Lectures // Lecture • « Clôture de l’amour » de Pascal Rambert

Lecture • « Clôture de l’amour » de Pascal Rambert

Oct 07, 2013 | Aucun commentaire sur Lecture • « Clôture de l’amour » de Pascal Rambert

ƒƒƒ article Solveig Deschamps

 

Pascal Rambert, directeur du Théâtre de Gennevilliers (T2G) depuis 2007, n’en est pas à sa première écriture théâtrale, « Toute la vie » – « paradis » – «  de mes propres mains », pour ne citer que quelques-uns des textes édités par Les Solitaires Intempestifs. « Clôture de l’amour » a été créé en 2011 au festival d’Avignon avec Audrey Bonnet et Stanislas Nordey.

Enfermement amoureuxCloture de l'amour

Tout commence par le monologue de l’homme (Stan), monologue de rupture, de ceux qui peuvent vous tomber dessus après une longue histoire d’amour et qui laissent l’autre sans voix, anéanti. Des phrases courtes qui parfois ne trouvent pas de fin, des répétitions, aucune ponctuation. C’est lui qui veut rompre, qui veut clôturer cet amour dans lequel ils se sont enfermés. Il faut qu’elle le laisse parler, ne pas bouger, ne pas pleurer, se souvenir et ne plus désirer, en finir. Magnifique poème dramatique, supplication de la rupture. On se laisse emporter par les mots, que sans doute il a préparés avant cette dernière rencontre. Tout y est, évitement du pathos, bilan d’un amour terminé qui ressemble à ceux que nous avons pu vivre (souvenirs, partage des enfants, des meubles, je te laisse tout, je garde la chaise à broderies roses).

Je te regarde et je n’ai plus de désir

Ta peau ces attaches ces doigts cette bouche ces yeux tes seins ton ventre où ok j’avais élu domicile où je disais ici c’est chez moi moi j’habite ici

J’ai posé le livre, je l’ai laissé, délaissé, je n’avais pas envie de lire la suite, le monologue de la femme (Audrey), j’avais peur de ne pas aimer, je me demandais comment on pouvait continuer sans redite. Puis je m’y suis remise, et me suis laissée happer par cette longue réponse, incisive, violente et crue, les phrases y sont également courtes et sans ponctuation. La colère de celle qu’on quitte éclate dans toute sa justesse, et nous devenons celui (celle) qui est quitté, et nous réalisons l’impossibilité pour elle d’accepter les mots qui viennent d’être dits. Comme si elle nous faisait prendre conscience de l’étroitesse de l’homme, là où nous pouvions y voir de la grandeur.

Je garde ton absence sur la lunette des toilettes j’ai aimé jusqu’à ta merde

Oui l’amour parfois va jusque là je garde

Je garde ta tête quand tu ne comprends pas

Quant à moi, je garde tout de ce texte magnifique. En refermant le livre, je me disais que j’étais heureuse de n’avoir pas vu le spectacle, il y a des textes de théâtre qui se suffisent à eux-mêmes

Clôture de l’amour
de Pascal Rambert
Éditions Les Solitaires Intempestifs
1 Rue Gay Lussac – 25000 Besançon
Téléphone: 03 81 81 00 22
www.solitairesintempestifs.com

Be Sociable, Share!

Répondre

You must be Logged in to post comment.