// À l’affiche

Critique• « Face de cuillère » de Lee Hall au Théâtre de l’Epée de Bois

Critique• « Face de cuillère » de Lee Hall au Théâtre de l’Epée de Bois
Critique de Bruno Deslot Face de cuillère : grande prêtresse d’une beauté innocente Une enfant pas comme les autres, faite de travers, autiste et atteinte d’un cancer, rayonne entre les coupes sombres de sa vie et la passion qu’elle cultive pour la Callas. Face de cuillère, texte de Lee Hall traduit par Fabrice Melquiot et mis en scène par Alain Batis met en relief toute la sensibilité... 

Critique • « La pitié dangereuse » de Stefan Zweig, mise en scène de Stéphane Olivié Bisson

Critique • « La pitié dangereuse » de Stefan Zweig, mise en scène de Stéphane Olivié Bisson
Critique d’Anne-Marie Watelet Parmi la foisonnante et passionnante production littéraire de Stefan Zweig, Elodie Menant a choisi d’adapter pour la scène son premier roman. Pourquoi pas? Vienne 1913. L’Empire autrichien est en voie d’extinction, artistes et écrivains tentent encore de l’extraire du Panthéon des idées. Le cadre de cette histoire réaliste s’inscrit... 

Critique• «Poli-Kratos» ville état, dramaturgie Kanigunda, au théâtre des Abbesses

Critique• «Poli-Kratos» ville état, dramaturgie Kanigunda, au théâtre des Abbesses
Critique d’Anna Grahm La compagnie Kanigunda tente, à travers un travail collectif, d’ouvrir une réflexion, sur l’actualité brûlante de la Grèce d’aujourd’hui. La question de la démocratie Un espace scénique presque nu. Deux fauteuils club dans un coin. Au fond, plusieurs rectangles d’écrans cousus ensemble pour n’en faire qu’un, coutures qui accrocheront l’œil et donneront... 

Critique • « King Kong Théorie » de Virginie Despentes au Théâtre la manufacture des Abbesses

Critique •
Critique de Denis Sanglard Gare au gorille ! « King Kong Théorie » de Virginie Despentes est un manifeste féministe – et non ce n’est pas un gros mot- un petit brûlot indispensable qui tord le coup à nombre d’idées reçues, remet les pendules à l’heure, redéfinit les rapports hommes/femmes et surtout, surtout redessine avec justesse la féminité aujourd’hui. C’est quoi une... 

Critique « Je serai abracadabrante jusqu’au bout» d’après le journal de Mireille Havet Mise en lecture de Gabriel Garran

Critique  « Je serai abracadabrante jusqu’au bout» d’après le journal  de Mireille Havet Mise en lecture de Gabriel Garran
Critique de Solveig Deschamps Mireille Havet ou La petite poyétesse (1898-1932) Comme l’appelait Guillaume Apollinaire qui la publia alors qu’elle n’avait que 15 ans. Auteure quasi inconnue, sulfureuse, à fleur de peau, opiomane et homosexuelle, jouisseuse et grande amoureuse frôlant le sado-masochisme, amie de Cocteau, de Copeau, de Colette,  de Cendrars, morte à 34 ans de tuberculose.... 

Critique . « My Secret Garden » de Falk Richter au Théâtre du Rond-Point

Critique . «  My Secret Garden » de Falk Richter au Théâtre du Rond-Point
Critique de Camille Hazard Auteur, traducteur mais aussi metteur en scène associé à la Schaubühne de Berlin, Falk Richter renoue une seconde fois avec Stanislas Nordey. Leur collaboration remonte au festival d’Avignon 2008 où fut présenté Das System, un montage à partir de différents textes de Richter et mis en scène par S. Nordey. D’Hitler à Facebook C’est à partir de notes, de... 

Parade(s) Festival des arts de la rue de Nanterre

Parade(s) Festival des arts de la rue de Nanterre
Impressions de Dominika Waszkiewicz À Nanterre, il arrive parfois qu’au réveil les habitants trouvent leur ville changée, comme si de petits lutins aux doigts de fées avaient déplacé les choses dans la nuit… C’est ainsi que la dernière semaine de mai fut le théâtre d’un curieux aménagement régi par Bénédicte Lasfargues et ses sbires : les rues se transformèrent en couloirs, les... 

Critique • «Jupes et pantalons» de Claire Benjamin-Galeyrand au Guichet Montparnasse

Critique • «Jupes et pantalons» de Claire Benjamin-Galeyrand au Guichet Montparnasse
Critique de Solveig Deschamps Pleins de bonnes intentions… © DR Elle est seule sur le petit plateau  du Guichet Montparnasse, elle nous attend en fond de scène dans l’obscurité à côté de l’écran sur lequel sont projetés des paysages urbains à la façon des futuristes. Noir salle, lumière plateau, il fait chaud et la soufflerie empêche le silence. « Merci d’être là » Une... 

Critique • « Salomé » par la Compagnie des Dramaticules au théâtre Berthelot

Critique • « Salomé » par la Compagnie des Dramaticules au théâtre Berthelot
Critique d’Anne-Marie Watelet et  Camille Hazard « …Dans une chaude lumière. Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté » Charles Beaudelaire Comme à son habitude, Jérémie Le Louët nous offre un plateau magnifique: un parterre de roses écarlates, pénétré d’une longue table installée sous forme de podium et à peine éclairé par quelques sources lumineuses... 

Critique • «Une puce épargnez-la» de Naomi Wallace. A la Comédie Française / Théâtre Ephémère

Critique • «Une puce épargnez-la» de Naomi Wallace. A la Comédie Française / Théâtre Ephémère
Critique de Dashiell Donello Les belles chaussures des lieux communs et des fausses apparences Nous sommes dans une maison de riches bourgeois à Londres en 1665. Au-dehors, la grande peste impitoyablement fait son œuvre d’anéantissement. Une quarantaine est ordonnée pour éviter une pandémie irréversible. Cela oblige à l’antinomie d’une cohabitation de classes sociales qui, sans cette... 

Critique • «Ana ou la jeune fille intelligente» de C. Benhamou, Festival Migractions au Théâtre de l’Opprimé

Critique • «Ana ou la jeune fille intelligente» de C. Benhamou, Festival Migractions au Théâtre de l’Opprimé
Critique de Bruno Deslot Dans analphabète il y a bête !  Un road movie, un feedback, ou comment Ana, une femme trop tôt mariée à un homme qu’elle n’a pas choisi, refait le parcours mental de sa vie à la lumière du mot mariage.  Dans le cadre du Festival Migractions, la Compagnie Le Regard du loup, présente Ana ou la jeune fille intelligente en situant la proposition dans une étape... 

Critique • « Quand m’embrasseras-tu ? » de Mahmoud Darwich. Mise en scène Claude Brozzoni

Critique • « Quand m’embrasseras-tu ? » de Mahmoud Darwich. Mise en scène Claude Brozzoni
Critique de Camille Hazard « …Patrie, guerre, les nouvelles, les réfugiés, l’armée, les frontières, les exils… Avec ces mots, je découvrais une réalité nouvelle, celle qui me priverait à jamais de MON ENFANCE » Ainsi résonnent les mots de l’auteur et poète palestinien, M. Darwich, peints sur un grand et triste mur : la fin de son enfance, de son innocence. 1948 : sa... 

Critique • «Les Quatre Jumelles» de Copi au théâtre de la Bastille

Critique • «Les Quatre Jumelles» de Copi  au théâtre de la Bastille
Critique de Denis Sanglard Alaska ton univers impitoyable Une représentation complètement givrée. Normal, ça se passe en Alaska. Normal, c’est Copi, normal c’est Rabeux. C’est du grand, du magnifique n’importe quoi. C’est tout simplement génial. Dans un espace qui tient du peep-show, du cirque, du cabaret, propre à tout exhibition, elles sont impayables ces quatre folles maquillées... 

Critique ● « Temps » de et par Wajdi Mouawad au théâtre national de Chaillot

Critique ● « Temps » de et par Wajdi Mouawad au théâtre national de Chaillot
Critique d’Anne-Marie Watelet Le vent et l’oubli Ce nouveau texte de Mouawad s’inscrit dans une double métaphore : l’envol et l’oubli des lettres de l’alphabet, qui signifie d’abord la rupture avec sa propre écriture, puis le souvenir enfoui d’un acte auquel les personnages doivent être confrontés. Et le vent sonore souffle sur le vaste espace scénique,...