À l'affiche, Critiques // Another Distinguée, La Ribot, Centre Pompidou

Another Distinguée, La Ribot, Centre Pompidou

Avr 10, 2017 | Commentaires fermés sur Another Distinguée, La Ribot, Centre Pompidou

ƒƒƒ article de Nicolas Brizault

Capture d’écran 2017-04-10 à 08.12.04

© Collectif des Routes

Une petite pancarte prévenait, discrète et amène, que les spectateurs seraient plongés dans une relative obscurité tout au long du spectacle et que tenter de se servir de son téléphone pour voir clair était, ce soir-là, une mauvaise idée. Ceux qui ne connaissaient pas La Ribot survolaient cette affiche naine sans y prêter attention, les autres, déjà, frémissaient d’aise.

Another Distinguée, créée en 2016, reprend, se sert, utilise huit « pièces » déjà mises en place, avec La Ribot et deux danseurs, complices, reflets apparition ou non, on ne le sait pas. Les spectateurs sont jetés dans le noir, essaient de comprendre, d’avancer en suivant des règles, en faisant comme ils peuvent, comme si, en pensant encore à leur image. Autour d’un immense rocher-caverne en caoutchouc noir, à mi-chemin entre latex et sac poubelle, débute une longue et forte procession, un va et vient au hasard, pour tenter d’être plus proche, de voir. Les trois personnages se battent, dansent, se touchent, se défont, se déchirent au milieu du public, silencieux, emporté, plongé très vite lui aussi dans un rythme violent, et donc vrai.

Les spectateurs deviennent mobiles, sont happés ici ou là, par des silhouettes qui s’entredéchirent, se libèrent, et pour cela se battent, tentent de s’ébattre entre d’autres silhouettes de moins en moins passives, « entourantes » et proches. La Ribot pliée en deux se retient à votre cheville, pendant qu’un homme déchire, découpe, allège les couches de tissus qui la dissimulent et la rende anonyme. Puis c’est elle qui déchire, découpe, allège, la nudité est proche, la nudité est là.

Trois corps au milieu d’une foule aspirante, une musique qui assomme ou pire encore et si terriblement rare, un silence pur, rien, ni d’eux ni de nous, extase simplement, partage, vision, et les tremblements qui surviennent, là, juste après l’envie.

Les corps se cherchent, se trouvent, s’attendent. On sent un immense calcul dans cette « mise en scène », de quoi hypnotiser réellement le spectateur. Montrer combien la vie est folle, rapide, les rapports tendus et sérieux, que l’amour n’est pas rose bonbon, que le sexe n’est pas facile et tendre, mais tout simplement vrai, même s’il mène à la mort.

On a l’impression d’être dans des artères, dans des cellules s’engageant enfin vers cet échange étrange où le présent est là, où tu es là, où je suis là. Déchirés, à même le sol, perdus, écrasés, oui, mais là, pour de vrai. Connaissant la saleté, la douleur, une errance ultra rapide ou fort lente et silencieuse mais en somme le mouvement entre homme et femme, l’énergie, la couleur. La souffrance est absente de ces échanges, le regard apparaît, s’appuie, rebondit.

La vie est dans ses virages obscurs, la vraie, la forte, l’animale, l’originelle. Elle est même là tout à la fin, dans la mort, elle fait respirer la mort et empêche d’applaudir pour mal la réveiller, pour mal la relever. Les trois sont là, couverts de sang, peinture grasse, étendus au sol et le public, tout autour, assis, debout, allongé parfois lui aussi. Et pas un bruit, ou à peine. La Ribot nous a tenu dans sa main et nous tient encore, étouffés de beauté vermillon.

Another Distinguée

Chorégraphie et direction : La Ribot
Interprétation : La Ribot, Juan Loriente, Thami Manekehla

Centre Pompidou, Spectacles vivants, danse
Vendredi 7 avril 2017, 20h30
Samedi 8 avril 2017, 17h et 20h30
Dimanche 9 avril 2017, 17h

Installation et scénographie : La Ribot
Construction de l’installation : Marie Prédour, Victor Roy
Création Lumières : Éric Wurtz
Direction technique : Marie Prédour
Technicien : Guillaume Defontaine
Costumes : La Ribot
Production de costumes : Laurence Durieux, Marion Schmidt, Julie Z.
Œil extérieur : Jaime Conde Salazar
Photos et captation : Anne Maniglier, Collectif des routes

Une production de La Ribot – Genève
Production et communication : Sara Cenzual
Administration et comptabilité : Gonzague Bochud
Diffusion internationale : Nicky Childs (Artsadmin, London)
Diffusion pour l’Espagne : Paz Santa Cecilia (Magale prod, Madrid)
Diffusion pour les arts visuels : Angel Varela
Coproducteurs : Théâtre de Vidy (Lausanne), CN D, Un centre national pour la danse (Paris), Latitudes contemporaines (Lille), Teatros del Canal (Madrid)

Avec la collaboration de la comédie de Genève

Du support de Stanley Thomas Johnson Stiftung, Ernst Göhner Foundation, du Fonds culturel de la société Suisse des Auteurs (SSA)

La Ribot est soutenue par la ville de Genève, la République et canton de Genève et Pro Helvetia
Plus d’information sur : www.laribot.com

La Ribot, née à Madrid, vit et travaille à Genève.

Be Sociable, Share!

comment closed