Critique de Monique  Lancri – Lecture versus spectacle. Si le roman d’Olivier Rolin : L’invention du monde (1993) tenait déjà de la gageure, à savoir, faire tenir dans l’épaisseur d’un gros roman une journée de la terre (très exactement celle du 21 mars 1989), la « lecture »... 
Critique de Camille Hazard – Christophe Perton, metteur en scène de la pièce La Folie d’Héraclès, fait un parallèle entre cette tragédie et le monde des traders. Depuis le début de la crise financière, nous avons pu voir des traders dans des publicités, des sketchs d’humoristes, des caricatures,... 
Critique de Bettina Jacquemin – Au delà de la farce… Sganarelle, bourgeois célibataire, la cinquantaine passée s’apprête à épouser la fille du seigneur Alcantor, la belle Dorimène. Quelques doutes sur les réelles motivations de la future épouse le mène à multiplier les consultations. Il exprime... 
Critique de Denis Sanglard – Et rugir de plaisir ! Ah quel bonheur ! François Morel fait partie du patrimoine français, au même titre que notre camembert ou notre deux-chevaux. Il faudrait lui donner l’AOC ! Petit fils de Charles Trenet et fils de Bourvil, frère de l’ogresse Juliette, il donne un récital... 
Critique de Denis Sanglard – La philosophie dans le vouloir Simone de Beauvoir où la grande amoureuse… La ballade de Simone brosse le portrait de la dame au turban, intellectuelle, philosophe, féministe, germanopratine et amoureuse. Une femme complexe qui voulut être toute les femmes et qui rageait de ne... 
Critique de Monique Lancri – Donner à voir et  Don de soi. Enfin du théâtre que l’on pourrait qualifier de « généreux » ! Car Tempête !, le spectacle conçu et mis en scène par Irina Brook donne (et « se donne ») beaucoup : autant qu’il espère, en retour, recevoir. Force est de constater... 
« Voyageurs immobiles » de Philippe Genty au Rond Point
Critique de Bruno Deslot – Une métaphore de l’humanité Après avoir créé Voyageur immobile en 1995, Philippe Genty et sa troupe ont parcouru le monde, il nous reviennent au Théâtre du Rond Point avec une recréation au pluriel de cette fabuleuse aventure scénique. © Pascal François Un univers... 
Critique d’Evariste Lago – Une histoire de femmes Tout le monde connaît plus ou moins bien l’histoire des trois mousquetaires, roman de cape et d’épée, d’environ mille pages, d’Alexandre Dumas publié en feuilleton dans le journal Le siècle. Il retrace l’histoire de quatre jeunes hommes combatifs... 
Festival Poésie sonore #1
La parole poétique en frémissements du 27 au 30 mai 2010 à la Maison de la Poésie       De Serge Pey à Julien Blaine pour les textes, de Schwitters à Bernard Lubat pour la musique des mots et des notes, de Laurence Vielle la Belge à Magie O’Sullivan l’Anglaise, voilà que se dresse la table... 
Suite... Commentaires fermés sur Festival Poésie sonore #1
Critique de Bettina Jacquemin – Vent de folie Une musique issue de la grande famille des Toons américains se fait entendre. Le ton est donné au lever de rideau ; le Feydeau présenté à la Folie Théâtre ne sera pas classique. Nous voilà au cœur même du cabinet du Docteur Follbraguet. Dentiste de son... 
Critique de Dashiell Donello – Les Chouraqui entre la petite et grande Histoire. 1955. La famille Chouraqui fêtent à Alger la circoncision d’Albert (Guillaume Lebon)  dans le tourbillon effervescent d’une famille heureuse. Des scènes de la vie ordinaire se succèdent au rythme de Charlie Parker... 
Critique d’Evariste Lago – « La vie s’agrandit ou rétrécit selon le courage que l’on a. » A. Nin. Anaïs Nin est une écrivaine franco-cubaine née en France en 1903. Sa mère, divorcée, l’embarque vers les Etats-Unis avec ses deux frères. Anaïs quitte l’école à quatorze ans pour travailler... 
Critique de Denis Sanglard – Toujours en errance ! Enéas, neuf est le second volet d’une vaste fresque Les années de cendre qui a pour ambition d’interroger la guerre sous forme de chroniques. « Un monde qui ne serait qu’une guerre que des instants de paix suspendent », ce projet est conçu et mis... 
Critique de Bruno Deslot – Fiasco au sérail ! L’Italienne à Alger, une exquise réussite d’un Rossini seulement âgé de 21 ans lorsqu’il compose cet opéra bouffe qui a gardé tout son charme et son comique de situation. La Compagnie In-Sense relève le défi en montant cet opéra en deux...