Critique de Florian Fauvernier – Trouille chez les Trouillet Kid Manoir est un jeu interactif animé par la mystérieuse Malicia. Aujourd’hui, elle accueille quatre candidats, Roméo, Gwendy, Jonquille et Pierre-Ludovic dans le manoir de ses ancêtres, la famille Trouillet. Un seul d’entre eux pourra, avec... 
Critique de Bruno Deslot – Il suffit parfois de parler ! Trois couples pour trois petites affaires dont la problématique, quelque soit l’époque, pose la question de la relation à l’autre dans toute sa complexité. Deux jeunes gens, fraichement mariés, se retrouvent dans le train qui les emmène... 
Critique de Monique Lancri – Toni Servillo a choisi, comme l’avait déjà fait Strehler il y a quelques trente ans, de rassembler en un spectacle unique les trois pièces en un acte qui forment, dans l’œuvre de Goldoni, La Trilogie de la villégiature. Pour les spectateurs d’aujourd’hui, ce parti... 
Critique •
Critique de Bruno Deslot – L’incarnation du réel Peintre iconoclaste créant le scandale autour de ses œuvres, Michelangelo Merisi (1571-1610) dit Le Caravage, se raconte dans l’intimité d’un clair-obscur mettant en lumière l’homme au parcours insolite. Le cheveu épais, noir... 
Présence d'Antoine Vitez
  Vingt ans déjà !               Antoine Vitez est mort en avril 1990. Il fut secrétaire d’Aragon, metteur en scène, fondateur du Théâtre des Quartiers d’Ivry, directeur du Théâtre national de Chaillot, administrateur de la Comédie-Française, pédagogue, traducteur du russe, écrivain... 
Critique de Bruno Deslot – Le loup dans la bergerie Une prédiction, un berger, une belle demoiselle et voici que la cité de Sparte s’agite autour d’une affaire inattendue. Jacques Offenbach (1819-1880), s’empare d’une histoire plusieurs fois millénaires, pour en proposer une version... 
Critique de Florian Fauvernier – Qu’est-ce que l’homme ? Un éclat de rire ou une honte qui fait mal ? Dans ces nouvelles récemment traduites sous le titre Histoires sentimentales sur un banc public, Levin, avec l’écriture irrévérencieuse et libre qui lui est propre, dessine comme dans ses comédies... 

rue(S) libre (S)

// Avr 5th, 2010
rue(S) libre (S)
déambulation artistique et théâtre dans la ville rue (S) libre (S) : des impromptus de rue bimestriels               Samedi 10 avril à 18h30 Le quatrième rendez-vous de rue (S) libre (S), imaginé par Marie Do Fréval, interrogera l’absurdité de nos comportements urbains : textes, images... 
Arkhéion #1 à la Maison de la Poésie
Critique de Bruno Deslot – La voie des poètes, parcours pour un concert-performance La voie des poètes est composée par un univers sonore et visuel investissant cinq lieux qui, de l’entrée de la « galerie » (rue St Martin) aux petits espaces voutés du sous-sol de la Maison de la Poésie, s’immisce... 
Critique de Dashiell Donello – « Z’étaient chouettes les filles du bord de mer Z’étaient chouettes pour qui savait y faire » Adamo La nouvelle création de Carole Thibaut Été est arrivée le 2 avril 2010, à l’Etoile du nord, comme un soleil nouveau, comme une bouffée d’air frais dans le paysage... 
Critique de Camille Hazard – Emma et Sam habitent ensemble depuis trois ans. Lui a trente ans et elle en avait 17 quand ils se sont rencontrés. Ils vivent un amour sans égal, dans une fusion parfaite, avec une complicité mordante. Pourtant, la drogue, la dépression, le manque d’argent et de perspective... 
Critique de Bruno Deslot – L’échappée des faux-semblants L’amant, le marie et sa femme…Une recette éculée du genre vaudevilesque qu’Harold Pinter dépasse pour nous offrir un regard féroce sur les relations amoureuses. La langue de Pinter se déploie comme une partition, avec une... 
Critique de Bettina Jacquemin – Complexité humaine Ou comment Lenglumé, bourgeois du Second Empire découvre, avec une frénésie à la fois panique et délicieuse, qu’il faut parfois être prêt au pire pour sauver la face ou satisfaire ses plus secrets désirs. Un lendemain de cuite, le bourgeois Lenglumé... 
La leçon du théâtre au CnT
  Nouveau programme des prochaines séances            Lundi 12 avril à 18h30 De l’existence du personnage 2 : Stanislavski à contre-emploi Comment Stanislavski s’est tourné vers l’âme de la personne humaine et a fait entrer le « sentiment » dans le travail de l’acteur,...