// Critiques

« Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux » de Matéï Visniec

Critique d’Evariste Lago – A l’Est, rien de nouveau Matéï Visniec est un dramaturge roumain fécond. Il écrit entre 1977 et 1987 une vingtaine de pièces, un roman et deux scénarii, tous refusés par la censure communiste. Il décide donc de quitter sa patrie natale en 1987 pour la France, fuyant ce régime totalitaire mis en place par Nicolae Ceausescu. Il demande et obtient l’asile... 

« Les Couteaux dans le Dos » de Pierre Notte au Théâtre la Bruyère

« Les Couteaux dans le Dos » de Pierre Notte au Théâtre la Bruyère
Critique de Bruno Deslot – Le tourbillon de la vie Partir ? Mais où ? La petite Marie décide de fuir sans savoir ce qu’elle veut être ou devenir. Dans son parcours initiatique, elle doit affronter un ennemi, le seul, elle-même ! Marie déteste qu’on la touche ! Désir profondément ancré dans son refus d’assister plus longuement aux scènes familiales, elle fuit et... 

« Cercles / Fictions » de Joël Pommerat aux Bouffes du Nord

Critique de Denis Sanglard – Rébus Etrange objet que cette création…Dans la salle des Bouffes du Nord, transformée en piste de cirque qu’encerclent les spectateurs, pendant deux heures et dix minutes, Joël Pommerat entrelace des micro-fictions, inventaire à la Prévert et sans raton-laveur. On y croise une domesticité à l’aube du vingtième siècle confrontée à la modernité de... 

« Le Bout de la Route » de Jean Giono au Théâtre de l’Aquarium

Critique de Denis Sanglard – Regain C’est dans une maison fermée sur elle-même, étouffée par le deuil que Jean débarque un soir. Le maître est mort depuis quelques années. Son aînée depuis peu. La grand-mère s’est cloîtrée dans la folie, geignant tout le jour comme une chevrette. Rosine, la maîtresse de la maison, s’est enfermée derrière un masque de dureté devenant « Rosine... 

« Si tu me regardes, j’existe » de Francesca Volchitza Cabrini à la Folie Théâtre

Critique de Bruno Deslot – L’absence de soi Troubles psychotiques, vécus à huis clos par une adolescente refusant de grandir, accompagnent la jeune Claire, sur les chemins complexes et douloureux de l’anorexie. Une jeune fille pas comme les autres, ballerines blanches assorties à sa robe plissée, oscille d’une vie à l’autre, de l’obscurité à la lumière, révélant... 

« Tourbillons », une pièce pour voix seule de Georges Aperghis au Rond Point

Critique de Camille Hazard – Ce spectacle avait déjà été écrit par Georges Aperghis, sous la forme d’une pièce musicale. Dix ans plus tard, il collabore avec l’auteur Olivier Cadiot, pour transformer son spectacle musical. Les textes écrits par O.Cadiot, interviennent tout au long du spectacle, sous forme de récitatifs et accompagnent la chanteuse Donatienne Michel-Dansac dans un... 

« Le Cirque » d’après C.F. Ramuz par Sylvie Jobert au Lucernaire

Critique de Bruno Deslot – Surpris par la lumière Le cirque arrive dans une petite ville, éclairant les regards, suscitant la curiosité, récréant une communauté de spectateurs attentifs à cet événement. Surpris par la lumière d’un cirque faisant son entrée dans la ville, les habitants assistent, candides, à l’installation d’un chapiteau de fortune. Fil suspendu entre... 

« La Flûte Enchantée » par l’Orchestra di Piazza Vittorio à la MC93

Critique de Monique Lancri – Comparable ? Incomparable ? Ne nous amusons pas à comparer ce qui n’est pas comparable. Cependant, si Mozart a créé un opéra extraordinaire, la libre adaptation qu’en ont fait Mario Tronco et son complice Leandro Piccioni, à sa manière, ne l’est pas moins. Il ne s’agissait pas pour Mario Tronco de «copier» Mozart mais de s’en... 

« Le Vertige des animaux avant l’abattage » de Dimitriàdis à l’Odéon

Critique de Bruno Deslot – Cruelle fatalité ! Deux jeunes gens s’aiment, vont se marier. Mais les étranges révélations d’un vieil ami, portent en filigrane, l’étendue d’un désastre sans précédent. Nilos et Militssa partagent un amour emprunt d’une touchante réciprocité. Insouciants, l’exaltation de leurs sentiments les porte vers l’union... 

« Amphitryon » de Molière au Théâtre des Abbesses

Critique de Monique Lancri – Une scénographie bien singulière ! Le spectacle a déjà commencé lorsque les gens s’installent dans la salle du théâtre des Abbesses. Sur la scène, un mur noir, nu, sur lequel se détache l’oculus d’une fenêtre ronde laissant apercevoir le gros plan d’un œil immense. Un œil qui clignote, regarde à droite, à gauche, les spectateurs en train... 

« Paroles, pas de rôles / Vaudeville » De Schrijver, Van den Eede et De Koning au Français

Critique d’Evariste Lago – Vous n’étiez jamais allé au théâtre avant. Qu’est-ce qui fait qu’une grande institution comme la Comédie Française en reste une ? Peut-être sa capacité à s’enrichir de tous les savoir-faire et styles théâtraux, à s’oxygéner. Car c’est bien une bouffée d’air frais, venue de Flandre et des Pays-Bas, qui souffle en ce moment sur les planches... 

« Richard III » de Shakespeare, mise en scène Jean-Claude Fall au Théâtre d’Ivry

Critique de Florian Fauvernier – « Voici venu l’hiver de notre déplaisir » Richard III, l’histoire sanglante du bancal et laid duc de Gloucester, qui va massacrer, un à un, tous les héritiers légitimes et ses rivaux pour prendre le pouvoir. Jean-Claude Fall nous présente un Richard III vivant dans notre siècle. Un roi-enfant, capricieux comme un adolescent élevé sans amour,... 

« Journée de Noces chez les Cromagnons » de Wajdi Mouawad à la Tempête

Critique de Camille Hazard – Du spectacle pour oublier l’horreur, du spectacle pour combattre la guerre et colmater des blessures de famille. Dans ce texte, Journée de noces chez les Cromagnons, Wajdi Mouawad ne prend pas partie dans le conflit qui incendie le Moyen-Orient. Quand la pièce commence, la guerre est là. Qu’importe les opinions sur cette guerre, qu’importe les souhaits,... 

« Manhattan Medea » de Dea Loher à la Colline

Critique de Bettina Jacquemin – De Corinthe à New York New York, Manhattan, devant l’entrée de service d’une riche maison de la Cinquième Avenue, Médée attend seule. Vingt cinq siècles après la Corinthe d’Euripide, amoureuse du même Jason, elle est toujours rebelle, passionnée, utopiste même, au cœur d’un nouvel empire. Jason et Médée sont des immigrés. Comme dans l’antique...