// Critiques

« Casimir et Caroline » d’Ödön Von Horvath au Théâtre de la Ville

Critique de Monique Lancri – Au Théâtre de la Ville, Casimir et Caroline ne se retrouvent que pour se perdre à nouveau ! Ödön von Horvath (1901-1938) écrit « Casimir et Caroline » en 1931. L’Allemagne, qui compte alors six millions de chômeurs, est en pleine crise. Aussi le peuple se complaît-il dans des fêtes qui lui font oublier ses soucis. C’est dans ce contexte que s’ouvre... 

« La Ronde » d’Arthur Schnitzler mis en scène par Marion Bierry

Critique d’Hervé Mestron – Du sexe à l’époque de Freud Arthur Schnitzler (1862-1931), médecin, s’est intéressé à la psychiatrie, à la dermatologie, et aux maladies vénériennes. Forcément, il a dû en voir et en entendre. Ces questions ont dépassé le cadre strict de ses consultations pour nourrir son imaginaire et donner de l’encre à son scalpel. La Ronde se présente... 

« Fantaisies, ou l’idéal féminin n’est plus ce qu’il était ! » de Carole Thibaut

Critique de Bruno Deslot – Sur les traces d’une histoire trop commune Une femme se raconte, s’interroge et tente de bousculer les diktats de l’idéal féminin, imposés par une société patriarcale. Magie de l’artifice, merveille de la cosmétique, alimentation saine et équilibrée, confortent la femme idéale dans une image de perfection « parce qu’elle le vaut bien » ! Le... 

« Saint-Germain-des-Prés Dandy », création de Isée St John Knowles au Théâtre Mouffetard

Critique de Marion Ploquin – Une galerie de portraits Sartre, Limouse, le dandysme, Boris Vian, le bee bop. Un peu plus d’une heure de spectacle qui nous plonge dans l’atmosphère exaltante du Saint-Germain-des-prés Baudelairien… La pièce s’ouvre sur l’Akadémie Duncan qui, en 1957, s’apprête à célébrer le centenaire des Fleurs du mal sur le thème du... 

« Oncle Vania » de Tchekhov au Théâtre 14

Critique de Camille Hazard – L’inertie ravageuse Comment vaincre l’incapacité d’agir ? Comment vivre, éloigné de toute réalité sociale, sans repère, sans amour, sans force ? Tchekhov nous met à la place d’un scientifique qui observerait au microscope, les membres d’une famille tentant de survivre jour après jour. Le renommé professeur Sérébriakov et sa jeune épouse Eléna... 

« La Fabbrica » d’Ascanio Celestini au Théâtre des Abbesses

Critique de Bettina Jacquemin – Quand la réalité se nourrit d’histoires individuelles Avec Fabbrica, Ascanio Celestini entraîne le spectateur dans les rouages de la réalité industrielle et politique de l’Italie du XXe siècle dont l’histoire est avant tout celle des ouvriers : de Fausto, le chef manœuvre qui a perdu une jambe, de son père et de son grand-père qui portent... 

« La Noce » de Brecht, mise en scène Patrick Pineau à la MC93

Critique de F. Fauvernier – La pureté innocente du mariage battue en Brecht En 1919, au sortir de la grande boucherie que fut la première guerre mondiale où il fut mobilisé comme infirmier, Bertolt Brecht à l’âge de vingt-et-un an, écrivit La Noce . Cette pièce était destinée à l’idole de Brecht, Karl Valentin célèbre soliste, parodiste et mime dans les plus fameux cabarets... 

« Vienne 1913 » d’Alain Didier-Weill au Théâtre du Lierre

« Vienne 1913 » d'Alain Didier-Weill au Théâtre du Lierre
Critique de Bettina Jacquemin – Destins croisés En avril 1909, dans le parc du Prater à Vienne, un jeune homme va passer la nuit de ses 20 ans sur un banc, seul avec un chien errant, tandis qu’au loin, la capitale de l’empire austro-hongrois brille de tous ses feux, en pleine effervescence artistique, scientifique et politique. Un jeune homme pauvre qui survit misérablement dans un asile,... 

« Perthus » de Jean-Marie Besset au Vingtième théâtre

Critique d’Evariste Lago – Etre ou bien paraître Passage à l’âge adulte, liberté d’initiative, reproduction de schémas parentaux, absence du père et influence étouffante de certaines mères… Vaste programme à dérouler en une heure quarante mais pari accompli pour Jean-Marie Besset qui réussi à nouer toutes ces problématiques au travers d’une histoire crédible et poignante,... 

« La Trafiquante » A partir des poèmes de Kaplan, Norac, Pittau, Roubaud et Rouzeau

Critique de Bruno Deslot – Des mots et des couleurs Des boîtes, des mots, des animaux et des poèmes, la trafiquante compose, illustre la poésie de son imagination. Mystérieuses boîtes qui ne tardent plus à s’ouvrir pour libérer la poésie illustrée de la Trafiquante. Cette jeune femme cache, au fond de ses boîtes, un monde imaginaire dont elle raconte l’histoire, enfin les histoires,... 

« La Ballade de la geôle de Reading » d’Oscar Wilde à la Maison de la Poésie

Critique d’Evariste Lago et Bruno Deslot – Une peine capitale Un jeune officier, condamné pour avoir assassiné sa femme, doit être pendu. Bouleversé par cette exécution, Oscar Wilde rédige un véritable plaidoyer contre la peine de mort. Chef d’œuvre littéraire écrit en 1897, « La Ballade de la geôle de Reading » est un poème fleuve de plusieurs centaines de vers qu’Oscar... 

Critique • « Fairy Tale Heart » de Philip Ridley aux Déchargeurs

Critique •
Critique de Denis Sanglard – La magie du conte Comment enchanter le monde quand pour tout horizon vous n’avez qu’une cité grisâtre de banlieue, la misère et un sentiment d’abandon, de désamour ? Dans un centre communautaire déserté, puisqu’il ne semble plus y avoir de communauté possible, Gidéon se réfugie. Un soir, il est rejoins par Kirsty. Que font là ces deux adolescents... 

« La Vie est un Songe » de Calderon, mise en scène William Mesguish au Théâtre 13

Critique de Monique Lancri – Sigismond enchaîné « Sigismond enchaîné, Sigismond déchaîné, Sigismond réconcilié ». Elisabeth Chailloux (qui monta la pièce en 2001) résumait ainsi « La vie est un songe ». Sigismond vit dans une tour, enfermé depuis sa naissance par son père, le roi Basyle, qui a lu dans les astres que celui-ci, après l’avoir détrôné, deviendrait un... 

« La Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres » d’après Flavius Josèphe

Critique de Bruno Deslot – Le « paradoxe joséphien » D’après le récit documenté de Flavius Josèphe, la « Guerre des juifs », Amos Gitai restitue une mise en voix narrative de ce témoignage unique de l’époque romaine du Ier siècle. Représentatif de l’homme ou de l’historien, ce nom hybride dont la tradition l’a affublé, Flavius Josèphe, reflète toutes les contradictions...