// Critiques

« Elias Leister a Disparu » de Eudes Labrusse au Théâtre 13

Critique de F. Fauvernier – Un suspens théâtral autour de l’enfance perdue… Une femme flic en mal de maternité, un père prisonnier de son secret, une vieille folle dans la jungle, un militaire fatigué, une amoureuse de toujours : ils sont tous sur les traces d’Elias Leister. Et le spectateur aussi ! Qu’est-ce qui pousse un gamin de dix ans à abandonner le cocon familial... 

« R.E.R » de Jean-Marie Besset au Théâtre de la Tempête

Critique de Bruno Deslot – Incident pour avarie de matériel Tôt dans la matinée, une jeune fille se fait agresser dans le RER D. Rouée de coups, ses vêtements sont lacérés et ses agresseurs lui dessinent des croix gammées sur le ventre. Un incident qui défraye la chronique et constitue le point de départ d’un trafic dense entre plusieurs mondes. Jeanne se promène toujours avec... 

« Partage de Midi » de Paul Claudel au Théâtre de l’Aquarium

Critique de Bruno Deslot – L’autel de la passion Drame en trois actes, mélangeant plusieurs niveaux de langage, Partage de Midi met en scène quatre personnages en proie aux intrigues du drame de leur vie. Sur le pont d’un paquebot, Ysé, seule femme, et trois hommes, de Ciz, son mari, Almaric, son amant et Mesa, sa passion, se rendent en Chine. Un voyage au long cours, que les flots... 

« Ça Travaille Encore » de Louise Doutreligne au Vingtième Théâtre

Critique d’Evariste Lago – Chanter en travaillant Ça travaille encore n’est pas une pièce de théâtre ordinaire mais un « musical » à l’américaine, écrit par Louise Doutreligne et mis en scène par Jean-Luc Paliès. Louise Doutreligne est une auteure féconde qui, dernièrement, s’est largement inspirée du monde du travail puisque nous lui devons également la pièce Sublim’... 

« Médée » d’Euripide par la Compagnie du Lierre, mise en scène Farid Paya

Critique de Monique Lancri – Un personnage qui ouvre sur nos abîmes. Sans forcément connaître la pièce d’Euripide, presque tout le monde sait qui est Médée. Médée l’infanticide ! La mère monstrueuse qui, de ses propres mains, égorge ses deux jeunes enfants ! Mais Euripide se démarque du stéréotype pour nous montrer un personnage infiniment plus complexe, sinueux, mystérieux.... 

« Les Estivants » de Maxime Gorki, mis en scène par Eric Lacascade

Critique d’André Antebi – « Je voulais peindre cette partie de l’intelligentzia russe qui est issue du peuple mais qui, du fait de sa promotion sociale, a perdu tout contact avec les masses populaires (…), oublié les intérêts du peuple et la nécessité de lui frayer un chemin (…). La société bourgeoise se jette maintenant dans le mysticisme, cherchant un refuge, n’importe... 

« Le Grenier » de Yôji Sakate, mise en scène Jacques Osinski au Rond Point

Critique de Pauline Decobert – Folie enterrée, drames murés Cette pièce contemporaine, du dramaturge japonais Yôji Sakate, porte sur un phénomène de société qui pose un réel problème à l’heure actuelle : les « Hikikomori ». Ce terme japonais désigne les jeunes gens qui s’enferment chez eux comme dans une bulle, le plus souvent prostrés, jouant à des jeux vidéo, lisant des... 

« Ode Maritime » de Fernando Pessoa, mise en scène Claude Régy au Théâtre de la Ville

Critique de Denis Sanglard – Face à l’immensité immense de la mer immense Un homme sur un ponton amarré au néant. Jean-Quentin Châtelain face à nous, image d’une effrayante solitude, profère une heure cinquante durant un texte vertigineux, Ode Maritime de Fernando Pessoa. Claude Régy, fidèle à lui-même, nous offre une œuvre d’une rigueur implacable qui nous demande un effort... 

« Cymbeline » de Shakespeare mis en scène par Bernard Sobel à la MC93

Critique de Monique Lancri – Résumer Cymbeline en quelques lignes serait une gageure : nous ne nous y risquerons pas. Disons simplement que si la pièce porte ce nom, qui est celui du roi de Bretagne, c’est que ce roi, bien que falot et dominé par sa mégère de seconde épouse, constitue le pivot autour duquel s’ordonnent les innombrables péripéties de la pièce. C’est lui qui exile... 

« Comment Toucher ? » de Roland Fichet au Théâtre de l’Est Parisien

Critique de Denis Sanglard – Go to Africa Un potentat africain, gourou local, Che d’une communauté révolutionnaire en pleine brousse, disparaît. Mort pour certains, parti pour d’autres. Quelques uns de la communauté partent à sa recherche, convaincus qu’il est encore vivant. Une femme seule reste pour retrouver cet homme dans l’unique ouvrage qu’il a laissé le masque fêlé. Le... 

« Woyzeck d’après Woyzeck » de Georges Büchner au Théâtre de la Bastille

Critique de Camille Hazard – La pièce Woyzeck d’après Woyzeck, mise en scène par Gwénaël Morin, a été créée dans un cadre tout à fait original, et retrouve un vrai travail de troupe. En effet, les six comédiens et le metteur en scène se sont lancés un défi artistique en collaborant avec les laboratoires d’Aubervilliers et en proposant une résidence d’un an, pour présenter... 

« Los Demonios » de Valérie Boronad au Vingtième Théâtre

Critique de Bruno Deslot – Une quête identitaire Samuel, fils de « disparu », remonte le fil du temps afin d’écrire le roman de son père, Luis, engagé dans la guérilla en Argentine durant la dictature. Entre 1976 et 1983, 30 000 personnes disparaissent en Argentine, laissant à leurs proches, le douloureux souvenir d’une période sombre éclairée par la violence ouverte... 

« La Tête de l’Homme » de Florence Pazzottu à la Maison de la Poésie

Critique de Bruno Deslot – L’aperception de l’ombre Entre le 6 et le 7 avril, événement choc, point de départ d’une aperception de l’ombre qui convoque l’humanité. La Tête de l’Homme, un titre bien singulier pour une narration tout en vers, et non en alexandrin, comme on pourrait le croire, avant d’en éprouver le vrai rythme et de faire le décompte... 

« L’Illusion Comique » de Corneille, mise en scène Galin Stoev à la Comédie Française

Critique de Monique Lancri – Ecrite et jouée pour la première fois en 1635 ou 1636 (soit quelques mois avant Le Cid), la pièce de Corneille est d’une audace stupéfiante, en porte-à-faux par rapport aux us et habitudes de son temps. Ainsi les pères (Pridamant, celui de Clindor, et Géronte, celui d’Isabelle) ne sont-ils guère ici des modèles à imiter. Leur sévérité, justement...