// Critiques

« Les Femmes Savantes », Molière mis en scène par Jean-Denis Monory à l’Epée de Bois

Critique de Camille Hazard – En cette soirée du 11 mars 1672, nous pénétrons dans la salle du Palais Royal. Installés confortablement dans une ambiance feutrée, baignée de bougies, nous attendons les trois coups annonçant le début de la représentation des « Femmes savantes ». Monsieur Molière n’est plus… Mais ce soir son génie et son âme planent dans la salle en pierre du... 

« 1973 » de et par Massimo Furlan au Théâtre de la Cité Internationale

« 1973 » de et par Massimo Furlan au Théâtre de la Cité Internationale
Critique de Denis Sanglard – Pierre Tchernia Massimo Furlan a décidé à lui tout seul de refaire l’Eurovision 1973. Tâche ardue certes, mais pour ce performer, pas impossible. Soit après le vrai générique (signalons donc que le concours organisé cette année par le Luxembourg était commenté par  Pierre Tchernia) dix-sept candidats européens en lice. Massimo Furlan doit donc crânement... 

« Rêve d’Automne » de Jon Fosse, mise en scène Patrice Chéreau au Théâtre de la Ville

Critique de Dashiell Donello – Avec la mort la vie est un ciel avec des nuages avant que la nuit ne tombe. J.F « Rêve d’automne » de Jon Fosse raconte l’amour et la mort. La mort dans la vie, l’amour dans la mort, la vie dans le rêve et le réel dans l’indicible avec autant de variantes que sur les soixante-quatre cases d’un jeu d’échec. Un homme et une femme, anciens amants,... 

« Dämonen » de Lars Norèn mis en scène par Thomas Ostermeier à l’Odéon

Critique de Camille Hazard – Soirée et huit clos infernal où un couple, sous l’œil de leurs voisins, s’acharne à détruire l’autre pour pouvoir survivre ; envie de deuil pour renaître à la vie. Si la filiation de cette pièce avec celle de Edward Albee « Qui a peur de Virginia Woolf » est flagrante, Lars Nòren donne une dimension plus psychologique à ses personnages. Alors... 

« 2084, Un Futur Plein d’Avenir », un spectacle pour enfants de Philippe Dorin

Critique de Pauline Decobert – La compagnie Flash Marionnettes nous propose un voyage dans le futur en nous mettant en garde dès le début : il faut accepter d’y croire pour le vivre. Si le texte de Philippe Dorin fait bien sûr allusion à la fameuse oeuvre de George Orwell, «1984», il s’en distance pourtant véritablement. La crainte de l’avenir reste le thème central du spectacle,... 

« Monsieur Martinez » (Les Cadouin #1), la Compagnie Teknaï au Rond-Point

Critique d’Evariste Lago – Une tranche de vie avec les frites ? Rire de la misère des autres Cette pièce est construite à partir d’improvisations des comédiens. Monsieur Martinez est un homme blessé. Pas physiquement. Moralement. Sa femme s’est suicidée voilà huit ans et la douleur est toujours vive. Comme tous les ans en juillet, Joaquim Martinez est en vacances scolaires... 

« Le Petit Chaperon Rouge » de Joël Pommerat au Théâtre de l’Odéon

Critique de Denis Sanglard – Ô solitude Un Petit Chaperon Rouge esseulé, une mère débordée, une grand-mère fatiguée, un loup affamé, un conteur, deux chaises… Le petit chaperon rouge mis en scène par Joël Pommerat est une merveille de simplicité. Il y a bien sûr le conte de Perrault mais ce qui ce narre là, sur ce plateau nu, c’est avant tout une histoire de grande solitude.... 

« Les Mauvaises » de Martine Thinières au Théâtre du Ranelagh

Critique d’Ottavia Locchi – SOS Instruments maltraités ! Elles sont mauvaises et elles le savent. L’une bégaye dans un attirail évoquant de loin un cygne disgracieux, et l’autre nous raconte des anecdotes toute raide et exaltée. Bonjour la catastrophe. Leur « éloge du ratage » est certes une réussite, car leur rôles respectifs nous offrent une espèce de parodie de... 

« Ennemi Public » d’après Ibsen, mise en scène Thierry Roisin à la Comédie de Bethune

Critique d’Audren Destin – « Un homme seul peut-il changer le monde ? » Cela parait peut probable. Quoiqu’il en soit de l’état du monde, si il y a bien quelque chose qui ne change pas, c’est la nature humaine et ses travers. Après la représentation, une femme d’un certain âge, entendons par là ‘avec une certaine expérience de la vie’, déclara... 

« Suspection », adapté et mis en scène par Enki Bilal au Rond Point

Critique de Monique Lancri – Un spectacle en noir et blanc Un début qui tient du coup de poing : au milieu du plateau, totalement nu par ailleurs, une sorte de lit (de morgue ? de torture ?) en métal noir, sur lequel est allongée, ligotée, une jeune femme (Evelyne Bouix), habillée « à la Enki Bilal » (du moins pour qui connaît bien les bandes dessinées de cet auteur). Sévère uniforme... 

« Parlez-moi d’Amour » d’après R. Carver par Jacques Lassalle à l’Atalante

Critique d’Audren Destin – « Tu as fait de moi une loque, espèce de salaud ! » Doux mots d’amour prononcés avec tendresse par une froide matinée d’automne. D’après les nouvelles « Intimité » et « Le Bout des doigts » de Raymond Carver, Jacques Lassalle met en scène au Théâtre de l’Atalante deux formes de quarante minutes chacune sur le couple ou du moins ce qu’il... 

« La Cerisaie » de Tchekhov par Paul Desvaux à l’Athénée Théâtre

Critique d’Anne-Marie Watelet – « Dans le temps, on faisait sécher les cerises ; […] – Et qui en a la recette aujourd’hui ? – On l’a oubliée, personne ne la sait plus ». Après cinq ans d’absence, Lioubov Andréièvna est heureuse de retrouver sa propriété familiale au sud de Moscou. Pour elle et les siens, rien n’a changé : les cerisiers... 

« Plus Qu’Hier Et Moins Que Demain », Courteline et Bergman au Théâtre Mouffetard

Critique d’Ottavia Locchi – Ingmar Bergman et Georges Courteline sont des auteurs qui n’ont à priori pas grand chose en commun. Nés d’époques différentes, ils ont cependant tous deux traité le sujet du couple, de la vie à deux. Pierre Maillet et Matthieu Cruciani sont les premiers à avoir osé rassembler deux écritures aussi différentes sur un même plateau. Le risque... 

« Encore un Tour de Pédalos (je hais les gais) » d’Alain Marcel au Rond Point

Critique d’Evariste Lago – Voguer dans la mare aux canards Avec « Encore un tour de pédalos »,  on nage dans un univers gay pas très gai : une pseudo comédie musicale à quatre voix qui se veut à l’opposé des « archétypes » mais malheureusement pas des stéréotypes. Tout commence, évidemment, par l’homophobie latente d’une société moderne occidentale qui dénigre...