// À l’affiche

Homme encadré sur fond blanc, de et par Pierric Tenthorey au Théâtre Tristan Bernard

Homme encadré sur fond blanc, de et par Pierric Tenthorey au Théâtre Tristan Bernard
  © Fabienne Rappeneau     ƒƒƒ Article de Philippe Escalier Le spectacle de Pierric, Homme encadré sur fond blanc, au Théâtre Tristan Bernard, par sa richesse, son originalité et son humour constitue une surprise de taille. La découverte de ce jeune artiste aux multiples talents et à la personnalité déjà très affirmée est propice à un véritable moment de grâce. Il y a... 

Mary said what she said, de Darryl Pinckney, mise en scène de Robert Wilson au Théâtre de la Ville – Espace Cardin

Mary said what she said, de Darryl Pinckney, mise en scène de Robert Wilson au Théâtre de la Ville – Espace Cardin
  © Lucie Jansch   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Isabelle Huppert est Mary Stuart, reine d’Écosse, trois fois mariée, gardée en captivité pendant 19 ans, et finalement décapitée. Tout une vie réduite à une tête. Comment représenter une telle figure tout à la fois historique et légendaire ? Robert Wilson a eu la géniale idée de nous la faire apparaître sans nous la... 

Electronic City, de Falk Richter, mise en scène de François Rancillac au Théâtre de l’Aquarium, Festival des écoles du théâtre public

Electronic City, de Falk Richter, mise en scène de François Rancillac au Théâtre de l’Aquarium, Festival des écoles du théâtre public
  © DR   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Ce qu’il y a de bien avec François Rancillac c’est que le collectif, toujours,  dans ses mises en scène est mis en avant, au service de l’œuvre à défendre. Dans un exercice d’école, où la foire aux égos, la compétition règne, c’est merveille de voir comment il entraîne de jeunes comédiens, bientôt professionnels, dans une... 

Retours, suivi de Le Père de l’enfant de la mère de Fredrik Brattberg, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, Théâtre du Rond-Point

Retours, suivi de Le Père de l’enfant de la mère de Fredrik Brattberg, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, Théâtre du Rond-Point
© Pascal Victor   ƒƒ article de Corinne François-Denève « Allô, Monsieur Ibsen ? Oui alors nous avons une bonne et une mauvaise nouvelle. C’est à propos de Petit Eyolf. La mauvaise nouvelle, ben, c’est qu’il est mort, comme dans votre pièce. Mais là il meurt au début. Enfin, il se noie, comme chez vous, mais en fait c’est après sa mort dans une avalanche. Mais avant son accident... 

36e DESSOUS, chronique d’un désastre écologique annoncé, mise en scène Odile Macchi, Théâtre La Reine Blanche

36e DESSOUS, chronique d’un désastre écologique annoncé, mise en scène Odile Macchi, Théâtre La Reine Blanche
    © Frédéric Bieth   ƒƒ Article de Sarah Kellal Au Théâtre de la Reine Blanche se joue jusqu’au juin 23 juin prochain 36e DESSOUS, chronique d’un désastre écologique annoncé, d’Odile Macchi. Cette dernière, metteure en scène et sociologue, nous livre une création sur un sujet éminemment politique, complexe et tragique. On en ressort avec un goût amer d’impuissance... 

Phèdre (Brisures), d’après Jean Racine, mise en scène de Claude Degliame et Jean Michel Rabeux, au LOKal, Saint Denis

Phèdre (Brisures), d’après Jean Racine, mise en scène de Claude Degliame et Jean Michel Rabeux, au LOKal, Saint Denis
© Alain Richard ƒƒƒ article de Denis Sanglard Nus les corps, nue la mise en scène, nu le poème lyrique. Il fallait oser, Jean-Michel Rabeux et Claude Degliame l’ont fait. Mettre à nu l’écriture racinienne, l’acmé de la passion tragique, mettre à nu les corps. Phèdre (Brisures), non pas tant parce que le texte est resserré, concentré entre ces quatre-là qui se déchirent, mais... 

Soufflette, chorégraphie de François Chaignaud, MC93 Bobigny, rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis

Soufflette, chorégraphie de François Chaignaud, MC93 Bobigny, rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis
  © Helge Hansen   ƒƒ article de Denis Sanglard En un souffle tenter d’offrir, d’approcher l’origine de la danse, son évolution jusqu’au XIIe et XIIIe siècle. Et au-delà. Faire du corps un instrument total, au service du collectif. Danse, chant et percussion en un seul geste. Une cérémonie où le barbare le dispute au raffinement dans un même élan. Voilà l’utopie de François... 

À ma place, vous Ferrier quoi ?, écriture et mise en scène de Julie Ferrier, au Théâtre de l’Atelier

À ma place, vous Ferrier quoi ?, écriture et mise en scène de Julie Ferrier, au Théâtre de l'Atelier
  © Thibault Grabherr     article d’Isabelle Blanchard Le spectacle se présente comme un cabaret foutraque. Et effectivement. J’avoue c’était la première fois que j’assistais à un spectacle de Julie Ferrier. Le spectacle débute dans la rue car c’est Julie Ferrier et sa bande qui nous accueillent puis se continue bien sûr dans la salle avec une suite de... 

Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute, texte et mise en scène de Rébecca Chaillon au Nouveau Théâtre de Montreuil

Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute, texte et mise en scène de Rébecca Chaillon au Nouveau Théâtre de Montreuil
  © Sophie Madigand     ƒƒ article de Nicolas Thevenot Si la performance est l’art de transgresser la norme à travers des actions réalisées devant un public, alors le football féminin en est une au premier chef. Il suffit d’ailleurs de voir ce que la Coupe du monde de football féminin met en branle et déchaîne de passions contrariées dans le secteur sportif et masculin (notamment... 

Mam’zelle Nitouche d’Hervé, mise en scène Pierre-André Weitz, Théâtre Marigny

Mam’zelle Nitouche d’Hervé, mise en scène Pierre-André Weitz, Théâtre Marigny
© Frédéric Stéphan   ƒƒƒ article de Léa Suzanne Dans le coin des dames, l’émotion est à son comble, et les questions fusent : « Mais la mère supérieure, ce ne serait pas… un homme ? Non, parce qu’ils ont quand même tous des carrures, euh… ». La réponse est très simple : la mère supérieure est campée par Miss Knife, que le corps d’Olivier Py habite souvent.... 

OCD Love, L-E-V Dance Company, chorégraphie de Sharon Eyal, musique Ori Lichtik, Chaillot-Théâtre National de la Danse

OCD Love, L-E-V Dance Company, chorégraphie de Sharon Eyal, musique Ori Lichtik, Chaillot-Théâtre National de la Danse
  © Kon Kedmi   ƒƒ Article de Philippe Escalier L-E-V Dance Company présente à Chaillot jusqu’au 13 juin, OCD Love, la nouvelle création de la chorégraphe israélienne, Sharon Eyal, provoquant ainsi la rencontre avec ce que la danse contemporaine offre de plus troublant et de plus innovant. Elle a collaboré avec de nombreuses compagnies (Batsheva Dance Company, Carte Blanche Dance... 

Petit éloge de la nuit, d’Ingrid Astier, adaptation et mise en scène Gérald Garutti, avec Pierre Richard, à La Scala

Petit éloge de la nuit, d’Ingrid Astier, adaptation et mise en scène Gérald Garutti, avec Pierre Richard, à La Scala
  © Cosimo Mirco Maglioca ƒarticle de Nicolas Brizault Petit éloge de la nuit, une heure cinq qui attire, un texte d’Ingrid Astier, lâchant les polars ici pour rester dans la nuit, d’une autre façon avec un homme, joué par Pierre Richard, qui se lance et s’ouvre dans les premiers méandres nocturnes, pour nous offrir ses goûts, souvenirs, désirs, un homme qui parle, raconte, partage... 

Parade(s), Festival des arts de la rue, Nanterre, 7, 8 et 9 juin 2019

Parade(s), Festival des arts de la rue, Nanterre, 7, 8 et 9 juin 2019
© Dugudus   ƒƒƒ Article de Philippe Escalier La ville de Nanterre s’apprête à être la capitale du spectacle vivant en accueillant en son centre la trentième édition de Parade(s), le plus grand festival gratuit des arts de la rue, du vendredi 7 au dimanche 9 juin 2019. Nanterre ne risque pas de manquer d’animation durant ce second week-end de juin. Drainant en moyenne plus de 30 000 spectateurs... 

Le testament de la tante Caroline, opérette en un acte d’Albert Roussel, livret de Nino, direction musicale Dylan Corlay, mise en scène de Pascal Neyron, avec l’Orchestre des Frivolités Parisiennes

Le testament de la tante Caroline, opérette en un acte d'Albert Roussel, livret de Nino, direction musicale Dylan Corlay, mise en scène de Pascal Neyron, avec l'Orchestre des Frivolités Parisiennes
© Pierre Michel ƒƒƒ article de Nicolas Brizault Alléluia, tante Caroline est morte, euh… pardon, De Profundis pour sûr. Voici plus ou moins le thème de cette opérette d’Albert Roussel, Le testament de la tante Caroline, avec un livret de Nino (ou plus clairement Michel Veber), datant de 1932-1933, créé à Olomouc, en Moravie-Bohême, puis mis en scène à Paris par George Pitoëff à...