// Critiques

« Memorandum pour Anna Politkovskaïa » de Massini à l’Aquarium / Festival des Écoles

Critique de Bruno Deslot – La première édition du Festival des écoles du théâtre public a débuté hier soir avec deux propositions (Memorandum pour Anna Politkovskaïa et Les Helvètes !) de grande qualité. François Rancillac, directeur du Théâtre de l’Aquarium a ouvert le bal par un discours qui, avec beaucoup d’habileté, a rappelé la nécessité pour la création théâtrale,... 

« Le Solitaire » d’Eugène Ionesco, mise en scène J-L. Martinelli à la Madeleine

Critique d’Anne-Marie Watelet – Le solitaire est le personnage de l’unique roman qu’écrivit Ionesco à un âge avancé, sorte de testament dans lequel on retrouve les interrogations métaphysiques de ses personnages de théâtre. Un homme de 35 ans voit sa vie ennuyeuse prendre un nouveau cap : grâce à un héritage, il quitte son travail et se réjouit de pouvoir enfin prendre... 

« Warum Warum » de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne aux Bouffes du Nord

Critique de Camille Hazard – Pourquoi sommes-nous ? « Je peux prendre n’importe quel espace vide et l’appeler une scène. Quelqu’un traverse cet espace vide pendant qu’une autre l’observe, et c’est suffisant pour que l’acte théâtral soit amorcé. » Cette célèbre phrase de Peter Brook commençant son livre L’espace vide illustre bien le début de son nouveau spectacle... 

« L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s » de Rodrigo Garcia au Vingtième Théâtre

Critique de Bruno Deslot – L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s suivi de J’ai acheté une pelle chez IKEA pour creuser ma tombe Un consumérisme outrancier entre terreur et quiétude ! Après le succès rencontré en Avignon et au Luxembourg, la compagnie du Centaure reprend L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s au Vingtième Théâtre avec une belle énergie et une... 

« La Cruche cassée » d’Heinrich von Kleist par la Cie Def Maira à l’Odéon / Festival Impatience

Critique de Camille Hazard – La Cruche cassée, une satire de la justice et de la dissimulation humaine. Dans un petit village reculé des Pays-Bas, huit personnes se préparent à un procès. La nuit précédente quelqu’un a osé s’introduire chez Dame Marthe en commettant un épouvantable crime : celui d’une cruche, fierté familiale depuis des dizaines de générations…Cette pièce... 

« Sonate inachevée pour deux jeunes mariées » d’après Balzac au Théâtre 13

Critique d’Audren Destin – « Faut-il mettre la passion dans le mariage ? Ou y chercher un bonheur raisonnable ? » En s’inspirant du roman de Balzac Mémoires de deux jeunes mariées, Aurélie Toucas souhaite interroger le lourd héritage du devoir féminin. Paroles de femmes La femme est à l’honneur dans cette sonate, la femme dans tous ses états. Par les mots de Balzac... 

« Le Chagrin des Ogres » de la Cie Artara à l’Odéon / Festival Impatience

Critique de Camille Hazard – Il était une fois… une génération de fils perdus. Cette génération cherchait une issue afin de vivre pleinement par elle-même, en étant elle-même et non ce que les pères et les mères souhaitaient qu’elle devienne. La pièce Le chagrin des Ogres écrite et mise en scène par Fabrice Murgia commence dans une atmosphère cauchemardesque, par un conte :... 

« Le Père », d’après Heiner Müller, mis en scène par André Wilms

Critique de Dashiell Donello – Quand le rideau de fer se lève, la scène, habillée de fils illuminés, nous donne à regarder dans la transparence plastique : un ensemble vocal dans une résonance électronique où les percussions de Strasbourg occupent tout l’espace. Dès les premiers mots du récitant (Gilles Privat), le texte d’Heiner Müller (1929-1995) cherche dans un langage neutre... 

« Made in Italy » d’E. Castellani et V. Raimondi à l’Odéon / Festival Impatience

Critique de Bruno Deslot – Une marque de fabrique si singulière ! Le Festival Impatience débute sa programmation avec un label explosif, abrasif, une marque déposée particulièrement singulière. Made in Italy créée en 2007 par la compagnie italienne Babilonia Teatri a fait trembler l’Odéon hier soir dans une ambiance aussi surprenante que dévastatrice. Un enchevêtrement de tubes... 

« Salomé » d’Oscar Wilde, mise en scène Olivier Bruaux à la Folie Théâtre

Critique de Bettina Jacquemin – Oscar et Gwendoline Salomé, fille d’Erodias et belle-fille du Roi des Juifs, Hérode tente de séduire le Prophète Iokanaan, un prisonnier qui révèle avoir rencontré l’homme qui ressuscite les morts. Repoussée, la princesse de Judée demande alors la tête du prisonnier à son beau-père. Hérode qui refuse de livrer aux Juifs celui qui a vu le Messie... 

« Soirées Tchekhov », d’après cinq nouvelles d’Anton Tchekhov à l’Atlante

Critique d’Audren Destin – « Voué par le destin à un désœuvrement constant, je ne faisais positivement rien. Je regardais des heures entières, par les fenêtres, les oiseaux, les allées ; je lisais tout ce qu’on m’apportait de la poste ; et je dormais. Parfois je quittais la maison et errais au hasard jusqu’au soir, tard. » Tchekhov, La Maison à Mezzanine. Dans le cadre... 

« Maldoror » d’après le Comte de Lautréamont à la Maison de la Poésie

Critique de Bruno Deslot – Le « mirage des sources » Pendant longtemps, la vie du mystérieux comte de Lautréamont a été une des plus grandes énigmes de la littérature française. Ses Chants de Maldoror, épopée épique en prose comprenant six chants, ne révèle l’auteur qu’un demi-siècle après sa mort (de cause inconnue) en 1870. Ses sources d’inspiration sont aussi nombreuses... 

« Nunzio » de Spiro Scimone, mise en scène Thierry Lutz au Lucernaire

Critique de Camille Hazard – Un face à face profondément humain qui fuit lentement au cours de la pièce vers deux sombres destins…Reprise de la pièce Nunzio, écrite par l’auteur sicilien Spiro Scimone et mise en scène par Thierry Lutz au théâtre Lucernaire. Deux portraits Celui de Nunzio, ouvrier (que l’on suppose être dans le bâtiment), sa toux virulente le fait sans cesse prier... 

« De la fragilité des mouettes empaillées » de Matéi Visniec au Théâtre des Variétés

Critique de Dashiell Donello – Un jeu littéraire Sous la charpente en bois du petit théâtre des Variétés, en ce mois de juin, il fait chaud. (On verra le pourquoi de ce détail plus loin.) La pièce de Matéi Visniec est inspirée de La Mouette d’Anton Tchekhov qui elle même avait pris sa source dans deux faits divers : une mésaventure vécue par une amie de Tchekhov qui fut abandonnée...