// Critiques

La Promesse, adapté et mis en scène par Isabelle Janier, d’après La Petite Catherine de Heilbronn de Heinrich von Kleist, au Théâtre de l’Épée de Bois – La Cartoucherie – Paris

La Promesse, adapté et mis en scène par Isabelle Janier, d’après La Petite Catherine de Heilbronn de Heinrich von Kleist, au Théâtre de l’Épée de Bois – La Cartoucherie - Paris
      ©  Illustrations d’Isabelle Janier     ƒ article de Nicolas Thevenot Quand je pénètre dans la salle de pierre du Théâtre de l’Épée de Bois, flotte un subtil parfum d’encens et d’éternité. Il y a l’actualité au dehors, et au-dedans : l’éternité. Cunégonde de Thurneck, sur un piédestal, imposante dans sa robe blanche de mariée, et puis, le Comte... 

Le Théâtre et son double, de Gwenaël Morin et Antonin Artaud, mis en scène par Gwenaël Morin, au Centre national dramatique Nanterre-Amandiers

Le Théâtre et son double, de Gwenaël Morin et Antonin Artaud, mis en scène par Gwenaël Morin, au Centre national dramatique Nanterre-Amandiers
  © Richard Sammut   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Le spectateur qui se rend à Nanterre pour assister au spectacle Le Théâtre et son double ne rentre pas dans la grande salle des Amandiers à Nanterre comme d’ordinaire. Il est invité à passer par l’extérieur et entre dans une bulle de plastique blanc géante qui se situe en fait, comme il s’en apercevra en sortant,... 

Maîtres anciens, de Thomas Bernhard, mise en scène d’Éric Didry, Théâtre de la Bastille

Maîtres anciens, de Thomas Bernhard, mise en scène d’Éric Didry, Théâtre de la Bastille
© Jean-Louis Fernandez   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Jubilatoire performance de Nicolas Bouchaud ! Dans Maîtres anciens de Thomas Bernhard toute la démesure de l’acteur éclate magistralement. Reger, vieux critique musical assis sur une banquette du musée de L’Histoire de l’Art de Vienne devant une toile de Tintoret, tous les deux jours depuis trente ans, attend son ami philosophe... 

Illusions perdues, d’après Honoré de Balzac, mise en scène de Pauline Bayle, Théâtre de la Bastille

Illusions perdues, d’après Honoré de Balzac, mise en scène de Pauline Bayle, Théâtre de la Bastille
  © Simon Gosselin     ƒƒ article de Denis Sanglard « On ne peut rien réussir sans se râper le cœur. » D’Angoulême à Paris, l’ascension rapide et la chute brutale de Lucien de Rubempré. Pauline Bayle adapte Illusions perdues de Balzac, œuvre monstre. L’œuvre est dégraissée, la mise en scène dépouillée à l’extrême, frontale. Ce que Pauline Bayle met en scène,... 

Ogre, par la Compagnie de la Tortue Noire, d’après le texte de Larry Trembay, au Théâtre Mouffetard

Ogre, par la Compagnie de la Tortue Noire, d’après le texte de Larry Trembay, au Théâtre Mouffetard
    © Patrick Simard     ƒ article de Hoël Le Corre Tout commence dans le noir. Une voix surgit : elle envahit progressivement l’espace sonore. Et déjà se profile le genre de personnage auquel nous aurons à faire… Il sera omnipotent, hautain, égocentrique… Bref, insupportable. Il sera Ogre. Et après avoir conquis notre espace sonore, c’est toute la place visuelle... 

Ni les chiens qui boitent, ni les femmes qui pleurent, d’après les écrits de Frida Kahlo, Mise en scène Laurence Cordier – Compagnie La Course Folle, Maison des Arts de Créteil

Ni les chiens qui boitent, ni les femmes qui pleurent, d’après les écrits de Frida Kahlo, Mise en scène Laurence Cordier – Compagnie La Course Folle, Maison des Arts de Créteil
  © Stéphane Gaillochon   ƒƒ article de Garance Ni les chiens qui boitent, ni les femmes qui pleurent, Laurence Cordier continue sa lignée de portraits de femmes artistes, après la rencontre avec les œuvres d’Annie Ernaux, la metteuse en scène s’attaque à un monstre de l’art pictural : Frida Kahlo. L’emblématique Frida Kahlo, que nous connaissons à travers ses toiles... 

Derviche, de Bab Assalam et Sylvain Julien au Théâtre de la Croix-Rousse

Derviche, de Bab Assalam et Sylvain Julien au Théâtre de la Croix-Rousse
  © IMA A. Sidoli     ƒ article de Victoria Fourel  Les derviches, ce sont ces religieux qui acceptent le dénuement, ces ascètes, qui par la danse et finalement la transe, répandent la grâce et se rapprochent de Dieu. En réinterprétant et en jouant avec les codes, le groupe franco-syrien Bab Assalam et le circassien Sylvain Julien tentent une nouvelle approche de la discipline... 

Les Sorcières de Salem, de Arthur Miller, mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota, au Théâtre de la Ville–Espace Cardin

Les Sorcières de Salem, de Arthur Miller, mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota, au Théâtre de la Ville–Espace Cardin
  © Jean-Louis Fernandez   ƒƒƒ article de Emmanuelle Saulnier-Cassia Écrite par Arthur Miller en 1952, créée à Broadway l’année suivante et en 1955 au théâtre Sarah Bernhard en France avec Simone Signoret et Yves Montand, la pièce Les Sorcières de Salem qui a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique (mais dont la diffusion a été bloquée par le dramaturge... 

Je ne vous aime pas, de Pierre Notte, mise en scène de Marianne Wolfsohn, Théâtre Les Déchargeurs

Je ne vous aime pas, de Pierre Notte, mise en scène de Marianne Wolfsohn, Théâtre Les Déchargeurs
  © Pascal Gely   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Duel au sommet et duo jubilatoire ! Je ne vous aime pas, nous si… Une comédienne, ex du Français, pour un projet dont on ne verra rien, visite la salle, salle des fêtes et bureau de vote à l’occasion, ancienne salle paroissiale faisant office de théâtre… « Évidemment on est très loin de la Comédie Française. » La bombe... 

Tosca, de Giacomo Puccini, mise en scène de David Bobée, Théâtre des Arts – Opéra de Rouen Normandie

Tosca, de Giacomo Puccini, mise en scène de David Bobée, Théâtre des Arts – Opéra de Rouen Normandie
  © Arnaud Bertereau   ƒƒƒ article de Denis Sanglard Les histoires d’amour finissent mal en général. Et n’intéressent à vrai dire pas vraiment David Bobée. Dans Tosca ce qui lui importe c’est avant tout le contexte qui broie cet amour tragique. Floria Tosca et Mario Cavaradossi sont victimes d’un pouvoir totalitaire que représente l’impitoyable Scarpia. À travers ces... 

Ce qui n’a pas lieu, conception, chorégraphie, texte et interprétation Sofia Dias et Vítor Roriz, au théâtre de la Bastille — collaboration Atelier de Paris

Ce qui n’a pas lieu, conception, chorégraphie, texte  et interprétation Sofia Dias et Vítor Roriz, au théâtre de la Bastille — collaboration Atelier de Paris
    © Filipe Ferreira   ƒƒƒ article de Marguerite Papazoglou « Danser / aller voir/ parler de Ce qui n’a pas lieu »… voilà en soi une appétissante impossibilité langagière et une gageure logique pour le spectacle vivant, qui ne déçoit pas ! Oui, un titre génial emprunté au poète brésilien Manoel De Barros, dont les deux chorégraphes poursuivent avec inventivité... 

Enterre-moi mon amour, de Clea Petrolesi / Cie Amonine, d’après Lucie Soullier, Théâtre Paris-Villette

Enterre-moi mon amour, de Clea Petrolesi / Cie Amonine, d’après Lucie Soullier, Théâtre Paris-Villette
    © Caroline Gervay / Clea Petrolesi     ƒƒ article de Nicolas Brizault Enterre-moi mon amour, de Clea Petrolesi est né d’après un article de Lucie Soullier Le voyage d’une migrante syrienne à travers son fil WhatsApp paru dans les Grands formats du Monde.fr en décembre 2015. Lucie Soullier y reprenait un immense périple de Dana et Kholio, une jeune femme et... 

Les Italiens, conçu et mis en scène par Massimo Furlan, à la MC93 – Bobigny

Les Italiens, conçu et mis en scène par Massimo Furlan, à la MC93 - Bobigny
  ©  Pierre Nydegger   article de Nicolas Thevenot Je suis sorti de la MC93 en pensant qu’il y avait erreur sur la marchandise. Intitulé Les Italiens, le spectacle de Massimo Furlan révèle probablement plus le regard que porte la Suisse sur l’histoire de ses migrants, une histoire officielle en quelque sorte, faisant la part belle au travail et au mérite, reléguant au non-dit... 

Médéa Mountains, écrit et interprété par Alima Hamel, mis en scène par Aurélien Bory, au Théâtre des Bouffes du Nord

Médéa Mountains, écrit et interprété par Alima Hamel, mis en scène par Aurélien Bory, au Théâtre des Bouffes du Nord
    © Gabi-Pérez   ƒƒ article de Hoël Le Corre Au centre de la magnifique scène dénudée des Bouffes du Nord apparaît une silhouette, grande, aux cheveux en bataille. Éclairée par ce qui semble n’être qu’une simple lampe de poche, l’ombre de cette chevelure sauvage se projette sur un immense parchemin, seul élément de décor. C’est ainsi que commence Médéa Mountains,...