À l'affiche, Agenda, Critiques, Evènements // Les forteresses, texte et mise en scène de Gurshad Shaheman, à la MC93 de Bobigny

Les forteresses, texte et mise en scène de Gurshad Shaheman, à la MC93 de Bobigny

Juin 10, 2022 | Commentaires fermés sur Les forteresses, texte et mise en scène de Gurshad Shaheman, à la MC93 de Bobigny

 

© Agnes Mellon

 

ƒƒƒ article de Denis Sanglard

Trois monologues entrelacés en une trame serrée, les récits puissants et sans fard de trois femmes nées en Iran, à Mianeh, au sein des montagnes de l’Azerbaïdjan, au début des années 1960. La mère de Gurshad Shaheman et ses deux tantes. Elles ont connu, engagées de près ou de loin, la révolution de 1979, la désillusion amère, la répression de la République islamiste, la guerre avec l’Irak, l’exil pour deux d’entre elles, la troisième restant volontairement au pays. Récit d’une émancipation arrachée douloureusement avec la ferme conviction de trouver, dans cette volonté absolue d’affronter frontalement sans jamais céder, une vie dominée par la violence des hommes et l’oppression du pouvoir politique et l’obscurantisme religieux, leur liberté. Elles ont fait des études avant d’en être exclues, elles se sont mariées, elles ont eu des enfants, elles ont divorcé. Récit de vies qui auraient pu être ordinaires s’il n’y avait eu ce contexte singulier qui les obligeât à des choix radicaux, entrer en résistance jour après jour pour échapper aux violences domestiques, au patriarcat, au religieux. Et puis l’exil, en France pour la mère de Gurshad Shaheman et en Allemagne pour l’une de ses sœurs, à faire partie désormais de la cohorte des émigrés, à tout reconstruire, déracinées et seules avec leurs enfants. Gagner enfin sa liberté quel qu’en soit le prix. Et revenir en Iran, pour quelques échappées et reconnaître ne plus appartenir tout à fait à ce pays, ni tout à fait à celui qui vous a accueilli. Entre l’intime et le politique, chacune à leur façon, chacune en leur exil, intérieur ou géographique, raconte ce destin par force hors du commun, cette résilience qui en font des femmes, malgré elles, ou qu’elles s’en défendent, puissantes. C’est cru, violent, terrible dans les faits mais Gurshad Shaheman a cette élégance affirmée, dans l’écriture et la mise en scène, de ne jamais verser dans le sensationnel, la surenchère, d’en rester strictement au récit, à cette parole confiée et offerte avec une franchise bouleversante.

La mise en scène participe de ça et désamorce avec justesse, avec une belle simplicité, une sensibilité à fleur de peau, tout effet pathétique et grossier. Trois comédiennes, en des points différents de la scène, racontent ces vies bouleversées avec sobriété, non sans gravité parfois, mais elles ne sont pas seules sur ce plateau métamorphosé pour l’occasion en salon de thé où les spectateurs sont invités à s’installer dans de profondes banquettes et qui bientôt les plongera sans échappatoire possible au sein même de ces destins fracassés. La mère et les deux tantes de Gurshad Shaheman sont là aussi qui vous accueillent, hospitalières et prévenantes. Présences muettes et chaleureuses, elles ne revivent pas précisément au long de ses récits les évènements. Non, ce sont des gestes quotidiens, préparer un repas, composer un bouquet… et parfois, c’est vrai, rejouer, comme au théâtre, maladroitement et non sans humour, une scène cocasse, l’histoire d’un chevreau non sevré. C’est montrer le paradoxe d’une vie ordinaire menée coûte que coûte, avec obstination, comme ultime et unique résistance, pour contrer la violence quotidienne pris en charge ici par ces récits sans concessions, portés avec une retenue remarquable, admirablement par les trois comédiennes. Et ça, ça vous arrache une indicible émotion, tenace et qui ne vous lâche plus au fil de la représentation. Et quand parfois ces trois sœurs chantent, accompagnées de leur fils et neveu veillant ici avec grande attention sur elles, des chansons populaires de chanteurs iraniens en exil, qu’elles amorcent ensembles quelques pas de danse, qu’on s’en défende viennent les larmes jusqu’alors retenues. La force immarcescible de ses femmes traversées de douleurs mais tenaces dans leur volonté émancipatrice et le lien indéfectible qui, malgré la séparation, les lie entre elles, sont là qui éclatent avec une joie libératrice et consolatoire. Et puis soudain, après trois heures d’un chemin de vie hors-norme, de récits exemplaires, chacune s’exprime à son tour, presque timidement, et en quelques mots simples conclue cette création sensible, donnant chacune la clé de ce courage têtu et que nous ne dévoilerons pas ici. Et c’est bouleversant.

 

© Agnes Mellon

 

 

Les forteresses, texte et mise en scène de Gurshad Shaheman

Avec Guilda Chahverdi, Mina Kavani, Shady Nafar, Gurshad Shaheman et les femmes de sa famille

Assistanat à la mise en scène : Saeed Mirzaei

Création sonore : Lucien Gaudion

Scénographie : Matthieu Lorry-Dupuy

Lumière : Jérémie Papin

Dramaturgie : Youness Anzane

Régie générale : Pierre-Eric Vives

Costumes : Nina Langhammer

Régie plateau, accessoires : Jérémie Meysen

Maquillage : Sophie Allégatière

Coaching vocal : Jean Fürst

 

 

Du 3 au 11 juin 2022 à 19 h 30

Samedi à 18 h 30, dimanche à 16 h 30

 

MC93

9 boulevard Lénine

93000 Bobigny

 

Réservations 01 41 60 72 72

reservation@mc93

www.mc93.com

 

 

Be Sociable, Share!

comment closed