// Critiques

« Tout Doit Disparaître » de Laurent Leclerc aux Déchargeurs

Critique d’Anne-Marie Watelet – Pour vivre longtemps, ne pas vieillir… « Vieillir nuit à votre santé ! C’est le ministère de la santé publique qui le dit ! » Nous sommes dans une Maison de retraite où Daphné, vieille et honorable dame aux quatre-vingt-dix ans bien sonnés, vient de s’installer. Arrivée là, au hasard d’une promenade en voiture avec sa... 

Critique • « Un Fil à la Patte » de Georges Feydeau à la Comédie Française

Critique •
Critique de Denis Sanglard – Une course folle ‘Comment se débarrasser de sa maîtresse le jour de son mariage avec une riche héritière…’ résume petitement «Un fil à la patte», vaudeville de Feydeau, porté à son incandescence par une troupe déchaînée à qui le metteur en scène, Jérôme Deschamps, a laissé subtilement la bride sur le coup. Jamais sans doute la Comédie Française... 

« Docteur Faustus » de Christopher Marlowe au Théâtre des Abbesses

Critique d’Audren Destin – Le spectacle dure deux heures… « Face à la figure si célèbre et emblématique du Docteur Faustus, j’ai tout d’abord essayé de comprendre comment les multiples transformations du personnage, les diverses versions littéraires du mythe de Faust pouvaient prendre place et résonner aujourd’hui ». Le parti pris du metteur en scène semble... 

« Les Trois Sœurs » de Tchekhov, mise en scène Youri Pogrebnitchko à l’Atalante

Critique d’Audren Destin – « Tu la voyais pas comme ça ta vie Pas d’attaché-case quand t’étais p’tit Ton corps enfermé, costume crétin T’imaginais pas, j’sais bien Moi aussi j’en ai rêvé des rêves, tant pis Tu la voyais grande et c’est une toute petite vie Tu la voyais pas comme ça, l’histoire Toi, t’étais tempête et rocher... 

« Le Centaure et l’Animal », Ko Morobushi et Bartabas à Chaillot

Critique de Denis Sanglard – Animalité et métamorphose Il est des moments extrêmement rare où le temps est suspendu, où soudainement quelque chose de ténu, d’impalpable vous traverse et vous bouleverse. La rencontre entre Bartabas et Ko Morobushi tient de ce miracle, de cet instant inouï et précieux. Ko Morobushi est un des grand maître du butô, héritier de Tatsumi Hijikata et de... 

« Les Fidèles, histoire d’Annie Rozier » d’Anna Nozière au CDN de Sartrouville

Critique d’Anne-Marie Watelet – « Je ressemblais petite à un loup pris au piège. (…) La mort flottait diffuse. » Un très beau texte sur la mémoire que cette pièce écrite par Anna Nozière ! Parue en 2009 aux éditions Les Solitaires Intempestifs, dont elle vient de créer la mise en scène. En écoutant le prologue, longue plainte poétique belle et prégnante d’Annie,... 

Critique • « Le Grandiloquent Moustache Poésie Club » au Théâtre du Rond-Point

Critique •
Critique d’Audren Destin – Moustache 1 – Epitre 5 C’est en partant de l’intime qu’on va vers l’universel C’est en prenant la ligne 1 La Défense – Château de Vincennes Descendez à Franklin-Roosevelt dans le 8ème arrondissement Sur la plus belle avenue du monde d’après des guides peu clairvoyants Au Rond-point des Champs Elysées encore quelques pas... 

« L’Idéal Club » par la Cie 26 000 couverts au Théâtre Sylvia Montfort

Critique de Denis Sanglard – Femme invisible La compagnie des 26 000 couverts, bien connue des amateurs du grand n’importe quoi élevé au rang de chef d’œuvre, sont au Théâtre Sylvia Montfort. Et ça dépote grave ! Cette fois-ci c’est au music-hall qu’elle s’attaque. Rêvant d’un music-hall idéal, elle passe en revue et au laminoir les numéros standards qui firent et font... 

Le « Violoncelle sur Canapé » de Cécile Girard à l’Aktéon

Le
Critique d’Ottavia Locchi – Cécile Girard nous parle simplement d’elle, de la musique, de sa musique, et de son violoncelle. Ses interventions sont ponctuées de petites anecdotes délicieuses, qu’elle marie avec une simplicité toute naturelle. Nino Rota et Genesis se rangent côte à côte sans malice, et c’est assez facilement que la violoncelliste prend ses aises... 

« Le Loup » de Marcel Aymé par la Comédie Française au Théâtre de l’Ouest Parisien

Critique d’Ottavia Locchi – Marcel Aymé a écrit là un conte d’une poésie rafraîchissante. Interprété par les comédiens de la troupe de la comédie française, merveilleux et qualité font la paire et emmènent les spectateurs de tout âges aux yeux écarquillés au cœur de l’aventure de Delphine et Marinette. © Brigitte Enguerand Les deux petites filles ont envie... 

« Les Femmes Savantes », Molière mis en scène par Jean-Denis Monory à l’Epée de Bois

Critique de Camille Hazard – En cette soirée du 11 mars 1672, nous pénétrons dans la salle du Palais Royal. Installés confortablement dans une ambiance feutrée, baignée de bougies, nous attendons les trois coups annonçant le début de la représentation des « Femmes savantes ». Monsieur Molière n’est plus… Mais ce soir son génie et son âme planent dans la salle en pierre du... 

« 1973 » de et par Massimo Furlan au Théâtre de la Cité Internationale

« 1973 » de et par Massimo Furlan au Théâtre de la Cité Internationale
Critique de Denis Sanglard – Pierre Tchernia Massimo Furlan a décidé à lui tout seul de refaire l’Eurovision 1973. Tâche ardue certes, mais pour ce performer, pas impossible. Soit après le vrai générique (signalons donc que le concours organisé cette année par le Luxembourg était commenté par  Pierre Tchernia) dix-sept candidats européens en lice. Massimo Furlan doit donc crânement... 

« Rêve d’Automne » de Jon Fosse, mise en scène Patrice Chéreau au Théâtre de la Ville

Critique de Dashiell Donello – Avec la mort la vie est un ciel avec des nuages avant que la nuit ne tombe. J.F « Rêve d’automne » de Jon Fosse raconte l’amour et la mort. La mort dans la vie, l’amour dans la mort, la vie dans le rêve et le réel dans l’indicible avec autant de variantes que sur les soixante-quatre cases d’un jeu d’échec. Un homme et une femme, anciens amants,... 

« Dämonen » de Lars Norèn mis en scène par Thomas Ostermeier à l’Odéon

Critique de Camille Hazard – Soirée et huit clos infernal où un couple, sous l’œil de leurs voisins, s’acharne à détruire l’autre pour pouvoir survivre ; envie de deuil pour renaître à la vie. Si la filiation de cette pièce avec celle de Edward Albee « Qui a peur de Virginia Woolf » est flagrante, Lars Nòren donne une dimension plus psychologique à ses personnages. Alors...