À l'affiche, Agenda, Critiques, Evènements // 40° sous zéro, l’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer & les quatre jumelles, de Copi, mise en scène de Louis Arène, Cie Munstrum Théâtre, Le Montfort-Théâtre

40° sous zéro, l’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer & les quatre jumelles, de Copi, mise en scène de Louis Arène, Cie Munstrum Théâtre, Le Montfort-Théâtre

Juin 03, 2021 | Commentaires fermés sur 40° sous zéro, l’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer & les quatre jumelles, de Copi, mise en scène de Louis Arène, Cie Munstrum Théâtre, Le Montfort-Théâtre

 

© Darek Szuster

ƒƒƒ article de Denis Sanglard

40° sous zéro, c’est complètement givré ! Un Copi follement queer. Deux pièces du dramaturge argentin qui n’aurait sans doute pas renié cette mise en scène hallucinée. Des créatures hors-norme, pas d’autre terme, pour une cérémonie foutrement trash. C’est du grand-guignol burlesque, grotesque et punk. Et sophistiqué avec ça ! Costume de Lacroix, rien que ça, tout aussi barré lui aussi, qui pour l’occasion donne dans le recyclage haute-couture. Ça tranche, ça saigne. Ça chie, ça chiale. Ça éructe. Ça se pique, ça sniffe. Ça s’entre-tue, ça crève salement et ressuscite illico. Copi n’avait pas de limite et se foutait de la vraisemblance comme d’une guigne. Usait et abusait du cliché qu’il sublimait comme pas un. Empilait les stéréotypes qu’il détournait et magnifiait. Théâtre minimaliste, pauvre même, et paradoxal. Chez Copi tout déborde, dégorge. Théâtre faussement naïf, férocement transgressif. Tragique aussi mais d’une crâne insolence et qui ne prend pas de gant pour vous mettre un doigt d’honneur bien profond dans le fondement de la bienséance et de la normalité. Théâtre merveilleusement, heureusement scandaleux qui voit les exclus de tous bords, pas même gentils, cul par-dessus tête se foutre du genre – déjà – et affirmer avec une frondeuse fierté leur différence, leur monstruosité. Oser, objet de scandale, être eux-même enfin. Le rire chez Copi est un rire de résistance.

Louis Arène exhausse tout ça, embrasse Copi furieusement qu’il finit par retrousser pour en exhiber les dessous, cette vérité toute crue qui dérange encore. Entre télé novelas ou vaudeville sous acide, c’est tout à la fois d’une élégance de folle furieuse, entre kitsch et chic frelaté, respectant à la lettre tout en y mettant son grain de gros sel, ce théâtre de la cruauté, voire existentialiste. Ce sont des monstres fabriqués et leurs prothèses, qu’ils finiront par s’arracher dans une bataille épique, pleine de coke et de fureur, les laissant à nu, participe de ça, de cette création, de la fabrique et de l’affirmation de soi jusqu’à l’excès, l’outrance volontaire et férocement joyeuse. Tout est illusion, tout est théâtral et parfaitement assumé, affirmé. La Russie ou l’Alaska, c’est du pareil au même, c’est ici ou là, c’est n’importe quoi, autrement dit nulle part. Les seringues sont vides. Le revolver fait pan ! Le sang gicle, rouge fluo. La coke c’est de la poudre de Perlimpinpin. Il suffit d’y croire, point. Louis Arène s’amuse comme un sale gosse, en rajoute une grosse louche, fait le pari de la démesure, de l’énorme et du mauvais goût devenu la norme et réussit son coup. Plus c’est gros, mieux ça passe et la jouissance est là, qui gicle sans à-coup, ce rire qui ébranle la salle. Une salle complice et pas dupe que tout ça, c’est du chiqué, c’est pour de faux. Avant d’être fauchée abruptement par un final apocalyptique qui voit basculer cette farce existentialiste dans un registre des plus inquiétant.

Louis Arène, Lionel Lingelser, Sophie Botte, Delphine Cottu, Olivia Dalric, Alexandre Éthève et François Praud, au diapason, sont aussi hors-norme. Rien ne leur semble impossible dans cet univers absurde et féroce qu’ils traversent au pas de charge. Ils sont tous simplement extraordinaires, ne dépassant jamais les bornes dans la démesure, toujours justes dans cette folie, dans ce burlesque haut en couleur et crue, cet univers queer et drama-queen sous haute-pression qu’ils transcendent par ce naturel et cette aisance, cette  extravagante vérité dans l’invraisemblance.

 

© Darek Szuster

 

40° sous zéro, L’homosexuel où la difficulté de s’exprimer & les quatre jumelles de Copi

Mise en scène Louis Arène

Avec Louis Arène, Sophie Botte, Delphine Cottu, Olivia Dalric, Alexandre Éthève, Lionel Lingelser, François Praud

Conception Louis Arène, Lionel Lingelser

Dramaturgie Kevin Keiss

Assistante mise en scène Maëliss Le Bricon

Stagiaire mise en scène Mo Dumond

Création costumes Christian Lacroix

Assisté de Jean-Philippe Pons et Karelle Durand

Scénographie, masques Louis Arène

Création coiffes, maquillage Véronique Soulier-Nguyen

Création lumières François Menou

Création sonore Jean Thévenin

Assisté de Ludovic Enderlen

Regard chorégraphique Yotam Peled

Assistant scénographie, régie générale, accessoiriste Valentin Paul

Régie lumières Julien Cocquet

Accessoiriste, régie son Ludo Enderlen

Assistant accessoiriste Julien Antuori

Habilleuse Faustine Boyard

Cheffe d’atelier costumes Lucie Lecarpentier

Costumières Tiphanie Arnaudeau, Hélène Boisgontier, Castille Schwartz

Stagiaires costumes Marnie Langlois, Iris Deve

 

 

Du 3 au 13 juin 2021 :

– Jeudi 3 juin à 18 h 30
Vendredi 4 juin à 18 h 30
Samedi 5 juin à 17 h
Dimanche 6 juin à 16 h
Mardi 8 juin à 18 h 30
Mercredi 9 juin à 20 h 30
Jeudi 10 juin à 20 h 30
Vendredi 11 juin à 20 h 30
Samedi 12 juin à 20 h 30
Dimanche 13 juin à 16 h

 

Le Montfort-théâtre

106 rue Brancion

75015 Paris

Réservations 01 56 08 33 88

www.lemontfort.fr

 

Be Sociable, Share!

comment closed