À l'affiche, Critiques // L’avare de Molière, mise en scène de Ludovic Lagarde, théâtre de l’Odéon.

L’avare de Molière, mise en scène de Ludovic Lagarde, théâtre de l’Odéon.

Juin 10, 2018 | Commentaires fermés sur L’avare de Molière, mise en scène de Ludovic Lagarde, théâtre de l’Odéon.

ƒƒ article de Pulcritude

© DR

A L’Odéon, théâtre de l’Europe, du 2 au 30 Juin, Ludovic Lagarde propose un « Avare » tout à fait fidèle au texte de Molière. Le metteur en scène fait preuve d’une imagination, sans doute, provocatrice.

Les jeunes premiers, jeans sur les talons, émergent d’une partie de flirt poussé, La Flèche subit une fouille au corps se terminant par une inspection rectale, Frosine abuse des vulnéraires jusqu’au vomissement, tel un dangereux forcené, possible assassin de sa famille, Harpagon brandit volontiers la carabine ! Le lieu scénique semble être un entrepôt, regorgeant de caisses au contenu divers.

Le public se réjouit de ces trouvailles.

Le parti pris est de « parler  moderne », ce texte classique. L’affaire n’est pas simple et si Laurent Poitrenaux s’en tire à merveille, la performance semble plus périlleuse pour d’autres acteurs. Par ailleurs, lorsque le texte original est trop éloigné des intentions du metteur en scène, onomatopées ou borborygmes y suppléent jusqu’à instaurer une certaine logique.

Cet « Avare »là, laissera les puristes pantois, mais donnera aux autres, ceux qui aiment la novation, ceux qui aiment la transgression, ceux qui raffolent d’audace, une impression de re-lecture, de re-découverte, de ré-invention.

On a souvent l’impression que toutes ces bonnes idées se côtoient sans que jamais elles ne créent une véritable cohérence. En conséquence, le mal être des différents personnages nous touche peu. La main ensanglantée de Maître Jacques (joué ici par une fille) évoque plus le grand guignol, que la cruauté incontrôlée d’un homme au bord de la rupture, prêt à tuer pour son argent. C’est dommage.

Au final, Harpagon, s’enferme dans une sorte de grand congélateur où stagne

sa fortune, sarcophage dans lequel on s’attendrait presque à trouver des bébés congelés, mais il se contente de se recouvrir de poudre d’or tel un pharaon. Le Seigneur Anselme viendra y déposer un bouquet de fleurs blanches, avant de refermer la porte du local vide et déserté : famille brisée, fêlure irrémédiable, faillite!

 

L’Avare de Molière
Scénographie Antoine Vasseur
Lumière Sébastien Michaud
Costumes Marie La Rocca
Maquillage et coiffure Cécile Kretschmar
Musique Pierre-Alexandre « Yuksek »Busson
Dramaturgie Marion Stoufflet
Assistanat à la mise en scène Céline Gaudier
Son David Bichindaritz
Mouvements Stéfany Ganachaud
Avec Marion Barché, Myrtille Bordier, Louise Dupuis, Alexandre Pallu, Laurent Poitrenaux, Tom Politano, Julien Storini, Christèle Tual.
Et la participation de Jean-Luc Briand, Elie Chapus, Benjamin Dussud, Sophie Engel, Zacharie Jourdain, Elodie Leau, Benoît Muzard.

Du 2 au 30 Juin.

Du mardi au samedi à 20 heures, dimanche à 15 heures.
Relâche le lundi et le dimanche 3 juin.

Odéon, Théâtre de l’Europe
Place de l’Odéon
75006 Paris
Réservations 01 44 85 40 40
www.theatre-odeon.eu

 

 

 

Be Sociable, Share!

comment closed