// Agenda

Poor White Trash, l’affaire Tonya Harding, par la Compagnie Les Valeureuxses, de Laura Boisaubert, au Théâtre El Duende

Poor White Trash, l’affaire Tonya Harding, par la Compagnie Les Valeureuxses, de Laura Boisaubert, au Théâtre El Duende
  © Grégory Blot   ƒƒ article de Hoël  Le Corre Il est de ces spectacles qui prennent à bras le corps des histoires vraies tant elles semblent sortir tout droit de l’imagination d’un scénariste. Il est de ces spectacles qui reprennent à leur compte des codes télévisuels pour le plus grand plaisir des spectateurs. Poor White Trash est de ceux-là : en s’attaquant à la carrière... 

Oublie-Moi, d’après In Other Words de Matthew Seager, adapté, mis en scène et interprété par Marie-Julie Baup et Thierry Lopez, au Théâtre du Petit Saint Martin, Paris

Oublie-Moi, d’après In Other Words de Matthew Seager, adapté, mis en scène et interprété par Marie-Julie Baup et Thierry Lopez, au Théâtre du Petit Saint Martin, Paris
  © Frédérique Toulet   ƒƒ article de Hoël  Le Corre Une histoire d’amour commence toujours par une rencontre… Celle-ci ne déroge pas à la règle. Elle pousse même le cliché à son paroxysme, en se passant en boîte de nuit. Une banale drague sur le dancefloor ? Non. Arthur est bien plus joueur et espiègle que ça, et Jeanne, charmée, s’amuse à son tour à s’engager dans... 

FEU ! Ceci n’est pas une pipe ni une introduction à la lecture de Karl Marx, de et par Nadège Prugnard, au Théâtre Victor Hugo à Bagneux, dans le cadre du Festival Auteurs en acte

FEU ! Ceci n’est pas une pipe ni une introduction à la lecture de Karl Marx, de et par Nadège Prugnard, au Théâtre Victor Hugo à Bagneux, dans le cadre du Festival Auteurs en acte
    © Jean-Michel Coubart     ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot   Un théâtre de rue qui se serait emparé de la scène des nantis. Comme une manif, comme un ardent rassemblement politique, comme une révolte en marche, poing levé, tête relevée, corps dressé, quittant les pavés étudiants, ouvriers, et qui se fomenterait dorénavant depuis les planches des arts vivants.... 

Grief and Beauty, de Milo Rau, La Colline Théâtre national

Grief and Beauty, de Milo Rau, La Colline Théâtre national
     © Michiel Devijvier   ƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Grief and Beauty peut rendre le spectateur et le critique pour le moins mal à l’aise. Grief and Beauty ne dépareille pas de ce qui caractérise le théâtre de Milo Rau depuis la création de l’International Institute of Political Murder (2007), puis sa prise de direction du Théâtre de Gand (2018), à savoir mêler comédiens... 

En attendant Godot, de Samuel Beckett, mise en scène d’Alain Françon, à La Scala

En attendant Godot, de Samuel Beckett, mise en scène d’Alain Françon, à La Scala
  © Jean-Louis Fernandez   fff article de Denis Sanglard Que dire quand une création atteint à ce point une certaine idée de la perfection ? Quand une pièce, En attendant Godot, dont on croyait avoir fait le tour, connue et reconnue, vue un grand nombre de fois, soudain vous bouleverse net par un sentiment nouveau, l’impression étrange et malaisante d’être au final passé à côté.... 

3 annonciations, de Pascal Rambert et Yves Godin, Chaillot – Théâtre National de la danse

3 annonciations, de Pascal Rambert et Yves Godin, Chaillot - Théâtre National de la danse
  © Marc Domage   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia 3 tableaux, 3 femmes, 3 langues, 3 atmosphères, 3 annonciations. Un ange italien (rouge), une vierge espagnole (illuminée), une cosmonaute française (de fortune). Un flot de parole(s) éthérée(s), un discours féministe, un récit dystopique. 3 points communs : des femmes qui monologuent, qui se mettent à nu (aux sens propre... 

Familie, conception et mise en scène de Milo Rau au théâtre de la Colline

Familie, conception et mise en scène de Milo Rau au théâtre de la Colline
  © Michiel Devijver   ƒ Article de Sylvie Boursier Quatre membres d’une même famille, les parents et deux enfants ont été trouvés pendus dans leur cuisine à Calais en 2007. La piste du suicide collectif a été privilégiée après la découverte d’une lettre dans laquelle il était écrit : « on a trop déconné ». Les corps ne portaient aucune trace de violence... 

Saga, conception et mise en scène de Jonathan Capdevielle, au T2G

Saga, conception et mise en scène de Jonathan Capdevielle, au T2G
  © Estelle Hanania ff article de Denis Sanglard Jonathan Capdevielle poursuit l’exploration de son enfance, l’écriture de son roman familial. Après Adishatz/Adieu en 2009, récit d’un arrachement et du refus du déterminisme social, l’envol d’un adolescent homo et la naissance d’une vocation, Saga dresse le portrait d’une famille somme toute banale en apparence, s’il n’y... 

Peter Grimes de Benjamin Britten, mise en scène de Deborah Wagner au Palais Garnier

Peter Grimes de Benjamin Britten, mise en scène de Deborah Wagner au Palais Garnier
  © Javier Del Real   ƒƒƒ article de Sylvie Boursier « Seul, seul, tout seul, avec une mort d’enfant ». On ne sort pas indemne de Peter Grimes, le miroir sans concession tendu par Benjamin Britten aux spectateurs les confronte à l’humiliation sociale sur fond de chasse à l’homme, de maltraitance d’enfants, de paranoïa délirante, d’alcoolisme et de violences familiales. Peter... 

Ranger, de Pascal Rambert, mise en scène de Pascal Rambert, Théâtre National de Bretagne

Ranger, de Pascal Rambert, mise en scène de Pascal Rambert, Théâtre National de Bretagne
    © Louise Quignon   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Autant le dire d’emblée : Jacques Weber porte le texte Ranger et même le sublime ; joué par un autre, il est moins que certain que cela fonctionnerait. Mais c’est sans doute le plus beau compliment que l’on puisse faire à son auteur, Pascal Rambert, qui aime à dire et répéter qu’il écrit pour des comédiens en... 

Privés de feuilles les arbres ne bruissent pas, de Magne van den Berg, mise en scène Pascale Henry, au Théâtre des Célestins, Lyon

Privés de feuilles les arbres ne bruissent pas, de Magne van den Berg, mise en scène Pascale Henry, au Théâtre des Célestins, Lyon
© Jean-Pierre Maurin   ƒ article de Victoria Fourel  Deux femmes se lèvent. Deux femmes se parlent. Deux femmes attendent. Phrases courtes, mains qui courent sur les vêtements. Devant leur caravane elles se demandent s’ils vont venir. Ce qu’ils vont penser. Terrain vague de vies de femmes abîmées, amitié et souvenirs qui piquent rythment une journée sans rythme. Le texte du spectacle... 

Là où je croyais être il n’y avait personne, conception et interprétation de Anaïs Muller et Bertrand Poncet au CENTQUATRE-PARIS dans le cadre du Festival Les Singulier.ères 2023

Là où je croyais être il n’y avait personne, conception et interprétation de Anaïs Muller et Bertrand Poncet au CENTQUATRE-PARIS dans le cadre du Festival Les Singulier.ères 2023
© Christophe Raynaud de Lage   ƒƒƒ article de Nicolas Thevenot Un homme s’approche de la file d’attente qui s’allonge au bas de la salle de théâtre et interroge, inquiet : c’est bien Là où je croyais être ? Après lui avoir souri, on aurait poursuivi le jeu des mots avec lui, on aurait fait de ce titre un principe d’incertitude performatif questionnant nos existences et les circonstances... 

Le voyage dans la lune, Féerie de Jacques Offenbach, mise en scène de Laurent Pelly, Direction musicale Alexandra Cravero, à L’Opéra-Comique

Le voyage dans la lune, Féerie de Jacques Offenbach, mise en scène de Laurent Pelly, Direction musicale Alexandra Cravero, à L’Opéra-Comique
     © Stefan Brion   fff article de Denis Sanglard  « Papa, papa je veux la lune ! » L’opéra-Comique remonte cette création insensée de Jacques Offenbach crée en 1875, et nous ne nous en plaindrons pas, bien au contraire. Adaptée pour la Maîtrise Populaire de l’Opéra-Comique, mise en scène par Laurent Pelly, revue par Agathe Mélinand pour le livret, et dirigée... 

La Force qui ravage tout, de David Lescot, mise en scène de David Lescot, Théâtre de la Ville/Espace Cardin  

La Force qui ravage tout, de David Lescot, mise en scène de David Lescot, Théâtre de la Ville/Espace Cardin   
  © Christophe Raynaud de Lage   ƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia     Surprise ! Ce n’est pas un morceau de guitare électrique ou de batterie qui ouvre la dernière création du talentueux auteur-metteur en scène-compositeur-acteur David Lescot, mais un morceau d’opéra baroque ! Un passage de L’Orontea d’Antonio Cesti pour être exact, l’air « Addio Corrindo »...