// Critiques

« Mystère Bouffe et Fabulages (version 2) » de Dario Fo à la Comédie Française

Critique de Bruno Deslot – Grand dramaturge et metteur en scène italien, Dario Fo fait son entrée au répertoire de la Comédie Française avec « Mystère Bouffe et fabulages ». Mise en représentation du sacré Les Mystères sont une représentation sacrée. Le Mystère Bouffe est un spectacle grotesque, et « non, un dîner surprise », comme se plait à l’expliquer... 

« Mystère Bouffe et Fabulages (version 1) » de Dario Fo à la Comédie Française

Critique de Bruno Deslot – Grand dramaturge et metteur en scène italien, Dario Fo fait son entrée au répertoire de la Comédie Française avec « Mystère Bouffe et fabulages ». C’est l’histoire du fils de Dieu ! Une nativité fêtée comme il se doit avec un p’tit Jésus, couvert de cadeaux par les rois mages, qui malgré tout, découvrira l’Egypte... 

« Un Tramway » d’après T. Williams adapté par Krzysztof Warlikowski à l’Odéon

Critique de Bruno Deslot – Un Tramway pour l’ennui ! Krzysztof Warlikowski met son Tramway sur les rails de la surenchère, dans une adaptation d’à peu près Tennessee Williams, taillée sur mesure pour une comédienne hors normes ! Evènement ou production pratiquant l’onanisme de la parole intelligente pour satisfaire l’égo de quelques uns, le Tramway de Warlikowski... 

« La Mélancolie des Dragons » de Philippe Quesne au Rond Point

Critique de Camille Hazard – Qui n’a jamais rêvé, enfant, de construire un château avec quelques branches d’arbres, de jouer à la princesse ou au prince avec quelques bouts de tissus… ? Un jeu d’enfants Dans La mélancolie des dragons, Philippe Quesne met en scène quatre garçons d’une trentaine d’années, mélancoliques, qui tentent par tous les moyens de recréer un monde... 

« Le bruit des os qui craquent » de Suzanne Lebeau au Studio-Théâtre

Critique de Bruno Deslot – Une enfance dérobée Enfants-soldats, Elikia et Joseph décident de fuir la forêt du Congo, en proie à la guerre civile. Torturer des innocents, incendier des villages, assassiner des habitants pour une poignée de riz, voilà le quotidien d’Elikia et de Joseph qui décident de fuir la forêt des rebelles pour retourner à la vie normale. Détenus dans un camp,... 

« Brouillages », une pièce écrite et mise en scène par Armel Veilhan

Critique de Bruno Deslot – Les ondes brouillées de l’histoire Dernier volet du triptyque Espoir et décadence, Brouillages clôt un travail entamé il y a sept ans et pour lequel l’auteur, Armel Veilhan, met en lumière la confusion des frontières idéologiques à une époque où les glissements de terrain pouvaient et peuvent encore être nombreux. Lou, jeune étudiante en... 

« Les Contes de la Peur Bleue » d’après Maupassant, Gautier et Markale à la Folie Théâtre

Critique de Florian Fauvernier – Un spectacle avec de l’esprit, pleins d’esprits Les nouvelles adaptées de Guy de Maupassant (Sur l’eau, La main d’écorché), de Théophile Gautier (La cafetière) et de Jean Markale (Le pèlerinage, La fille vampire, La goulue). Faire peur et avoir peur Une maison abandonnée : deux femmes étranges organisent un concours singulier : raconter des... 

« Reset » du Collectif MxM au Théâtre Gérard Philipe

Critique de Denis Sanglard – Un théâtre de situation et d’image Reset, par définition, c’est la mise à zéro de données initiales. Un père disparaît sans explication. Un homme a perdu la mémoire, son identité, son histoire. Deux histoires qui se rejoignent dans un même questionnement : quelles en sont les conséquences ? Autour de ce sujet, la disparition, Cyril Teste et le collectif... 

« La Lutine » de Calderon, adapté par Hervé Petit au Théâtre de l’Opprimé

Critique de Bettina Jacquemin – Intervention divine… La Lutine ou encore La dame fantôme, est l’une des comédies les plus brillantes de Calderon de la Barca. Tout tourne autour d’une armoire à double fond. Celle-ci permet à l’héroïne, Doña Angela de s’introduire, à l’insu de tous, dans la chambre de celui dont elle est amoureuse. Au grand désarroi du valet… Une belle... 

« Denrées Périssables » du Collectif Zone Libre à l’espace Daniel Sorano

Critique de Florian Fauvernier – En quête du juste mouvement Inspiré du roman La Piscine de Yôko Ogawa et de l’oeuvre du peintre Francis Bacon, ce spectacle traite des relations interpersonnelles, à l’heure de la démultiplication des technologies de communication. L’action se déroule dans un lieu improbable, tour à tour, salon, hall de gare, piscine, boîtier cristallin…... 

« Inconnu à Cette Adresse » de Kressmann Taylor à l’Aktéon Théâtre

Critique de Bruno Deslot – Les ravages de l’Histoire Deux amis, Max et Martin, associés dans une galerie d’art à San Francisco, débutent une relation épistolaire en 1932, au moment où Martin décide de rejoindre sa patrie d’origine, en proie à des changements politiques irréversibles. Martin Schulse, un Allemand, et Max Eisenstein, un Juif américain, associés depuis... 

« Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux » de Matéï Visniec

Critique d’Evariste Lago – A l’Est, rien de nouveau Matéï Visniec est un dramaturge roumain fécond. Il écrit entre 1977 et 1987 une vingtaine de pièces, un roman et deux scénarii, tous refusés par la censure communiste. Il décide donc de quitter sa patrie natale en 1987 pour la France, fuyant ce régime totalitaire mis en place par Nicolae Ceausescu. Il demande et obtient l’asile... 

« Les Couteaux dans le Dos » de Pierre Notte au Théâtre la Bruyère

« Les Couteaux dans le Dos » de Pierre Notte au Théâtre la Bruyère
Critique de Bruno Deslot – Le tourbillon de la vie Partir ? Mais où ? La petite Marie décide de fuir sans savoir ce qu’elle veut être ou devenir. Dans son parcours initiatique, elle doit affronter un ennemi, le seul, elle-même ! Marie déteste qu’on la touche ! Désir profondément ancré dans son refus d’assister plus longuement aux scènes familiales, elle fuit et... 

« Cercles / Fictions » de Joël Pommerat aux Bouffes du Nord

Critique de Denis Sanglard – Rébus Etrange objet que cette création…Dans la salle des Bouffes du Nord, transformée en piste de cirque qu’encerclent les spectateurs, pendant deux heures et dix minutes, Joël Pommerat entrelace des micro-fictions, inventaire à la Prévert et sans raton-laveur. On y croise une domesticité à l’aube du vingtième siècle confrontée à la modernité de...