Haute surveillance, de Jean Genet, mise en scène Cédric Gourmelon, Comédie Française Studio-Théâtre
© Vincent Pontet, coll. Comédie-Française ƒƒƒ Article de Nicolas Brizault Haute surveillance, « long poème » plus qu’une pièce peut-être, écrit en prison et revu par Genet plusieurs fois, la version présentée ici étant celle de 1985, modifiée un an avant sa mort. L’histoire ? Trois hommes sont... 
Suite... Commentaires fermés sur Haute surveillance, de Jean Genet, mise en scène Cédric Gourmelon, Comédie Française Studio-Théâtre
Vania, d'après Oncle Vania d'Anton Tchekhov, mise en scène Julie Deliquet au Théâtre Gérard Philipe
  © Simon Gosselin   ƒƒƒ Article de Victoria Fourel L’équilibre taciturne de la vie de Vania et de sa nièce Sonia est perturbé par l’arrivée du professeur et de sa femme. Un quotidien électrique s’installe, entre froid et explosions de frustrations et d’amours. Nous sommes... 
Suite... Commentaires fermés sur Vania, d’après Oncle Vania d’Anton Tchekhov, mise en scène Julie Deliquet au Théâtre Gérard Philipe
Bovary, Les films sont plus harmonieux que la vie, de Cendre Chassanne, Maison des Métallos, festival « Focus Femmes »
© Octave Paute   ƒƒ  article de : Corinne François-Denève Adapter pour le théâtre Madame Bovary ? L’idée n’est pas nouvelle. Le roman de Flaubert est idéalement divisé en trois parties, et il comporte son lot de « scènes à faire », et de rebondissements dramatiques. Ces dernières années,... 
Suite... Commentaires fermés sur Bovary, Les films sont plus harmonieux que la vie, de Cendre Chassanne, Maison des Métallos, festival « Focus Femmes »
Swann s’inclina poliment, d’après Marcel Proust, mise en scène Nicolas Kerszenbaum, Théâtre de Belleville
© Camille Morhange / Alex Nollet   ƒƒ article de Corinne François-Denève « Les Histoires d’amour finissent mal, en général »  Charles n’aimait pas Odette, mais Charles ne le savait pas. Au Théâtre de Belleville, Nicolas Kerszenbaum a fait le choix de transposer Un amour de Swann en 2017, et... 
Suite... Commentaires fermés sur Swann s’inclina poliment, d’après Marcel Proust, mise en scène Nicolas Kerszenbaum, Théâtre de Belleville
Sallinger, de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Léa Sananes, au Théâtre Les Déchargeurs
Article de Nicolas Brizault   Sallinger a un sujet intéressant, une famille, aux Etats-Unis, qui se déchire, se noie, se cogne, hurle et s’efface, ou tente de le faire, après le suicide du fils préféré, le Rouquin. Les sujets sont multiples, la famille, bien évidemment, les Etats-Unis, oui, le sexe,... 
Suite... Commentaires fermés sur Sallinger, de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Léa Sananes, au Théâtre Les Déchargeurs
You-You, de Jovan Atchine, mise en scène Elodie Chanut, au Studio Hébertot
© Pascal Gely   ƒ Article de Victoria Fourel You-You a voyagé, You-You a travaillé, elle a traversé la vie et l’Europe. Et aujourd’hui, c’est l’heure de la retraite. Au détour de son discours d’adieu à ses collègues et à une partie de sa vie, elle raconte son histoire, ses départs... 
Suite... Commentaires fermés sur You-You, de Jovan Atchine, mise en scène Elodie Chanut, au Studio Hébertot
Traviata vous méritez un avenir meilleur, d’après Giuseppe Verdi, mise en scène de Benjamin Lazar, au Théâtre des Bouffes du Nord
© Pascal Victor – Artcomart fff article de Jean Hostache Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla signent une version bouleversante de la Traviata. Une Traviata irrévérencieuse qui vient balayer les codes opératiques poussiéreux, et fait entendre un chant plus vivant que jamais au sein des murs... 
Suite... Commentaires fermés sur Traviata vous méritez un avenir meilleur, d’après Giuseppe Verdi, mise en scène de Benjamin Lazar, au Théâtre des Bouffes du Nord
Pour l’amour de Simone, mise en scène d’Anne-Marie Philipe, Le Lucernaire
© Michel Slomka ƒƒ  article de : Corinne François-Denève   Au début résonne dans le théâtre la vraie voix de « Simone », pressée, précise et impérieuse : « être femme, ce n’est pas une donnée naturelle », variante du « on ne naît pas femme, on le devient ». Cette parole liminaire,... 
Suite... Commentaires fermés sur Pour l’amour de Simone, mise en scène d’Anne-Marie Philipe, Le Lucernaire
Novecento d'Alessandro Baricco, mise en scène André Dussolier, au Théâtre du Rond-Point
© Christian Granet ƒƒ Article de Victoria Fourel Il en fait des allers-retours, ce bateau. Et avec lui le trompettiste qui raconte sa vie de musicien d’orchestre en mer, et surtout sa rencontre avec l’improbable Novecento. Dans ce récit de voyage, à la fois conte fantastique et ode au jazz, André... 
Suite... Commentaires fermés sur Novecento d’Alessandro Baricco, mise en scène André Dussolier, au Théâtre du Rond-Point
Le Fauteuil prend quelques jours de vacances !
Fauteuil création Hélène Barrier/Iconoklastes. © Photo Ian Rivera.   Le Fauteuil prend quelques jours de vacances, les chroniqueurs un repos mérité. Merci de votre fidélité, rendez-vous en septembre pour la rentrée théâtrale… A très bientôt !    Read More →
Suite... Commentaires fermés sur Le Fauteuil prend quelques jours de vacances !
Suite Samouraï, d’Aline César, à la Maison de la Poésie d’Avignon, festival d’Avignon Off.
ƒƒ article de Jean Hostache                                                    © DR Une chambre d’hôtel, un bateau qui prend le large, un aéroport, une ville sans nom. Autant d’invitation au voyage, de non-lieux, ou pourtant se glisse l’intimité impudique et lyrique d’Aline... 
Suite... Commentaires fermés sur Suite Samouraï, d’Aline César, à la Maison de la Poésie d’Avignon, festival d’Avignon Off.
Les bâtisseurs d’empire ou le Schmürz, de Boris Vian, mis en scène par Vincent Ecrepont, au Théâtre des Lucioles, Festival d’Avignon Off.
ƒƒƒ article de Jean Hostache © Ludovic Leleu Vincent Ecrepont se plonge dans le théâtre méconnu de Boris Vian, pour nous faire découvrir une pièce magnifique. Il soulève avec brio des enjeux criant l’urgence d’être portés au plateau, et fait de ce chef-d’œuvre oublié l’écho d’une actualité... 
Suite... Commentaires fermés sur Les bâtisseurs d’empire ou le Schmürz, de Boris Vian, mis en scène par Vincent Ecrepont, au Théâtre des Lucioles, Festival d’Avignon Off.
Je t’écris mon amour, de Emmanuel Darley, mis en scène par Jean De Pange, à la Caserne des Pompiers, Festival d’Avignon Off.
ƒƒƒ article de Jean Hostache © Romain Kosellek Nous avons là une des plus belles histoires d’amour qui fut écrite pour le théâtre… Deux êtres se rencontrent. Tous deux mariés, ils se jaugent, pas à pas se rapprochent, jusqu’à s’écrire leur amour par message. Un bouclier virtuel qui met la distance... 
Suite... Commentaires fermés sur Je t’écris mon amour, de Emmanuel Darley, mis en scène par Jean De Pange, à la Caserne des Pompiers, Festival d’Avignon Off.
En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et ne s’arrête pas de Steve Gagnon, mise en scène de Vincent Goethals, Théâtre du peuple de Bussang
ƒƒƒ article de Denis Sanglard © Claude Noël Libre adaptation de Britannicus de Racine, En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas, évacue le politique pour ne se concentrer que sur le clan familial, les relations ambivalentes entre Britannicus et ici son demi-frère Néron,... 
Suite... Commentaires fermés sur En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et ne s’arrête pas de Steve Gagnon, mise en scène de Vincent Goethals, Théâtre du peuple de Bussang