// Critiques

Critique • « ±0 » de Christoph Marthaler au Théâtre de la Ville / Festival d’Automne

Critique • « ±0 » de Christoph Marthaler au Théâtre de la Ville / Festival d'Automne
Critique de Denis Sanglard – Un suisse au Groëland. Christoph Marthaler donne dans la fable écologique. Enfin, presque. + ou – zéro, qui donne son titre à cette nouvelle création, c’est le point particulier où tout peut basculer et de façon réversible. L’eau se transformer en glace et réciproquement. Instant fragile donc pour un pays de glace, capitale Nuuk, menacé par le... 

Critique • « Écrire » de Marguerite Duras, mise en scène de Jeanne Champagne à l’Atalante

Critique •
Critique de Rachelle Dhéry – « C’est dans une maison que l’on est seul » C’est sur ces mots que débute le sublime texte de Marguerite Duras (1914-1996), sur ce qui fut le moteur de sa vie, l’écriture. Elle nous livre ce témoignage émouvant dans les derniers instants de sa vie, après avoir vécu la mort précoce d’un père, une enfance baignée dans les... 

Critique • « Les Vagues » de Virginia Woolf par Marie-Christine Soma au Théâtre de la Colline

Critique •
Critique d’Anne-Marie Watelet – Les Vagues : roman paru en 1931, pièce maîtresse dans l’œuvre de l’écrivain anglais Virginia Woolf, et cependant moins connu que Orlando ou Mrs Dalloway. Ici, le regard de l’auteur qui a atteint la cinquantaine s’est encore aiguisé. Et si beau qu’il soit, ce texte à l’écriture travaillée et claire, ne s’offre... 

Critique • « 11 septembre 2001 » de Michel Vinaver au Théâtre de la Ville

Critique •
Critique d’André Antébi – Dans le vertige du moment, avant que le monde n’ait eu le temps de reprendre son souffle, avant que le choc ait cédé la place à l’analyse, au moment même où le fait devenait mythe, Michel Vinaver a écrit 11 Septembre 2001. Vinaver définit le Mythe comme un « évènement qui cesse d’être décryptable et qui échappe à toute signification »... 

Critique • « Neuf Mètres Carrés » par la Cie des Rescapés / Festival Une Semaine en Compagnie

Critique •
Critique de Ottavia Locchi – La prison : des jours, des mois ou des années mots à maux. Jamais on ne saura leur identité, et très rarement leurs délits. Jamais le système judiciaire français ne sera controversé. Les textes que nous entendons ne sont que des témoignages sur ce qu’est la prison, vu de l’intérieur. À l’intérieur des murs et à l’intérieur de... 

Critique • « Brume de dieu » Claude Régy nous met en transe à la Ménagerie de Verre

Critique •
Critique de Dashiell Donello – Quelques spectateurs tardent à prendre place. Le silence est demandé par le public. Est-il initié ? Une harmonie tacite amène une certaine paix intérieure. Nous sommes immergé de nuit et de solitude. La lumière noire nous envahit, nous enserre, comme une vague d’océan. Nous sommes dans la gueule de notre moi profond. La méditation se met en marche.... 

Critique • « Chansons déconseillées », conception Philippe Meyer à la Comédie Française

Critique •
Critique de Solveig Deschamps – « La censure est une vieille connaissance de la chanson française, un peu de la même manière que le garde-champêtre et le braconnier se fréquentent. Aujourd’hui, sa langue se confond avec le catéchisme des précautions politiquement correctes. Elle s’est si bien fondue dans le paysage que l’on se prendrait presque à regretter de ne plus avoir à ferrailler... 

Critique • « Nord-Est » de Torsten Buchsteiner par la Cie C.O.C / Festival Une Semaine en Compagnie

Critique •
Critique d’Ottavia Locchi – Monologues de veuves pour parler du terrorisme actuel. Moscou, 2002, pendant la représentation de Nord-Est, la toute première comédie musicale russe, 42 rebelles tchétchènes prennent d’assaut le Théâtre sur la Doubrovka. La prise d’otage de trois jours est relatée par trois femmes. Trois voix, trois points de vues, trois vies qui vont retracer... 

Critique • « Cafi » de Vladia Merlet, mise en scène dirigée par Georges Bigot au Théâtre de l’Opprimé

Critique •
Critique de Dashiell Donello – Georges Bigot a cheminé dans plusieurs directions pour témoigner et rendre hommage aux rapatriés d’Indochine : la narration, la poésie et l’art dramatique. Deux étoffes du rêve, l’une rouge et l’autre blanche vont être le miroir de cette histoire vraie. Un théâtre d’ombres nous raconte le départ pour la France, en Avril 1956, de Louise neuf... 

Critique • « Ombres portées » d’Arlette Namiand au théâtre de la Tempête

Critique •
Critique de Dashiell Donello – La scène est nue. Une lampe gît au sol comme une ombre moribonde en attente d’éclaircissement. Une voix nous parle : « Ne te retourne pas !  Tu n’as aucun cadavre sur ton épaule ». La mort ou l’ange de la mort sort d’un trou noir. Cette entité observe tour à tour : deux jeunes mariés en habit de noce en recherche d’un lieu sacré, un soldat... 

Critique • « La pluie d’été » de Marguerite Duras / Festival Une Semaine en Compagnie

Critique •
Critique de Solveig Deschamps – Ma rentrée à la maison des Métallos Salle 3, petite salle avec des bancs qui nous attendent et déterminent l’espace de jeu. Ça commence par Jean-Claude Bonnifait installé parmi nous qui, livre en main, nous fait la lecture. Nous restons sagement assis, nous sentant un peu coupables de ne pas savoir s’il s’agit d’un bout du texte de Duras mais après... 

Critique • « Madame de… Vilmorin » d’Annick Le Goff et Coralie Seyrig au Petit Montparnasse

Critique •
Critique de Djalila Dechache – Qui était Louise de Vilmorin ? Que représente-t-elle aujourd’hui ? Qu’a-t-elle laissé derrière elle ? Avec un titre justement calqué sur celui de son livre puis du film – culte « Madame de… » qui fera sa gloire grâce à Max Ophüls (réalisé en 1953) et à la divine Danielle Darrieux qui interpréta le rôle avec l’élégance d‘une femme... 

Critique • « L’homme inutile ou la conspiration des sentiments » de Iouri Olecha par Bernard Sobel à la Colline

Critique •
Critique de Dashiell Donello – Bernard Sobel met en scène « L’homme inutile ou la conspiration des sentiments » de Iouri Olecha (1899-1960) une pièce philosophique forte et profonde. Quoi de mieux que Olecha lui-même pour nous résumer l’histoire : « Un jeune homme, Nicolas Kavalerov, juste aussi vieux que le siècle, engage le combat avec son “bienfaiteur” Andreï Babichev... 

Critique • « René l’énervé », opéra bouffe et tumultueux de Jean-Michel Ribes au Rond-Point

Critique •
Critique de Bruno Deslot – Dix ans déjà et ça tourne toujours au Rond-Point Dix ans déjà que Jean-Michel Ribes sévit au Théâtre du Rond-Point où la « parole libre » conjugue l’amour à l’humour, l’audace à la découverte. Pour couronner cette décennie, J.M.R (histoire d’être tendance !!!) propose un véritable jeu de massacre dans la joie et la bonne humeur pour faire...