À l'affiche, Critiques // La Collection, de Harold Pinter, mise en scène Ludovic Lagarde au Théâtre des Célestins

La Collection, de Harold Pinter, mise en scène Ludovic Lagarde au Théâtre des Célestins

Fév 08, 2019 | Commentaires fermés sur La Collection, de Harold Pinter, mise en scène Ludovic Lagarde au Théâtre des Célestins

 

© Gwendal Le Flem

 

ƒƒƒ article de Victoria Fourel    

Un homme téléphone, puis frappe à la porte. Il veut voir Bill. Pour parler. Cet homme, il soupçonne Bill d’avoir couché avec sa femme. Est-ce vrai ? Est-ce une fantaisie inventée de toutes pièces ? Dans un monde où les sentiments, l’apparence et le mensonge se succèdent, de nombreuses questions sont posées.

Cette pièce joue sur la superposition des situations, à la fois dans l’écriture et la mise en scène. Stella raconte à son mari une nuit adultère dans un hôtel de Leeds. Et à partir de là vont se jouer les destins de deux couples aux trajectoires plus ou moins proches, que l’on voit évoluer en parallèle. Il y a de très beaux moments, où les comédiens jouent en écoute de leurs partenaires, sans pour autant être tous en présence, nous donnant l’impression que les vies des uns et des autres sont vouées à se rencontrer. Et à se menacer.

Cette atmosphère inquiétante se joue notamment dans les silences, parfois osés. Ces moments où tout est en suspens nous donnent à voir des petits mondes un peu fermés sur eux-mêmes, froids et secrets, mais aussi des tempêtes intérieures, des mensonges et des jalousies qui couvent. Pour les quatre splendides comédiens, c’est une partition à la fois très quotidienne et très forte. Il faut en effet trouver le juste milieu entre le dedans, réaliste et très premier degré, et le dehors, entre thriller et Grand-Guignol.

On rit beaucoup, aussi. Malgré le danger qui rôde. Et c’est là qu’est la finesse du spectacle. Dans un univers sombre et plein de petites références aux films et aux romans noirs, les bons mots et les moments rythmés de comédie sont nombreux, permettant de jouer avec le spectateur. Tantôt détendu, tantôt  inquiété par la grande violence des échanges, il est embarqué.

Le plateau est très beau, jouant de référence très 70’s, sans pour autant tomber dans une caricature désuète. Même chose pour les lumières, qui vont chercher parfois dans la couleur vive pour ensuite basculer dans le mystérieux. Tout comme la direction d’acteur, l’univers visuel est très équilibré.

Dans ce spectacle, on est touché par la tension dans les rapports, l’importance presque politique des confrontations, mais aussi par le bouillonnement rentré des émotions. Cette mise en scène d’une grande rigueur est portée par une distribution sans faute et par une lecture très moderne de Pinter, nous laissant avide de vérité.

 

© Gwendal Le Flem

 

La Collection, de Harold Pinter

Mise en scène Ludovic Lagarde

Assisté de Céline Gaudier

Lumière Sébastien Michaud

Scénographie Antoine Vasseur

Costumes Marie La Rocca

 

Avec Mathieu Amalric, Valérie Dashwood, Micha Lescot et Laurent Poitrenaux

 

Du 5 au 9 février 2019 à 20h

Durée 1h20

 

Théâtre des Célestins
4 rue Charles Dullin

69002 Lyon

Réservation au 04 72 77 40 00

www.theatredescelestins.com

 

 

Be Sociable, Share!

comment closed