// Critiques

« Héros-limite » de Ghérasim Luca à la Maison de la Poésie

Critique de Bruno Deslot – Hé-ro-ro-ïne et off ! Une langue vole en éclat pour une expérience singulière, Héros-limite ressuscite Ghérasim Luca à la Maison de la Poésie dans une interprétation unique et sans cesse réinventée par Alain Fromager, magicien des mots qu’il fait proliférer dans le souffle enivrant d’un accordéon parcouru d’une main de maître par Johann... 

« Anna Politkovskaia : Non rééducable » d’après Massini, adaptation Mireille Perrier

Critique de Camille Hazard – Anna, un combat ! Anna Politkovskaïa fut assassinée le 7 octobre 2006 en plein centre de Moscou, dans sa cage d’escalier. Le même jour, on fêtait l’anniversaire du président Vladimir Poutine. La cause de ce meurtre : l’obstination, la nécessité qu’avait cette journaliste du « novaïa Gazeta » de faire éclater au grand jour les corruptions du pouvoir,... 

« Morphine » de Mikhaïl Boulgakov au Lucernaire

Critique de Bruno Deslot – Morphée aux enfers Entre les services d’une infirmière dévouée, dont il est épris et l’appel au secours de Bomgard, un ancien ami de faculté, le docteur Poliakov enchaîne les injections de morphine pour calmer un mal qui n’est jamais nommé. Peu de temps après la Révolution Russe de 1917, le docteur Poliakov est nommé à un poste dans... 

« Sublim’ Interim », une comédie musicale de la Cie Influenscènes au Vingtième Théâtre

Critique de Bettina Jacquemin – La théorie du poussin dans l’œuf Banlieue Est de Paris. Samir est mort. Medhi et Julian, les potes connaissent la raison du décès…Difficile d’en parler. Impossible de ne pas y penser. Il y a bien cette sociologue, chargée de mettre en place une enquête sur la disparition du lycéen ainsi qu’un questionnaire sur « l’imaginaire face au chômage ».... 

« L’Illusionniste » de Sacha Guitry, mise en scène Tristan Petitgirard au Ranelagh

Critique de Florian Fauvernier – Ce que femme veut… Jacqueline et Albert, son ami, viennent depuis quatre soir assister au spectacle de l’Illusionniste. Ils se décident à aller dans sa loge, afin de l’inviter à venir faire quelques tours pour leurs amis. Intrigué et surtout séduit par la jeune femme, Teddy Brooks accepte de venir le soir même, bien qu’il doive dîner avec la... 

« Sozusagen » (pour ainsi dire) d’Eric Watt au théâtre Paris-Villette

Critique de Camille Hazard – L’artiste plasticien Eric Watt nous propose au théâtre Paris-Villette, un voyage au cœur de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est à travers une galerie de portraits d’hommes et de femmes. Un voyage solitaire contre l’individualisme À l’aide d’une caméra et de son journal de bord, le personnage qui raconte ce voyage (que l’on suppose être... 

« Histoires comme ça », pièce pour enfants de Rudyard Kipling par la Cie Dottie

Critique de Florian Fauvernier – La comédie de la passerelle et la Compagnie Dottie présentent quatre histoires comme ça, juste histoire de propager un peu de fantaisie dans notre quotidien de plus en plus sérieux. Dis, pourquoi la baleine n’avale que de tous petits poissons ? Pourquoi le chameau a des bosses sur le dos ? Pourquoi le rhinocéros a une peau pleine de plis ? Et pourquoi... 

« Ébauche d’un portrait » d’après Jean-Luc Lagarce, mise en scène François Berreur

Critique d’Evariste Lago – Memento Mori Le journal de Jean-Luc Lagarce a été édité en 2007 par François Berreur aux éditions Les Solitaires Intempestifs, maison qu’ils fondèrent ensemble. Aujourd’hui, François Berreur est directeur littéraire de cette maison d’édition et également aux commandes de cette ébauche d’un portrait de Jean-Luc Lagarce, collage de ce journal.... 

« Kean ou Désordre et Génie » d’Alexandre Dumas, mise en scène Frank Castrof à l’Odéon

Critique de Bettina Jacquemin – Kean ou la condition du comédien Helena, une comtesse italienne reçoit ses invités. On jase… La veille, il fallait être à Drury Lane. Kean y interprétait Hamlet. Et puis, il y a le mariage de Lord Mewill. Annulé ! Sa future femme, la “petite” Anna a disparu. On dit que… Kean l’aurait enlevée. Mais qui est Kean ? Ce personnage, venu porter... 

« Les Oiseaux » d’Aristophane par Alfredo Arias à la Comédie Française

Critique de Monique Lancri – Les Athéniens qui assistaient à « la première » des Oiseaux d’Aristophane, en 414 av. J.C. ont dû beaucoup s’amuser et bien rire, même si, comme c’est souvent le cas grâce à la catharsis que procure le théâtre, il ne leur restait plus que ce rire pour pleurer. En effet, la pièce débute avec le départ de deux Athéniens éplorés, écœurés... 

« USA » d’après John Dos Passos à la MC93 / Chroniques du bord de Scène, saison 3

Critique de Johann Gasnereau – USA est  une vaste fresque de la vie américaine du début du XXe siècle, dans laquelle l’auteur oppose les « deux Amériques ». John Rodrigo Dos Passos (1896-1970) est un peintre et un écrivain américain. Au cours d’une longue carrière faite de succès, Dos Passos écrit quarante-deux romans, des poèmes, des essais, des pièces de théâtre et... 

« Montaigne » d’après Montaigne, mise en scène Thierry Roisin au Théâtre Paris-Villette

Critique d’Audren Destin – « C’est possible et ce n’est pas possible » Sextus Empiricus. C’est l’une des sentences qui étaient gravées sur les poutres du plafond de la bibliothèque de Montaigne, en haut de sa tour, dans son arrière-boutique comme il l’appelait, là où il pouvait exercer sa liberté et jouir de sa solitude. « Je suis moi-même la matière de mon livre » Les... 

« Ni une ni deux » d’Eugène Durif au Théâtre Aire Falguière

Critique d’André Antébi – L’œil brillant du clown, alerte, naïf, effaré, le nez presque rouge, trois corps présents et généreux, engagés autour d’une pièce tout droit sortie de l’univers poétique, loufoque, baroque, barré d’Eugène Durif. Voilà le décor. Rien de plus. Un plateau vide. Trois corps. Ni une ni deux raconte l’histoire… Non pas comme ça. Ni une... 

« Les Cinq Bancs » d’Hocine Ben au Théâtre Gérard Philipe

Critique de Dashiell Donello – En entrant dans le Terrier, salle adéquate pour le festival Vi(ll)es au TGP, les spectateurs sont arrêtés par les visages de gens simples, filmés sur une vidéo, qui comme nous, semblent écouter un slam qui nous raconte nuitamment la vie urbaine : « Quand la nuit tombe, alors je la ramasse, je la couche sur le papier et je la regarde ». Mais qui regarde...