alexandre Zeff, Théâtre de la Cité Internationale
  © Jules Beautemps   ƒƒ article de Denis Sanglard Mayotte, département français. Île oubliée où règne la pauvreté la plus extrême. Sur les plages de sables fins des lagons, ils sont des milliers de migrants venus des îles Comores à débarquer au péril de leur vie. Clandestins voués à la misère, à la précarité, au chômage, que représente le plus grand bidonville de l’île,... 

Chaplin 1939, de Cliff Paillé, mis en scène par Cliff Paillé, Lucernaire

Chaplin 1939, de Cliff Paillé, mis en scène par Cliff Paillé, Lucernaire
  © Laurent Sabaté   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Chaplin 1939 est assurément l’une des pépites de la rentrée théâtrale parisienne. La pièce de Cliff Paillé, créée au 1er Phénix Festival de Paris et qui s’est jouée dans le Off d’Avignon cet été, se concentre sur l’année 1939 comme le titre l’indique, qui est celle de l’écriture du Dictateur. Une... 

Illusions perdues, d’après Honoré de Balzac, mise en scène de Pauline Bayle, Théâtre de la Bastille

Illusions perdues, d’après Honoré de Balzac, mise en scène de Pauline Bayle, Théâtre de la Bastille
  © Simon Gosselin     ƒƒ article de Denis Sanglard « On ne peut rien réussir sans se râper le cœur. » D’Angoulême à Paris, l’ascension rapide et la chute brutale de Lucien de Rubempré. Pauline Bayle adapte Illusions perdues de Balzac, œuvre monstre. L’œuvre est dégraissée, la mise en scène dépouillée à l’extrême, frontale. Ce que Pauline Bayle met en scène,... 

Le Fauteuil prend quelques jours de vacances

Le Fauteuil prend quelques jours de vacances
    Fauteuil création Hélène Barrier/Iconoklastes. © Photo Ian Rivera.     Le Fauteuil prend quelques jours de vacances, les chroniqueurs un repos bien mérité. Merci de votre fidélité, rendez-vous en septembre pour la rentrée théâtrale… À très bientôt !          Read More →

Trilogie des Contes immoraux (pour Europe), de Phia Ménard, Opéra Confluence, Festival d’Avignon (In)

Trilogie des Contes immoraux (pour Europe), de Phia Ménard, Opéra Confluence, Festival d’Avignon (In)
  © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon     ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia La Trilogie des Contes immoraux (pour Europe) était créée en tant que trilogie (Maison Mère ; Temple Père ; La Rencontre interdite) pour la première fois à l’Opéra Confluence d’Avignon pour la 75ème édition du Festival, même si Phia Ménard avait déjà présenté... 

Peer Gynt, de Henrik Ibsen, mise en scène d’Anne-Laure Liégeois, et Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman, conception de Simon Delétang, Théâtre du Peuple, Bussang

Peer Gynt, de Henrik Ibsen, mise en scène d’Anne-Laure Liégeois, et Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman, conception de Simon Delétang, Théâtre du Peuple, Bussang
    Peer Gynt © Christophe Raynaud de Lage     ƒƒƒ Article de Corinne François-Denève En ce mois de juillet peu radieux, la forêt vosgienne a pris des allures boréales. Pour sa saison d’été, le Théâtre du Peuple, après une année d’interruption forcée, a repris son ordre de marche : sur les mois de juillet et d’août, commençant un peu plus tôt dans l’été,...