À l'affiche, Critiques // La Maison, de Julien Gaillard, mise en scène par Simon Delétang, théâtre La Colline, Paris

La Maison, de Julien Gaillard, mise en scène par Simon Delétang, théâtre La Colline, Paris

Jan 19, 2018 | Commentaires fermés sur La Maison, de Julien Gaillard, mise en scène par Simon Delétang, théâtre La Colline, Paris

© Simon Gosselin

article de Nicolas Brizault

Oui. La Maison. On est tout d’abord face à un étrange escalier, chargé de plantes aquatiques desséchées, avec une barque au milieu. Nous verrons bien, on se laisse séduire, de bonne humeur, imaginant la magie qui nous emportera sans aucun doute pour cette création. Au bout de dix minutes la bonne humeur est morte et enterrée, et on repère cet immense panneau blanc qui se dirige, lentement lui aussi, de gauche à droite, du début vers la fin, et l’on est prêt à mesurer les centimètres qui nous éloignent encore de la libération méritée.

La Maison a pour sujet très étrange et donc intéressant, pourquoi pas, trois garçons, peut-être frères, peut-être jeunes, peut-être vivants, qui tentent de définir par mille moyens douteux, l’enfance. Mille moyens, c’est beaucoup trop de bonté : La Maison doit être en fait une création sur le thème fort pesant de la répétition, de la noyade, de la surdité et du mal de tête. Quasiment dans le noir, ces trois frères, ces trois fantômes, on ne sait pas, parlent de leur maison dans laquelle ils semblent enfermés. C’est une barque cette maison (barque qui empêche les trois premiers rangs de voir quelque chose correctement, après tout justice, ce sont toujours eux qui ont les meilleures places d’habitude !). Le texte est haché, impénétrable. Très régulièrement il semble recommencer, peu importe on est perdu. Perdu et dans le noir. De temps en temps, pour empêcher une musique assaillante et fort mauvaise de nous anéantir, les voix connaissent la joie du micro. Une fois, deux, trois… quatre, cinq, six, sept fois, etc. Pendant une heure et demie. On cherche un sens à cet échange fraternel, on pense que le public qui s’écoule vers les portes de sortie sont en fait de terribles distraits qui ont oubliés de terribles et plus importants rendez-vous et très tristes sont obligés d’abandonner cette lente noyade. Puis vraiment on les envie, et surtout ceux des dix premières minutes.

Le texte est sans doute bon. Le jeu est normalement excellent. Mais la mise en scène devrait au minimum être remboursée par la Sécurité Sociale. Elle est dangereuse, énervante, sans aucun sens, et le soutien du Ministère de la Culture, le Grand Prix de la société des Gens de Lettres de la fiction radiophonique 2017 surprend. On est sans doute à côté de la plaque, honte à nous. Oui, c’est cela. Honte alors au public qui vient voir une pièce fait pour lui et applaudit par pure courtoisie, et qui semble presque en colère en quittant La Maison ?

La Maison de Julien Gaillard

Création à La Colline

Texte  Julien Gaillard
Mise en scène et scénographie  Simon Delétang

Avec  Rémi Fortin, Julien Gaillard, Frédéric Leidgens

Dramaturgie  Julien Gaillard et Simon Delétang
Lumières  Julien Louisgrand
Son  Nicolas Lespagnol-Rizzi
Collaboration à la scénographie et création costumes  Léa Gadbois-Lamer
Régie générale  Nicolas Hénault

Du 17 janvier au 11 février 2018 dans le Petit Théâtre
Du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h et le dimanche à 16h
Durée 1h30

Tournée :
Du 14 au 17 février 2018 à 20h30 au Casino de Bussang

La Colline
15 rue Malte-Brun
75020 Paris

Métro Gambetta

T+ 01 44 62 52 52
www.colline.fr

 

Be Sociable, Share!

comment closed