// Critiques

Le Consentement, écrit par Vanessa Springora, mise en scène de Sébastien Davis, Théâtre du Rond-Point

Le Consentement, écrit par Vanessa Springora, mise en scène de Sébastien Davis, Théâtre du Rond-Point
© Christophe Raynaud de Lage ƒƒƒ article de Corinne François-Denève Au début, elle s’avance sur la scène, comme pour se présenter, ou jauger ceux et celles qui vont l’écouter. Elle respire, le souffle un peu précipité déjà, sourit à certains et certaines, observe, accroche des regards. Puis elle disparaît derrière la toile de fond, sorte de membrane plastique qui, selon qu’elle... 

Cavalières, conception et mise en scène d’Isabelle Lafon, théâtre de La Colline à Paris

Cavalières, conception et mise en scène d’Isabelle Lafon, théâtre de La Colline à Paris
  © Laurent Schneegans   ƒƒ Article de Sylvie Boursier Au bord des larmes sur les saluts, Isabelle Lafon avait-elle douté aller au bout de son message intime au public, elle qui avoue parler et signer cheval, normal pour une ancienne entraîneuse de trotteurs ! Cavalières est un dialogue épistolaire entre quatre femmes de milieux et d’âges différents qui acceptent de cohabiter... 

Bérénice, d’après Jean Racine, mise en scène de Roméo Castellucci, au Théâtre de la Ville/ Sarah Bernhardt

Bérénice, d’après Jean Racine, mise en scène de Roméo Castellucci, au Théâtre de la Ville/ Sarah Bernhardt
      © Courtesy Alex Majoli Article de Denis Sanglard  Bérénice c’est la tragédie du vide où tout est acté avant même de commencer. Le roi est mort, vive le roi, Bérénice ne pourra rester auprès de Titus. Tragédie du néant que sublime la langue de Racine, lamento amoureux, cérémonie d’un adieu. Nulle action mais un dialogue unique sur la perte amoureuse. Un triangle amoureux... 

Au pays du Nô et du Kyogen, à la Maison de la Culture du Japon

Au pays du Nô et du Kyogen, à la Maison de la Culture du Japon
  © association du Nokaku   fff article de Denis Sanglard La Maison de la Culture du Japon à Paris proposait sur deux jours seulement une invitation au voyage, au pays de Nô et du Kyogen. Deux univers d’une tradition séculaire, exerçant la même fascination pour qui accepte cet « exercice de l’ailleurs » préconisé par Antoine Vitez, loin des clichés occidentaux malgré ses... 

Longwy Texas, Au pays des pères, Théâtre de la Bastille

Longwy Texas, Au pays des pères, Théâtre de la Bastille
© Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ Article de Corinne François-Denève   « Longwy Texas » : inutile de chercher sur quelque Google Map la localisation hasardeuse d’un « Longwy » qui se serait égaré en Amérique. Contrairement à Wim Wenders, qui avait déniché un autre « Paris » au fin fond d’un grand état américain, le Longwy de Carole Thibaut est bien situé... 

Maya Deren de Daphné Biiga Nwanak et Baudouin Woehl au T2G / Théâtre de Gennevilliers

Maya Deren de Daphné Biiga Nwanak et Baudouin Woehl au T2G / Théâtre de Gennevilliers
    © Mathilde Delahaye ƒƒ article de Nicolas Thevenot La scène est un grand rectangle blanc. La danseuse en fuseau noir s’inscrit dans le contraste du mouvement et de l’immobilité, du noir et du blanc. Tout cela sous le regard d’une spectatrice invitée à s’asseoir sur le plateau. Anna Chirescu va danser pour elle, elle le lui dit, dans les perspectives que trace son point de... 

Ombres Portées, de Raphaëlle Boitel, Compagnie l’Oublié(e), à la MAC de Créteil

Ombres Portées, de Raphaëlle Boitel, Compagnie l’Oublié(e), à la MAC de Créteil
 © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Hoël Le Corre Dans un univers toujours aussi ciselé où la puissance des corps n’a dégale que leur fluidité, Raphaëlle Boitel explore avec Ombres Portées la question du non-dit et de ces conséquences sur la construction de soi. On y retrouve son esthétique du clair-obscur, à la croisée des disciplines. Entre danse, théâtre, cirque... 

Les bonnes, de Jean Genet, mise en scène de Mathieu Touzé, au Théâtre 14

Les bonnes, de Jean Genet, mise en scène de Mathieu Touzé, au Théâtre 14
© Christophe Raynaud de Lage    ff article de Denis Sanglard Les bonnes de Jean Genet c’est un boulevard qui tourne vinaigre. Une comédie acide qui vire à la tragédie. Dans un décor « Au théâtre ce soir » fermé sur lui-même, boudoir blanc et fleurs artificielles, kitsch de cocotte, Solange (Elizabeth Mazev) et Claire (Stéphanie Pasquet), singent leur domesticité. Violente « cérémonie »... 

Le Souper, écriture, conception et jeu de Julia Perazzini, au TPM – Théâtre Public Montreuil

Le Souper, écriture, conception et jeu de Julia Perazzini, au TPM – Théâtre Public Montreuil
  © D. Thébert     ƒƒ article de Nicolas Thevenot Le vert a cela d’unique qu’il embrasse dans le chatoiement de son feuillage aussi bien la vigueur du vivant que la froide ombre de l’outre monde. Julia Perazzini drape le sol de son plateau d’un immense velours vert, miroitant pareillement à la trainée d’une mer tout juste retirée : les arêtes noires que forment ses plis... 

L’enfant brûlé, d’après le roman de Stig Dagerman, mise en scène de Noëmie Ksicova, au Théâtre de l’Odéon / Ateliers Berthier

L’enfant brûlé, d’après le roman de Stig Dagerman, mise en scène de Noëmie Ksicova, au Théâtre de l’Odéon / Ateliers Berthier
  © Jean-Louis Fernandez fff article de Denis Sanglard   « On enterre une femme à deux heures (…) » ainsi commence le roman de Stig Dagerman L’enfant brûlé. Beng désormais orphelin de sa mère transforme sa souffrance, sa douleur en violence et la retourne contre ses proches, son père Knut, sa fiancée Bérit et bientôt contre la maîtresse de son père, Gun, sur laquelle il cristallise... 

Fantômes, de Philippe Minyana, mise en scène de Laurent Charpentier au Théâtre de la Ville-Sarah Bernhardt, Paris

Fantômes, de Philippe Minyana, mise en scène de Laurent Charpentier au Théâtre de la Ville-Sarah Bernhardt, Paris
  © Hervé Bellamy   ƒƒ Article de Sylvie Boursier On commence par la fin avec le cri d’Hugues (Quester), un cri de bête, une déflagration « ta mère est crevée ». Crevée !!! Comme s’il s’agissait d’un animal ou d’un végétal, on dit « la glycine est crevée… ». Mais une mère, suicidée en plus ? Le flux de ses souvenirs touche enfin le cri, une heure quinze à le refouler,... 

4,7% de Liberté, de Samuel Hercule et Métilde Weyergans, par la Compagnie La Cordonnerie, Théâtre de la Ville-Les Abbesses, Paris

4,7% de Liberté, de Samuel Hercule et Métilde Weyergans, par la Compagnie La Cordonnerie, Théâtre de la Ville-Les Abbesses, Paris
    © Samuel Hercule     ƒƒƒ article de Hoël Le Corre Une chance sur 23367 que ces deux-là se rencontrent. Combien de chances pour qu’ils se prénomment Axelle et Axel ? 14% de chance qu’ils n’arrivent pas à avoir d’enfant. Combien de chances pour qu’ils choisissent de devenir famille d’accueil, et pour que Blanquette leur soit confiée ? Et si la probabilité... 

Showgirl, conception, texte et interprétation Jonathan Drillet et Marlène Saldana, au Théâtre de la Bastille

Showgirl, conception, texte et interprétation Jonathan Drillet et Marlène Saldana, au Théâtre de la Bastille
  © Thomas Hennequin ƒƒƒ article de Denis Sanglard Elle fut un éléphant, Staline, Jacques Demy aussi… Inclassable, Marlène Saldana est une drag-queen, créature flamboyante, entre le travesti Divine et l’effeuilleuse Dirty Martini. Monstresse, ogresse, mais avant tout elle-même, actrice et performeuse dans la démesure et l’impudeur absolue, le corps en avant, jeté sans peur... 

Tenir debout, conception et mise en scène de Suzanne de Baecque, au T2G

Tenir debout, conception et mise en scène de Suzanne de Baecque, au T2G
  © Jean-Louis Fernandez   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Le corps humain est l’acteur de toutes les utopies écrivait Michel Foucault. La volonté de le transformer l’arrache à son espace propre pour le projeter dans un autre espace. C’est bien à quoi l’on pense en découvrant la création sensible de Suzanne de Baecque. Suzanne de Baecque c’est un talent monstre et une incroyable...