// Agenda

K ou le paradoxe de l’arpenteur, d’après Le Château de Franz Kafka, mise en scène de Régis Hebette, au Théâtre de l’Echangeur, Bagnolet

K ou le paradoxe de l’arpenteur, d’après Le Château de Franz Kafka, mise en scène de Régis Hebette, au Théâtre de l’Echangeur, Bagnolet
  © Hervé Bellamy   ƒƒ article de Denis Sanglard Adaptation du Château, dernier roman inachevé de Franz Kafka, K où le paradoxe de l’arpenteur conte l’arrivée dans un village reculé d’un arpenteur, venu là par une promesse d’embauche. Seulement on ne peut, dans ce village hostile, séjourner sans autorisation, délivrée par l’administration. Et une promesse n’est... 

L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer, de Copi, mise en scène de Thibaud Croisy, Théâtre de la Cité internationale, Paris

L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer, de Copi, mise en scène de Thibaud Croisy, Théâtre de la Cité internationale, Paris
  © Hervé Bellamy   ƒƒ article de Maxime Pierre L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer est l’un de ses OVNI du XXème siècle, comme, son auteur Copi, le facétieux argentin, illustrateur pour Libération, romancier, homme de théâtre et fêtard mondain. La création de cette pièce au Théâtre de la Cité Internationale date de 1971, dans une mise en scène de Jorge Lavelli.... 

Trio (for the beauty of it), mise en scène de Monika Gintersdorfer, au Théâtre Monfort, Paris

Trio (for the beauty of it), mise en scène de Monika Gintersdorfer, au Théâtre Monfort, Paris
© DR article de Nicolas Brizault Comment ne pas sembler trop négatif en disant tout de suite que l’ennui est immédiat face à ces trois danseurs, Ordinateur, Alex Mugler et Carlos Gabriel Martinez, l’un dans le coupé-décalé, le suivant s’étalant dans un voguing plus que limite et le dernier faisant rebondir les danses urbaines mexicaines. Les « peu importe », « et alors ? »,... 

Cahier d’un retour au pays natal, de Aimé Césaire, mis en scène par Jacques Martial, Théâtre de l’Épée de bois (Cartoucherie de Vincennes)

Cahier d’un retour au pays natal, de Aimé Césaire, mis en scène par Jacques Martial, Théâtre de l’Épée de bois (Cartoucherie de Vincennes)
    © AKO – Audrey Knafo Ohnona   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Cahier d’un retour au pays natal n’est pas un texte de théâtre, c’est un poème en prose. Mais pas n’importe quel poème en prose. Et quand il rencontre un passeur à sa mesure, un conteur de la taille des non-vers du poète martiniquais, ce sont tous les peuples dominés de l’humanité qui se... 

Les filles aux mains jaunes, de Michel Bellier, mis en scène par Johanna Boyé, au Théâtre Rive Gauche, Paris

Les filles aux mains jaunes, de Michel Bellier, mis en scène par Johanna Boyé, au Théâtre Rive Gauche, Paris
  © Fabienne Rappeneau   ƒƒƒ article de Hoël  Le Corre Ça commence par des cloches d’église. Ça commence un 2 août. Celui de 1914, celui de la mobilisation générale. Quatre femmes voient leurs maris, frères, fils, amis, partir au front pour ce qui ne sera « qu’une affaire de quelques semaines »… Mais voilà que ce monde « sans hommes » s’éternise, et il faut trouver... 

Rien ne s’oppose à la nuit – fragments, d’après Delphine de Vigan, adaptation Delphine de Vigan et Elsa Lepoivre, mise en scène Fabien Gorgeart, Studio de la Comédie Française, Galerie du Carrousel du Louvre

Rien ne s’oppose à la nuit – fragments, d’après Delphine de Vigan, adaptation Delphine de Vigan et Elsa Lepoivre, mise en scène Fabien Gorgeart, Studio de la Comédie Française, Galerie du Carrousel du Louvre
    © Brigitte Enguérand   ƒƒƒ Article de Sylvie Boursier Rien ne s’oppose à la nuit – fragments  Au bout de sa table de travail, une femme lit à haute voix un texte sur son ordinateur d’une voix détimbrée. On comprend qu’il s’agit d’un écrivain qui teste la fluidité de sa prose. Elle hésite parfois, soupire profondément, réfléchit, reprend, on a l’impression... 

Both Sitting Duet et Rewriting, de Jonathan Burrows et Matteo Fargion, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne

Both Sitting Duet et Rewriting, de Jonathan Burrows et Matteo Fargion, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne
     Rewriting © Urska Boljkovac     ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot A les voir prendre place sur ces deux chaises à portée de public, on se dit de suite qu’un bon tour nous sera joué. Un tour de manège, un tour de prestidigitation, un tour de rien qui fera le tour de tout. Jonathan Burrows et Matteo Fargion suscitent et atteignent une telle proximité, une telle ouverture... 

Et pourquoi moi je dois parler comme toi ? mise en scène d’Alain Françon, Théâtre de la Colline

Et pourquoi moi je dois parler comme toi ? mise en scène d’Alain Françon, Théâtre de la Colline
  © Tuong-Vi Nguyen     ƒƒƒ article de Denis Sanglard Babouillec, Franco Beltrametti, Aloïse Corbaz, Samuel Daiber, Hernst Herbeck, Jacqueline, Lotte Morin, Jego Hestz, Jules Pages, Marguerite Pillonel, Justine Python, Romain, Jeanne Tripier, Adolf Wölfli et quelques anonymes. Ajoutons, approchaient-ils de la folie, Emily Dickinson, Henri Michaux et Robert Walser ? Fous donc, ou... 

Harvey de Mary Chase, mise en scène de Laurent Pelly, Théâtre du Rond-Point, Paris

Harvey de Mary Chase, mise en scène de Laurent Pelly, Théâtre du Rond-Point, Paris
  © Polo Garat   ƒƒ Article de Sylvie Boursier Sur le bord du plateau dans l’ombre, un elfe chapeauté avance en crabe de cour à jardin, hésite comme un chat devant une flaque d’eau, puis disparaît. Quelques secondes plus tard Vita Simmons et sa fille arpentent leur salon bourgeois des années 1950 avec la raideur de métronomes, tournant à la perpendiculaire telles des robots.... 

Dans la mesure de l’impossible, texte et mise en scène de Tiago Rodrigues, Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier / Festival d’Automne à Paris

Dans la mesure de l’impossible, texte et mise en scène de Tiago Rodrigues, Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier / Festival d’Automne à Paris
    © Magali Dougados   ƒƒ article de Denis Sanglard Ce ne sont pas des héros. Du moins ne se définissent-ils pas comme ça. Non, c’est juste « un job ». Ce sont les travailleurs humanitaires. Qui racontent leur quotidien au cœur des conflits, dans ces pays « impossibles ». On ne saura rien de ces pays, pas de nom, malgré quelques indices. Voilà, pour éviter tout jugement.... 

Portraits Hôtel, par la Compagnie des Lumas, la Compagnie Y, la Compagnie CALC et le Collectif Marthe, déambulation en hôtels à Lyon

Portraits Hôtel, par la Compagnie des Lumas, la Compagnie Y, la Compagnie CALC et le Collectif Marthe, déambulation en hôtels à Lyon
    © Théâtre du Point du jour     ƒƒ article de Victoria Fourel Sur la programmation du Théâtre du Point du jour, on vous propose une expérience hors les murs. Mais entre quatre murs quand même. On vous propose d’entrer dans un lieu ouvert à tous les vents mais aussi immensément intime. Quatre portraits en hôtel seront proposés à tour de rôle, quatre courtes pièces... 

La peau de l’espace, de Yasmine Hugonnet, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne

La peau de l’espace, de Yasmine Hugonnet, à Lafayette Anticipations, dans le cadre du Festival Echelle Humaine et du Festival d’Automne
    © Anne-Laure Lechat     ƒƒ article de Nicolas Thevenot L’espace est au centre de la danse, qui en est une exploration infinie. Avec Yasmine Hugonnet, cette recherche se fait sensible et sensorielle. La peau de l’espace est affaire de caresse, de contact. Quelque chose de presque impudique comme un rapport secret que l’on se découvrirait avec ce qui passe habituellement... 

Common Ground[s], chorégraphie Germaine Acogny, Malou Airaudo / Le Sacre du Printemps, chorégraphie de Pina Baush, Théâtre de la Ville Hors les Murs/ La Villette-Espace Chapiteaux

Common Ground[s], chorégraphie Germaine Acogny, Malou Airaudo / Le Sacre du Printemps, chorégraphie de Pina Baush, Théâtre de la Ville Hors les Murs/ La Villette-Espace Chapiteaux
    Common Ground[s]  © Maarten Vanden Abeele     ƒƒƒ article de Denis Sanglard  Common Ground[s]  Germaine Acogny, Malou Airaudo. La première « mère de la danse contemporaine africaine » et fondatrice de l’Ecole des Sables, la seconde, ancienne membre emblématique du Tanztheather Wuppertal Pina Baush qui marquât de son empreinte et de ses rôles les créations... 

Respire, de Sophie Maurer, mis en scène par Panchika Velez, La Scala, Paris

Respire, de Sophie Maurer, mis en scène par Panchika Velez, La Scala, Paris
    © Karine Letellier   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Le petit plateau de la Piccola Scala est « encombré » de panneaux en plexiglas, d’une chaise également en plastique transparent et à Cour, un musicien attend derrière son clavier, près de sa guitare. Une femme attend également, à Jardin, tapie dans l’ombre. Une mère, une femme, mais aussi une comédienne,...