// À l’affiche

« You are my destiny (Lo stupro di Lucrezia) » d’Angelica Liddell, Théâtre de l’Odéon / Festival d’Automne à Paris

« You are my destiny (Lo stupro di Lucrezia) » d’Angelica Liddell, Théâtre de l’Odéon / Festival d’Automne à Paris
article de Denis Sanglard © Brigitte Enguérand Angelica Liddell sème le chaos sur le plateau de l’Odéon. « You are my destiny » ou la rédemption de Tarquin. Le viol de Lucrèce est balayé, renvoyé à l’anecdote pour une histoire d’amour, de passion torturée qu’elle mêle à la sienne et dont Venise fut le point de rupture. Certes. Images chocs comme toujours et sous influences revendiquées :... 

« Derniers remords avant l’oubli » de Jean-Luc Lagarce à l’Épée de bois

« Derniers remords avant l'oubli » de Jean-Luc Lagarce à l’Épée de bois
ƒ article de Victoria Fourel Il faut vendre la maison. Il faut se débarrasser de cette histoire d’amour passée et de ces sentiments encombrants. Alors, trois personnages se voient, ils se revoient, accompagnés de conjoints et enfant pour deux d’entre eux. Ce dimanche à la campagne, tendu, difficile, ravive les passions, les déceptions, et les remords. Dans cette mise en scène de... 

« Le moral des ménages », d’après Éric Reinhardt, mise en scène de Stéphanie Cléau, au théâtre de la Bastille

« Le moral des ménages »,  d’après Éric Reinhardt, mise en scène de Stéphanie Cléau, au théâtre de la Bastille
ƒƒ article d’Anna Grahm @ Marc Domage Familles sensibles s’abstenir La musique d’Ennio Morricone annonce le drame. La toute puissance de l’imaginaire du cinéma sature le réel pitoyable qui empêche l’affirmation de soi. Les décalages et les artifices sont posés. Au fond, une rangée de vêtements alignés par taille et par couleur. Et au micro, Carsen dans son costume velours bleu ciel... 

« La Double Inconstance » de Marivaux, à la Comédie Française

« La Double Inconstance » de Marivaux, à la Comédie Française
ƒƒ article de Victoria Fourel Dans le foyer des comédiens de la Comédie Française se prépare la représentation de La Double Inconstance. Le public est plongé dès le départ dans un double-jeu entre la réalité et la fiction, entre l’époque actuelle et une époque lointaine, entre le personnage et le comédien. C’est la proposition de mise en scène que fait Anne Kessler, en... 

« La Petite Soldate Américaine, conte sans fée mais avec moralité », de Jean-Michel Rabeux, à La Maison des Métallos

« La Petite Soldate Américaine, conte sans fée mais avec moralité », de Jean-Michel Rabeux, à La Maison des Métallos
ƒƒƒ article de Denis Sanglard © Ronan Thenadey Pan ! Clic ! La petite soldate américaine chante. En tout temps, en tous lieux. Elle ne pense à rien, elle chante. Et puis un jour elle perd sa voix. Elle part alors à la guerre, elle fait la guerre tout bien. Elle tue aussi. Pan ! Et sa voix revient. Alors elle chante. Elle torture. Elle chante. Elle tue. Pan ! Elle photographie aussi. Clic !... 

« Manger », de Boris Charmatz au Théâtre de la Ville / Festival d’Automne à Paris

« Manger », de Boris Charmatz au Théâtre de la Ville / Festival d’Automne à Paris
ƒƒƒ article de Denis Sanglard © dpa Manger, mâcher, mastiquer, avaler, cracher, recracher, ingurgiter, régurgiter, déglutir, saliver, vomir, digérer. Corps affamés, corps repus, corps dilatés. Chanter, éructer, hurler, murmurer, haleter, souffler. La dévoration, le chant, acte de danse. Acte performatif où Boris Charmatz explore, déplaçant le centre de gravité de la danse, ce qu’induit... 

« Genesis » de Sidi Larbi Cherkaoui et Yabin Wang à la Grande Halle de la Villette

« Genesis » de Sidi Larbi Cherkaoui et Yabin Wang à la Grande Halle de la Villette
ƒƒ article de Suzanne Teïbi © AAP Chasser la mort On nous raconte des histoires, sur le plateau de la Nef de la Grande Halle de la Villette. Et on nous les raconte bien. Genesis, ce sont des rencontres et des collaborations artistiques heureuses. Entre deux chorégraphes d’abord : le belge Sidi Larbi Cherkaoui et la chinoise Yabin Wang. Entre leurs compagnies respectives – Eastman et Yabin... 

« 4.48 Psychose » de Sarah Kane, mise en scène de Sara Llorca et Charles Vitez à La Loge

« 4.48 Psychose » de Sarah Kane, mise en scène de Sara Llorca et Charles Vitez à La Loge
ƒ article de Camille Hazard © DR De ce texte sombre, à l’écriture fragmentée, plongeant dans les méandres de la dépression psychotique, Sara Llorca amène de la fraicheur et de la poésie à travers une mise en scène et un jeu qui collent au plus près du texte de Sarah Kane. Si le désespoir des mots se fait entendre, c’est avec un visage juvénile qu’il nous touche. Loin de se complaire... 

« Et même si je me perds »… De Shiro Maeda à la Maison de La Culture du Japon

« Et même si je me perds »... De Shiro Maeda à la Maison de La Culture du Japon
ƒƒƒ article de Denis Sanglard © Maison de la culture du Japon à Paris, 2014 Là où est le rêve commence le théâtre… Et même si je me perds est une plongée dans l’inconscient de Michiru Suzuki, jeune fille de Tokyo quelque peu perdue, désorientée. Une vie trop lisse, ordinaire, où semble manquer quelque chose, angoisse de l’avenir et regret du passé, perte de repères, cèdent la... 

« Un rire capital » texte de Jean-Paul Curnier, mise en scène de Thierry Bédard, au Théâtre de l’Echangeur

« Un rire capital » texte de Jean-Paul Curnier, mise en scène de Thierry Bédard, au Théâtre de l’Echangeur
article d’Anna Grahm © Notoire Que sommes-nous devenus ? Il y a celle qui rit et l’autre pas. Lorsque que le spectacle commence, toutes deux dorment, un gros micro sur la poitrine, bercées par un guitariste. Tout ce qui se dit sur le rire est loin de faire rire. Tous les coups sont permis nous dit-on entre deux éclats de rire, l’abêtissement colonise nos esprits. Sur des fauteuils qui se... 

« Timeloss » d’Amir Reza Koohestani, au Théâtre de la Bastille / Festival d’Automne à Paris

« Timeloss » d’Amir Reza Koohestani, au Théâtre de la Bastille / Festival d’Automne à Paris
ƒƒƒ article de Denis Sanglard.  © DR Voilà, il arrive parfois au théâtre que le temps se fige. Quelque chose advient qui tient de la grâce ténue et vous stupéfie, vous embue. Pourtant rien d’extraordinaire mais dans ce rien tout le miracle du théâtre. Timeloss de l’iranien Amir Reza Koohestani est une parenthèse où l’on bascule dans ce que le théâtre a de plus profond, d’indispensable,... 

« Requiemachine » d’après Władysław Broniewski, conception Marta Górnicka, aux Amandiers

« Requiemachine » d’après Władysław Broniewski, conception Marta Górnicka, aux Amandiers
ƒ article de Dominika Waszkiewicz © Marta Ankiersztejn Sans préambule et face à une salle encore agitée par la proximité du dehors, un groupe pénètre le plateau au pas de course. Vingt six personnes en jeans et en chemise, petite armée hétéroclite, hommes et femmes de tous âges se mouvant en cadence, le regard fixe, le visage dur. « Nie ! » Les bouches s’ouvrent en grand pour dire... 

« Dans la république du bonheur » de Martin Crimp, Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, à Chaillot

« Dans la république du bonheur » de Martin Crimp, Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, à Chaillot
ƒƒarticle de Denis Sanglard © Christophe Raynaud de Lage Joyeux Noël ! Martin Crimp fête Noël en famille et c’est un massacre. Ils sont tous là, des grands-parents aux petits-enfants, autour du sapin. Très vite ça dérape sec. Les répliques vachardes pleuvent dru. Quelque chose ne tourne pas bien rond et c’est encore pire quand débarque l’oncle Bob flanqué de Madeleine en partance... 

« Le Misanthrope » de Molière, mise en scène de Thibault Perrenoud au Théâtre de la Bastille

« Le Misanthrope » de Molière, mise en scène de Thibault Perrenoud au Théâtre de la Bastille
ƒƒƒ article de Denis Sanglard © DR Décapant ! Thibault Perrenoud signe une mise en scène de haute volée, dynamique, d’une énergie affolante. Et sacrément intelligente. C’est une plongée en apnée dans la psyché humaine avec toutes ses ambivalences, ses ambiguïtés. Alceste n’est pas plus misanthrope que vous et moi. C’est un homme en crise dans une société en crise, société...