// Agenda

7 Minutes, de Stefano Massini, mis en scène par Maëlle Poésy, avec la troupe de la Comédie Française, au Théâtre Public de Montreuil

7 Minutes, de Stefano Massini, mis en scène par Maëlle Poésy, avec la troupe de la Comédie Française, au Théâtre Public de Montreuil
  © Vincent Pontet coll. Comédie-Française   ƒƒƒ article de Hoël  Le Corre Par la plume de Stefano Massini, et sous la direction de Maëlle Poésy, 7 Minutes nous offre un thriller social et politique à couper le souffle. Dans un huis-clos qui n’est pas sans rappeler celui de Douze Hommes en Colère, onze femmes vont devoir prendre une décision qui dépasse leur simple personne, qui dépasse... 

Si tôt déjà ! d’après Karl Valentin, mise en scène de Gatienne Engélibert, Théâtre Le Local

Si tôt déjà ! d’après Karl Valentin, mise en scène de Gatienne Engélibert, Théâtre Le Local
  © Sam Juan   ƒƒ Article de Sylvie Boursier Connaissez-vous Karl Valentin cet illustre inconnu ? La « oui-ouite » ça vous parle ? Et la poudre à récurer universelle FixFix ? Quels sont les bienfaits et nuisances du « popular cafer », le populaire cafard bleu noirâtre [..]qui vit de 6 à 4 semaines et succombe la plupart du temps à une mort non-naturelle bien que rapide causée... 

La Périchole, Opéra-Bouffe de Jacques Offenbach, Livret de Meilhac et Halévy, mise en scène de Laurent Pelly, direction de Marc Minkowski, au Théâtre des Champs-Elysées

La Périchole, Opéra-Bouffe de Jacques Offenbach, Livret de Meilhac et Halévy, mise en scène de Laurent Pelly, direction de Marc Minkowski, au Théâtre des Champs-Elysées
  © Vincent Pontet   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Au Théâtre des Champs-Elysées souffle une bourrasque de folie, qui vous décoiffe assurément. Et pourtant, d’une histoire de crève-la-faim, d’une chanteuse des rues se prostituant pour assurer sa subsistance, se livrant à un tyran, il n’y aurait pas de quoi rire. Oui, mais comme le souligne le metteur en scène Laurent Pelly,... 

Passagers, des Sept Doigts de la Main, mis en scène par Shana Carroll, à L’Espace Chapiteaux – Parc de la Villette

Passagers, des Sept Doigts de la Main, mis en scène par Shana Carroll, à L’Espace Chapiteaux – Parc de la Villette
  © Alexandre Gallez   ƒƒƒ article de Hoël Le Corre Le temps d’un voyage en train, huit passagers mêlent leur vie, leur corps, leurs rêves, leurs questionnements, leurs attentes et leurs rêves. Avec leur cirque d’une esthétique folle où les numéros individuels alternent avec les tableaux collectifs, Les Sept Doigts de la Main reviennent avec un spectacle d’une vitalité communicative ! Dans... 

La Cerisaie, d’Anton Tchekhov, mise en scène de Daniel Jeanneteau et Mammar Benramou, au T2G

La Cerisaie, d’Anton Tchekhov, mise en scène de Daniel Jeanneteau et Mammar Benramou, au T2G
  © Jean-Louis Fernandez    ff article de Denis Sanglard La Cerisaie, dernière pièce d’Anton Tchekhov c’est la prémonition d’un monde prêt de disparaitre. Le rachat de la propriété par Lopakhine, fils de moujik, acte le bouleversement d’une société inconsciente de sa mutation, de la déliquescence d’une aristocratie et la montée irrésistible d’une nouvelle classe de dominant... 

We wear our wheels with pride and slap your street with color… We said ‘bonjour’ to Satan in 1820… chorégraphie de Robyn Orlin, Chaillot-théâtre National de la danse / Festival d’Automne à Paris

We wear our wheels with pride and slap your street with color… We said ‘bonjour’ to Satan in 1820… chorégraphie de Robyn Orlin, Chaillot-théâtre National de la danse / Festival d’Automne à Paris
    © Jérôme Séron   fff article de Denis Sanglard Devenus attractions touristiques, les rickshaws sud-africain, l’équivalent des pousse-pousse, sont tirés par des hommes, parfois des femmes, qu’on appelait en zoulou, ihashi. Terme de mépris qui veut dire cheval. Au XIXème siècle les conducteurs de rickshaws étaient des esclaves qui travaillaient dans les transports. Aucun ne dépassait... 

De Bonnes Raisons, par la Compagnie La Volte Cirque, avec Matthieu Gary et Sidney Pin, au Théâtre Monfort, Paris

De Bonnes Raisons, par la Compagnie La Volte Cirque, avec Matthieu Gary et Sidney Pin, au Théâtre Monfort, Paris
  © Damien Bossis     ƒƒƒ article de Hoël  Le Corre On entre dans la grande salle du Théâtre Monfort, mais personne dans les beaux sièges bleus : le spectacle se passera, pour les spectateurs comme pour les deux circassiens, sur scène, dans un dispositif plus intimiste, où nous verrons chaque goutte de sueur, entendrons chaque souffle et partagerons pendant une heure les... 

Monsieur Proust, d’après les entretiens de Céleste Albaret, mise en scène d’Ivan Morane, au Théâtre du Lucernaire

Monsieur Proust, d’après les entretiens de Céleste Albaret, mise en scène d’Ivan Morane, au Théâtre du Lucernaire
    © Laurencine Lot   ƒƒ article de Denis Sanglard Le temps suspendu. Il y a 100 ans mourrait Marcel Proust. A son chevet, celle qui fut à son service les huit dernières années de sa vie, Céleste Albaret. Céleste dont Proust avait prévu combien elle serait sollicitée après sa mort, se murât dans le silence jusqu’en 1973, acceptant à 82 ans un entretien avec le journaliste... 

Mauvaise petite fille blonde, texte et mise en scène de Pierre Notte, Studio Hébertot

Mauvaise petite fille blonde, texte et mise en scène de Pierre Notte, Studio Hébertot
  © Marie Charbonnier   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Les enfants ont un grand sens de la justice, on le sait. Pour avoir contemplé les nuages, les jolis nuages en forme de zizi, elle shoote dans la coupelle d’une mendiante. Pas fait exprès, non. Oui, mais on l’accuse quand même. Et pour le coup, privée de chocolatine. A la maison, pas mieux. Le petit frère renverse ses carottes,... 

Le Tambour de soie, un nô moderne, mise en scène et chorégraphie de Kaori Ito et Yoshi Oïda, Théâtre Nanterre Amandiers

Le Tambour de soie, un nô moderne, mise en scène et chorégraphie de Kaori Ito et Yoshi Oïda, Théâtre Nanterre Amandiers
    © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Il est des instants suspendus et fragiles, d’une grâce infinie et miraculeuse, que des évènements extérieurs rendent brutalement aigus et douloureux. C’était un soir de première et ce fut un soir de dernière. Un ultime lever de rideau avant un nouveau confinement décidé pour un mois, probablement deux.... 

T.I.N.A, de et avec Garance, sous le regard d’Alexandre Pavlata et Lucie Reinaudo au Théâtre la Flèche

T.I.N.A, de et avec Garance, sous le regard d’Alexandre Pavlata et Lucie Reinaudo au Théâtre la Flèche
    ƒƒƒ article de Hoël Le Corre Un clown blanc entre en scène, c’est Garance Legrou, costume un peu trop ample, et visage oscillant entre l’émotion de voir la salle comble et le plaisir de savourer une nouvelle rencontre avec le public présent ce soir-là. Car, oui, si nous, les spectateurs sommes, en ce début de spectacle dans l’expectative de ce que nous réserve cette femme... 

Armide, Drame héroïque de Gluck, livret de Philippe Quinault, direction musicale de Christophe Rousset, mise en scène de Lilo Baur, à l’Opéra-Comique

Armide, Drame héroïque de Gluck, livret de Philippe Quinault, direction musicale de Christophe Rousset, mise en scène de Lilo Baur, à l’Opéra-Comique
    © S. Brion     ƒƒ article de Denis Sanglard Armide, où les amours du chevalier Renaud et de la magicienne Armide, inspiré de La Jérusalem délivrée du Tasse, opéra de Gluck composé en 1777 sur un livret de Quinault mis en musique par Lully en 1686, est considérée comme un sommet de l’art lyrique. Partition complexe et fort riche, d’une grande expressivité dramatique,... 

La guerre n’a pas un visage de femmes de Svetlana Alexievitch, mise en scène de Marion Bierry, au théâtre Traversière 

La guerre n’a pas un visage de femmes de Svetlana Alexievitch, mise en scène de Marion Bierry, au théâtre Traversière 
  © Stéphane parphot   ƒƒ Article de Sylvie Boursier C’était des jeunes filles en fleurs, à peine pubères, engagées volontaires de 1941 à 1945 pour défendre leur pays, la Russie. Méprisées, ignorées, considérées comme des « femmes impures » à leur retour, elles se sont tues alors qu’au front elles étaient unies aux hommes dans le même malheur ; malgré toutes les horreurs... 

L’hôte, de Bénédicte Le Lamer, à la Ménagerie de verre, Paris, dans le cadre du festival INACCOUTUMÉS 2022

L’hôte, de Bénédicte Le Lamer, à la Ménagerie de verre, Paris, dans le cadre du festival INACCOUTUMÉS 2022
  © Elise Garraud     ƒƒ article de Nicolas Thevenot En intitulant sa proposition L’hôte, Bénédicte Le Lamer l’ouvre à tous les vents interprétatifs, à toutes les spéculations, de Flaubert et son conte à l’énigme cruelle relatant la légende de Saint-Julien l’Hospitalier, jusqu’à, osons, l’alien du cinéma. Dans cet arc souverain, la forme ouverte à laquelle...