// Critiques

Critique • « Diplomatie » de Cyril Gely au Théâtre de la Madeleine

Critique •
Critique de Camille Hazard – Les lumières s’éteignent… les drapeaux nazis tombent. Quelques secondes suffisent pour nous figer, nous glacer et nous transporter à l’époque où la « Propagandastaffel » (l’escadron de la propagande allemande) sévissait dans les théâtres parisiens. Époque où le drapeau nazi flottait sur la ville de Paris. Tout un symbole donc… © Dunnara... 

« Amor, amor… à Buenos Aires », la comédie musicale de Federico Mora

« Amor, amor... à Buenos Aires », la comédie musicale de Federico Mora
Critique d’Ottavia Locchi – Calor, calor… et clichés sévères Si ce spectacle a pour but de nous sortir de nos petits tracas quotidiens, c’est réussi. On est littéralement happés par ce qui se passe sur scène ! Ils osent foncer dans les clichés sur la sexualité, et personne ne s’en plaint. Ottavia La Blanca est de retour dans la pension familiale. Dix ans auparavant,... 

« La Nuit du train de la Voie Lactée » d’après Kenji Miyazawa à Sartrouville

Critique d’Anne-Marie Watelet – Kenji  Miyazawa  est un écrivain toujours très apprécié au Japon, dont plusieurs récits sont traduits en français. Mort prématurément (1896 – 1931), il fut un humaniste engagé et un voyageur solitaire en quête de vérité et d’absolu. Oriza Hirita (1896 – 1931), qui a adapté ce conte connu de tous les enfants japonais, est... 

« Suréna » de Pierre Corneille au Théâtre des Abbesses

Critique de Solveig Deschamps – Après l’échec de cette pièce écrite en 1674, Corneille n’écrira plus pour le théâtre. Une pièce de Corneille, un peu redondante, exagérément amoureuse. La princesse Eurydice, fille du roi d’Arménie, doit épouser le prince Pacorus , fils du roi Orode, roi des Parthes. Ce mariage va mettre fin à la guerre. Eurydice aime Suréna, lieutenant du... 

« Cavales » de Pierre Vignes à l’Essaïon

« Cavales » de Pierre Vignes à l'Essaïon
Critique de Camille Hazard – Où fuir lorsqu’on se sent pris comme dans un étau ? Quels choix s’imposent à nous lorsque l’autre, celui qui partage notre vie, ne se ressemble plus ? Enfin, que faire quand on sent la vie, l’amour, les rêves, le bonheur nous quitter dans une lancinante agonie ? Elsa et Paul, couple multiple de « Cavales » ont choisi la fuite ; car là où d’autres... 

« Le Repas des Fauves » d’après Vahé Katcha au Théâtre Michel

Critique de Rachelle Dhéry – « Cette situation n’est pas vraiment risible, mais je la trouve étonnamment comique », dixit un des protagonistes du « Repas des Fauves ». On a déjà beaucoup dit et écrit sur cette pièce qui se joue actuellement au Théâtre Michel à Paris. Et pour cause, elle est à l’affiche depuis le 14 septembre 2010 ! Malgré tout, il n’est jamais... 

« Une Banale Histoire » de Tchekhov, mise en scène Marc Dugain au Théâtre de l’Atelier

Critique d’Audren Destin – « Une Banale Histoire », mise en scène au Théâtre de l’Atelier par Marc Dugain est une pièce librement adaptée d’une nouvelle de Tchekhov. Pourquoi adapter cette nouvelle particulièrement ? Marc Dugain apporte plusieurs réponses. Tout d’abord, ce texte a été écrit juste après l’échec au théâtre d’« Oncle Vania... 

« Caligula » de Camus à l’Athénée, mise en scène Stéphane Olivier Bisson

« Caligula » de Camus à l'Athénée, mise en scène Stéphane Olivier Bisson
Critique d’Anne-Marie Watelet – « Caligula » : Camus s’empare avec passion de ce personnage historique qui régna sur Rome (1er siècle av. JC) en répandant la terreur et la mort. Folie ? Peut-être, mais la pièce qu’il écrivit en 1938, alors qu’il n’a que vingt-cinq ans, donne à voir un héros romantique plutôt qu’un despote sanguinaire seulement.... 

Critique • Le Collectif 71 présente une trilogie Michel Foucault au Théâtre de l’Aquarium

Critique • Le Collectif 71 présente une trilogie Michel Foucault au Théâtre de l'Aquarium
Critiques d’André Antébi – « Foucault 71 » | « La Prison » | « Qui Suis-je Maintenant ? » Michel Foucault, super star ! Dans le hall du théâtre, des t-shirts à son effigie sont en vente, ses livres sont présentés au complet, des affiches rappelant son engagement sont collées sur les murs et plus que tout, un spectacle de théâtre porte son nom ! Foucault philosophe et... 

« Les Lois de la Gravité » d’après Jean Teulé à la Manufacture des Abbesses

Critique d’Ottavia Locchi – Quand le coupable est une faible victime… Une femme vient avouer le meurtre de son mari dans un commissariat, la veille de la prescription. Voilà bientôt dix ans qu’elle est rongée de l’intérieur par ce meurtre qui n’en était pas forcément un. Le commissaire, touché par cette femme, mère de trois enfants, refuse de déposer sa... 

« La Comédie des Erreurs », Shakespeare mis en scène par Dan Jemmett aux Bouffes du Nord

Critique de Camille Hazard – Attention aux pompes à bière M’sieurs dames !! Voilà… les toilettes publiques sont juste là… oui… c’est ça, juste derrière la tente et les caisses vides en plastique ! Allons n’ayez pas peur… attendez, nous allons mettre un peu de disco ça va vous détendre… tenez prenez une bière… voilà… C’est dans cette ambiance fête au village... 

« Bulbus »d’Anja Hilling, mis en scène par Daniel Jeanneteau au Théâtre de la Colline

Critique de Dashiell Donello – Le curling est un sport de précision pratiqué sur la glace avec de lourdes pierres en granite poli. Le but est de placer la pierre le plus près possible d’une cible dessinée sur la glace, appelée maison. C’est aussi la scénographie qu’a choisi Daniel Jeanneteau pour son ennuyeuse mise en scène de « Bulbus ». © DR Amalthéa et Manuel sont... 

« Harper Regan » de Simon Stephens au Théâtre du Rond-Point

Critique d’Evariste Lago – Harper Regan ne sait pas. Dialogues avec le quotidien. Elle a quarante et un ans. Cela lui est tombé dessus un beau matin, sans qu’elle ne demande rien. C’est beau la quarantaine quand on est bien installé dans sa vie. Elle travaille beaucoup. Harper Regan travaille dans un gratte-ciel de la city à Londres. Dans une tour froide comme le verre. Sa famille... 

« Le Tigre Bleu de l’Euphrate » de Laurent Gaudé au Théâtre Ouvert

Critique de Denis Sanglard – Au soir de son agonie, Alexandre le Grand, « grec et barbare », devant la mort convoquée dresse le bilan de sa vie. Lui le vainqueur de Darius, le bâtisseur d’Alexandrie, le conquérant fougueux qui n’a cédé au confins du monde que devant l’épuisement de son armée dresse un portrait sans concession de qu’il fut. Homme de contraste, capable d’aimer...